Santé Canada met sur pause la distribution du vaccin de Johnson & Johnson

Santé Canada met sur pause la distribution du vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19, en raison de craintes reliées à la qualité du produit.
Photo: Virginia Mayo Associated Press Santé Canada met sur pause la distribution du vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19, en raison de craintes reliées à la qualité du produit.

La distribution de centaines de milliers de doses du vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19 au Canada est mise sur pause en raison de préoccupations liées à la qualité de ce produit.

Le gouvernement fédéral, qui a reçu mercredi 300 000 doses du vaccin développé par un laboratoire américain, en a fait l’annonce en fin d’après-midi, vendredi, par voie de communiqué.

« Santé Canada a appris qu’une substance médicamenteuse produite à l’installation d’Emergent [aux États-Unis] avait été utilisée dans la fabrication des doses du vaccin de Janssen qui devaient initialement être utilisées au Canada et qui ont été reçues le 28 avril », peut-on lire.

« Comme pour tous les vaccins importés au Canada, les vaccins de Janssen ne pourront être distribués que si Santé Canada est assuré qu’ils respectent les normes élevées du Ministère en matière de qualité, d’innocuité et d’efficacité », ajoute le communiqué.

L’organisme fédéral travaille ainsi avec le laboratoire Janssen et la Food and Drug Administration, aux États-Unis, « pour obtenir tous les renseignements requis pour terminer cet examen ».

Une usine problématique

L’usine d’Emergent, située à Baltimore, au Maryland, avait déjà fait l’objet il y a quelques semaines d’inquiétudes de la part d’inspecteurs de la Food and Drug Administration (FDA) qui y avaient noté des lacunes en matière de contrôle de la qualité de ses produits. Selon un récent article du New York Times, les inspecteurs ont aussi rapporté des enjeux reliés à la désinfection du site et à la formation des travailleurs de cette usine.

C’est par ailleurs dans cette installation que 15 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson avaient été ruinées le mois dernier en raison d’une contamination croisée.

Quant aux 1,5 million de doses du vaccin d’AstraZeneca importées récemment au Canada à partir de cette installation, Santé Canada « demeure confiant » que celles-ci sont conformes à ses exigences et donc « sans danger ». L’organisation avait d’ailleurs déjà publié un communiqué dimanche dernier pour rassurer les Canadiens à cet effet.

Québec garde le cap

Le Québec s’attendait à recevoir 67 800 doses du vaccin de Johnson & Johnson la semaine prochaine. Contacté par Le Devoir, le cabinet du ministre de la Santé, Christian Dubé, se veut toutefois rassurant.

« Ça ne changera rien à l’objectif du 24 juin de vacciner tous les Québécois qui le désirent », indique son attachée de presse, Marjaurie Côté-Boileau. C’est donc dire que le « plan de match » dévoilé jeudi par le ministre de la Santé tient toujours, assure-t-elle. Le gouvernement Legault prévoit que tous les adultes québécois qui veulent être vaccinés contre la COVID-19 pourront prendre un rendez-vous pour le faire d’ici deux semaines.

L’Alberta, pour sa part, comptait sur les doses de ce vaccin pour protéger les résidents de certaines régions éloignées durement touchées par la pandémie, comme Wood Buffalo et Banff.

À voir en vidéo