France - Huit cas de légionellose en deux semaines

Strasbourg — Un taux de légionelles près de quatre fois supérieur à la normale a été détecté dans la tour aéroréfrigérante d'une galerie commerciale de Nancy, où huit cas de légionnellose ont été enregistrés depuis le 17 juillet, a-t-on appris hier auprès de la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

«Les souches vont être envoyées sans délai au centre de référence nationale à Lyon afin de les comparer avec celles prélevées sur les personnes concernées», annonce la préfecture dans un communiqué.

«Seule cette analyse, d'une durée de 15 jours environ, permettra de définir formellement si cette tour aéroréfrigérante est à l'origine de la contamination des personnes hospitalisées. À ce stade des investigations, aucune conclusion ne peut être tirée à cet égard», précise-t-on dans le communiqué.

Le taux de légionelles détecté dans la tour incriminée s'élève à 380 000 ufc/l (unités formant colonies par litre), alors que le seuil de risque sanitaire est fixé à 100 000 ufc/l.

Huit cas de légionellose, tous diagnostiqués sur des habitants de l'agglomération nancéienne, ont été enregistrés en Meurthe-et-Moselle depuis le 17 juillet. Au total, 17 cas de légionellose ont été détectés en Lorraine: huit en Meurthe-et-Moselle, trois dans les Vosges et six, dont deux mortels, en Moselle.

Le deuxième décès en Moselle a été annoncé hier. Il s'agit d'un homme de 75 ans, domicilié dans la région de Saint-Avold, qui avait été hospitalisé le 29 juillet, a déclaré à Reuters le sous-préfet de Metz-Campagne, Michel Bernard, selon qui l'homme est décédé «assez rapidement après son hospitalisation».

Le 23 juillet, une patiente de 54 ans originaire du sud de la Moselle était décédée à Nancy des suites d'une légionellose. «Aucun lien n'a été établi entre ces deux décès», a déclaré Michel Bernard.