Les cyclistes au rendez-vous sur le circuit Gilles-Villeneuve

Sara Sverenyakova, une grande adepte de courses automobiles, s'est déplacée samedi au circuit Gilles-Villeneuve pour obtenir sa première dose de vaccin contre la COVID. 
Photo: Zacharie Goudreault Le Devoir Sara Sverenyakova, une grande adepte de courses automobiles, s'est déplacée samedi au circuit Gilles-Villeneuve pour obtenir sa première dose de vaccin contre la COVID. 

Quoi de mieux que de joindre l’utile à l’agréable ? Des centaines de cyclistes, incluant plusieurs adeptes de la Formule 1, ont profité du retour du beau temps samedi pour aller se faire vacciner contre la COVID-19 sur le site du circuit Gilles-Villeneuve, où ils ont pu avoir un accès exclusif aux paddocks.

« C’était une idée très innovante parce qu’on voulait inciter toute la population à se faire vacciner », souligne au Devoir l’attachée de presse du CIUSSS du Centre-sud-de-l’Île de Montréal, Jocelyne Boudreault, à un moment où la Santé publique multiplie les initiatives pour rejoindre tous les groupes d’âge dans son effort de vaccination.

À 11 h 30, déjà 300 personnes avaient reçu une dose du vaccin de Pfizer / BioNTech sur ce site, situé sur l’île Notre-Dame, a indiqué la Santé publique de Montréal au Devoir. En atteignant une moyenne de près de 200 personnes vaccinées à l’heure, celle-ci espère administrer 6000 doses en l’espace de trois weekends, soit 1000 doses par jour.

Photo: Zacharie Goudreault Le Devoir

Aujourd’hui et demain, le site de vaccination est réservé aux cyclistes, aux piétons et aux autres usagers des modes de transports actifs. Les cyclistes étaient d’ailleurs nombreux vers midi, lors du passage du Devoir, à parcourir les quelque 4 km du circuit Gilles-Villeneuve en direction des paddocks. Ils sont alors accueillis par les cris de joie d’employés brandissant un petit drapeau noir et blanc et par une sympathique mascotte. L’expérience se poursuit d’ailleurs une fois à l’intérieur des paddocks.

« On l’a appelée la vaccination “arrêt au puits” parce qu’à l’intérieur des garages, où les gens se font vacciner, eux ne bougent jamais. Ce sont vraiment les vaccinateurs qui bougent autour de la personne, comme ils bougeront autour de la voiture [l’année prochaine] », lance le président du Grand Prix du Canada, François Dumontier, rencontré par Le Devoir devant les paddocks samedi.

Photo: Zacharie Goudreault Le Devoir

Pendant qu’ils reçoivent leur dose et qu’ils attendent une période de 15 minutes par la suite, les personnes vaccinées peuvent d’ailleurs regarder de vieilles courses automobiles sur des écrans géants disposés un peu partout dans les paddocks.

« Je suis une fan. Donc, pour moi, de pouvoir être dans les paddocks et de faire le circuit, c’est génial ! », s’est réjouie Sara Sverenyakova, une étudiante internationale de 17 ans qui s’est déplacée sur le site à vélo samedi pour obtenir sa première dose du vaccin contre la COVID-19. « Ça fait un deux pour un : faire le tour du circuit et me faire vacciner en même temps », rajoute-t-elle, rayonnante.

Samy Labrie-Collette, un étudiant de 19 ans, a aussi apprécié son expérience. Qui aurait cru qu’il serait plaisant d’aller se faire vacciner ? « Ça me fait penser un peu à des événements au secondaire. Il y a des mascottes et de la musique. C’est drôle », lance-t-il.

Photo: Zacharie Goudreault Le Devoir

Ce samedi, les 500 doses offertes pour rendez-vous avaient déjà été réservées en amont. En début d’après-midi, il restait toutefois encore des doses disponibles parmi les 500 destinées au sans rendez-vous.

« C’est un site qui est quand même accessible. Il était disponible sans Grand Prix. Et je pense que la réponse est très bonne. Il y a beaucoup de personnes qui se présentent sans rendez-vous », se réjouit M. Dumontier.

Pablo Ortez s’est aussi déplacé sur place samedi pour se faire vacciner en compagnie de sa femme enceinte.

« C’est une très bonne idée parce que les gens peuvent venir ici à bicyclette et obtenir leur première dose du vaccin. C’est ça qui compte », estime-t-il.

 
« On souhaite vraiment que le plus de gens possible puissent se faire vacciner pour que la pandémie puisse enfin nous quitter. » -Jocelyne Boudreault, attachée de presse du CIUSSS du Centre-sud-de-l’Île de Montréal

Place aux voitures

Au cours des deux prochaines fins de semaine, la vaccination sera réservée aux automobilistes et l’admission se fera sur rendez-vous seulement. Le site sera accessible de 10 h à 16 h pendant les trois fins de semaine de sa mise en fonction. M. Dumontier n’écarte d’ailleurs pas d’autoriser un usage plus long du site à titre de clinique de vaccination, si la demande est au rendez-vous.

Il se montre d’ailleurs confiant qu’après deux annulations successives du Grand Prix du Canada, le circuit Gilles-Villeneuve n’aura pas à servir de clinique de vaccination contre la COVID-19 l’an prochain.

« On le fait pour contribuer à l’effort collectif, pour qu’on puisse avoir un Grand Prix en 2022 », lance-t-il en riant au sujet de cette initiative.

À voir en vidéo