Le vaccin de Moderna serait «hautement efficace» chez les adolescents

Le vaccin anti-COVID de Moderna n’est pour le moment autorisé que pour les personnes de 18 ans et plus.
Photo: Chandan Khanna Archives Agence France-Presse Le vaccin anti-COVID de Moderna n’est pour le moment autorisé que pour les personnes de 18 ans et plus.

La société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé mardi que son vaccin contre la COVID-19 était « hautement efficace » chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, et a confirmé vouloir déposer une demande d’autorisation pour cette tranche d’âge « début juin » auprès des différents régulateurs dans le monde.

Le vaccin de Moderna n’est pour le moment autorisé que pour les personnes de 18 ans et plus.

« Nous sommes encouragés que [le vaccin] se soit révélé hautement efficace pour prévenir la COVID-19 chez les adolescents », a déclaré le patron de Moderna, Stéphane Bancel, cité dans un communiqué. « Nous allons soumettre ces résultats à la FDA [l’agence américaine des médicaments] et aux régulateurs dans le monde début juin et demander une autorisation. »

Un autre vaccin, celui de Pfizer-BioNTech, est déjà autorisé pour les adolescents dans plusieurs pays, dont le Canada et les États-Unis. En Europe, la formule de Pfizer est pour le moment autorisé à partir de 16 ans, et son autorisation dès 12 ans est en cours d’évaluation par l’Agence européenne des médicaments (EMA).

L’annonce de Moderna mardi se fonde sur les résultats complets d’essais cliniques sur plus de 3700 participants âgés de 12 à 17 ans aux États-Unis. Deux tiers ont reçu le vaccin ; un tiers, un placebo.

« Après deux doses, aucun cas de COVID-19 n’a été observé dans le groupe vacciné […] contre quatre cas dans le groupe placebo, traduisant une efficacité du vaccin de 100 % 14 jours après la seconde dose », a déclaré Moderna dans son communiqué. Après une dose, une efficacité de 93 % a été observée, a précisé l’entreprise. Les quelques cas s’étant déclenchés chez des adolescents entre la première et la seconde dose étaient « légers », a-t-elle ajouté.

Le vaccin était « généralement bien toléré » et « aucune inquiétude concernant sa sécurité n’a été identifiée jusqu’ici », a souligné Moderna. Les effets secondaires observés étaient similaires à ceux constatés chez les adultes (douleur à l’endroit de l’injection, fatigue, maux de tête, douleurs musculaires, frissons, etc.).

Les adolescents développent en général des formes moins graves de la COVID-19 que les personnes plus âgées, mais ils ne sont pas à l’abri d’une infection et participent à la transmission du virus au sein de la population. C’est pourquoi leur immunisation est nécessaire afin de stopper l’épidémie, selon les experts.

Moderna a par ailleurs débuté en mars des essais de son vaccin sur les enfants de 6 mois à 11 ans.



À voir en vidéo