La vaccination bientôt ouverte à tous les adultes québécois

Tous les adultes québécois qui veulent être vaccinés contre la COVID-19 pourront prendre un rendez-vous pour le faire d’ici deux semaines. Le gouvernement québécois a eu la confirmation qu’il recevra environ 500 000 doses par semaine jusqu’à la fin du mois de mai.

« Maintenant, il n’y a plus aucun doute. On va réaliser notre objectif du 24 juin », a déclaré le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse. Il était entouré du directeur national de santé publique, Horacio Arruda, et du directeur de la campagne de vaccination, Daniel Paré.

Le gouvernement ouvre donc la prise de rendez-vous sur le site Clic Santé à la population générale, par tranche d’âge. Ainsi, les quinquagénaires pourront réserver le leur dès vendredi. « Par la suite, on va descendre de tranche d’âge de cinq ans tous les deux jours », a expliqué le ministre. Viendront donc les 45 à 49 ans, le 3 mai ; les 40 à 44 ans, le 5 mai ; les 35 à 39 ans, le 7 mai et ainsi de suite jusqu’au 14 mai. Ce sont plus de 2,5 millions de Québécois qui seront vaccinés.

 

 

M. Dubé n’a pas voulu s’avancer sur un scénario de déconfinement après le 24 juin. Tout dépendra de la situation épidémiologique et de la couverture vaccinale atteinte, a précisé le Dr Arruda. Le gouvernement s’est donné pour cible de vacciner 75 % des adultes québécois pour pouvoir freiner la pandémie. À ce jour, plus de 3 millions de doses ont été administrées, ce qui inclut plus de 76 000 deuxièmes doses.

Celles-ci pourraient d’ailleurs être données plus rapidement que prévu si le gouvernement atteint sa cible rapidement, mais difficile de dire quand cette grande campagne de vaccination tirera à sa fin. « Le seul engagement qu’on prend, c’est de respecter les 112 jours [entre les deux doses] et on peut le faire le plus rapidement possible », a indiqué le ministre.

Le directeur de la campagne de vaccination a indiqué qu’il avait obtenu des confirmations pour la livraison de doses du gouvernement fédéral jusqu’au 30 juin. Le reste des doses sera livré durant le troisième trimestre, soit durant les mois de juillet, août et septembre. « Lorsqu’on va avoir plus de confirmations au cours des prochaines semaines, on pourra éclaircir le plan de match », a précisé Daniel Paré.

Les trois partis d’opposition se sont réjouis de l’ouverture de la campagne de vaccination à la population générale. « Il s’agit d’une excellente nouvelle, a réagi la porte-parole de l’Opposition officielle en matière de santé, Marie Montpetit. J’encourage les gens à prendre leur rendez-vous dès que cela est possible. »

« Souhaitons que la prochaine bonne nouvelle soit une deuxième dose pour tous les Québécois d’ici la fête du Travail afin d’arriver à une vaccination complète », a ajouté l’élue libérale.

Le Parti québécois souhaite également avoir davantage d’information sur l’inoculation de la deuxième dose des vaccins de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca. Le vaccin de Johnson & Johnson en requiert seulement une.

« La première dose, ce n’est pas une fin en soi, mais une étape vers l’immunisation complète, a rappelé le député Joël Arseneau. Curieux qu’on ne fixe pas de date pour conclure la période de vaccination pour la deuxième dose. En principe, c’est 16 semaines maximum après la fête nationale, selon les balises que se donne lui-même le gouvernement, soit le 14 octobre. »

De son côté, Québec solidaire a souligné l’absence de pause rémunérée pour permettre aux travailleurs d’aller se faire vacciner. « Le gouvernement fait la sourde oreille face à notre proposition de pause-vaccin, qui faciliterait la vie de nombreux Québécois et Québécoises qui ne peuvent pas se permettre de perdre une partie de leurs revenus », a réagi le co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois, en soulignant qu’une centaine de professionnels de la santé appuient désormais cette demande.

M. Paré a indiqué que les heures des centres de vaccination seraient allongées pour les groupes d’âge plus jeunes. Il planche également sur un projet de vaccination à l’auto dont les détails seront connus la semaine prochaine.

En ce qui a trait au vaccin d’AstraZeneca, le Dr Arruda ne s’attend pas à abaisser l’âge à moins de 45 ans en raison du risque de thrombose qu’il comporte. Le Comité consultatif national de l’immunisation recommande désormais ce vaccin aux personnes de 30 ans et plus qui ne présentent aucune contre-indication et qui ne désirent pas attendre une dose de Pfizer-BioNTech ou de Moderna.

Mesures spéciales au Bas-Saint-Laurent

Le gouvernement imposera le couvre-feu à 20 h dès samedi dans le Bas-Saint-Laurent, qui est aux prises avec des éclosions persistantes de COVID-19. Les rassemblements privés intérieurs et extérieurs seront également interdits. Les écoles primaires demeureront toutefois ouvertes. Ces mesures touchent l’ensemble de la région, à l’exception des MRC de Matanie, Matapédia et de La Mitis.

3 commentaires
  • Stephane Dubuc - Inscrit 30 avril 2021 06 h 52

    Est-ce que refuser le vaccin pourrait être plus utile finalement ?

    Une question pour les expets: si les québécois en bonne santé refusaient de se faire vacciner tant qu'une certaine équité entre les pays ne serait pas atteinte, est-ce que ce serait finalement plus utile ? On maintiendrait des mesures de précautions pendant 6 mois par exemple et les doses seraient acheminées vers les pays qui n'ont pas encore débuté la vaccination. On pourrait le faire par sens moral afin d'ééviter des miliers de morts et ce serait justifiable pour cette seule raison. Mais j'aimerais un avis d'experts: même "égoîstement" est-ce que ce serait plus avantageux même pour nous ? Le fait de mieux contenir l'épidémie mondiale ferait-il en sorte de limter les variants qui finiront tôt ou tard de revenir nous hanter ? Alors, dans une perspective globale, est-ce qu'on est vaiment rendu à la vaccination de la population en santé du Québec ?

  • Benoit Samson - Abonné 30 avril 2021 07 h 09

    Attention aux euphories contagieuses et éphémères dans la lutte contre la COVID

    Depuis le début de la pandémie, tous veulent entendre et croire de bonnes nouvelles qui confirmeraient leurs espérances et leur permettraient de reprendre une vie normale au plus sacrant.
    L’an dernier, la Suède, au grand plaisir de sa population, rejetait les recommandations des scientistes en refusant d’imposer le confinement, le port du masque et la fermeture des entreprises et écoles. Plusieurs à travers le monde, incluant au Canada, soiuhaitaient que l’on suive son exemple, jusqu’à ce qu’il devienne évident que les contaminations y deviennent 10 fois plus élevés que dans les pays voisins.
    Au Brésil, le rejet publique et euphorique des recommandations des scientistes a permis la fête de façon éphémère, interrompue par les résultats désastreux que l’on connait.
    Après une première amélioration marquée à l’automne dernier, la France et l’Italie se réjouirent enfin de pouvoir relâcher les contraintes et la fête put reprendre et causer d’autres flambées de cas catastrophiques difficiles à gérer.
    En mars 2021 le premier ministre de l’Inde déclarait avec une euphorie collective contagieuse que son pays avait vaincu la lutte contre la COVID et les précautions tombèrent à grande échelle avant l’hécatombe que l’on voit maintenant quotidiennement à la TV.
    Le Québec connait d’excellent résultats ce printemps dans sa lutte contre la contagion. La cause exacte n’est pas certaine mais il semble que le couvre-feu ait été un élément important car il le fût en France et parce que les autres provinces qui trainent la patte ne l’ont pas imposé.
    Il serait donc prudent de ne pas causer ni succomber à l’euphorie collective et relâcher prématurément les mesures qui ont contribuées au succès présent. La difficulté sera de convaincre les individus de ne pas laisser tomber les mesures sanitaires barrières jusqu’à ce qu’ils aient reçu les deux doses de leurs vaccins. Au plus beau de l’été ce sera un défi difficile à relever et pour lequel tout le charisme du premier ministre sera requis.

  • Benoit Samson - Abonné 30 avril 2021 08 h 45

    Les dangers des euphories collectives contagieuses et éphémères

    Depuis le début de la pandémie, tous veulent entendre et croire de bonnes nouvelles qui confirmeraient leurs espérances et leur permettraient de reprendre une vie normale au plus sacrant. L’an dernier, la Suède, au grand plaisir de sa population, rejetait les recommandations des scientistes en refusant d’imposer le confinement, le port du masque et la fermeture des entreprises et écoles. Plusieurs à travers le monde, incluant au Canada, souhaitaient que l’on suive son exemple, jusqu’à ce qu’il devienne évident que les contaminations y étaient 10 fois plus élevées que dans les pays voisins. Au Brésil, le rejet publique et euphorique des recommandations des scientistes a permis la fête de façon éphémère, interrompue par les résultats désastreux que l’on connait. Après une première amélioration marquée à l’automne dernier, la France et l’Italie se réjouirent de pouvoir enfin relâcher les contraintes et la fête put reprendre et causer d’autres flambées de cas catastrophiques difficiles à gérer. En mars 2021 le premier ministre de l’Inde déclarait avec une euphorie collective contagieuse que son pays avait vaincu la lutte contre la COVID; les précautions tombèrent à grande échelle avant l’hécatombe que l’on voit maintenant quotidiennement à la TV. Le Québec connait d’excellents résultats ce printemps dans sa lutte contre la contagion. La cause exacte n’est pas certaine mais il semble que le couvre-feu ait été un élément important car il le fût en France et parce que les autres provinces qui trainent la patte ne l’ont pas imposé. Il serait donc prudent de ne pas causer ni succomber à l’euphorie collective et relâcher prématurément les mesures qui ont contribuées au succès québécois. La difficulté sera de convaincre les individus de ne pas laisser tomber les mesures sanitaires barrières jusqu’à ce qu’ils aient reçu les deux doses de leurs vaccins. Au plus beau de l’été ce sera un défi difficile à relever et pour lequel tout le charisme du premier ministre sera requis.