Ottawa travaille à résorber les retards de livraison du vaccin de Moderna

Les vaccins de Moderna distribués cette semaine devaient initialement être livrés la semaine dernière. Une prochaine livraison était par ailleurs attendue la semaine prochaine, mais ne sera pas livrée à temps.
Photo: Marco Bertorello Archives Agence France-Presse Les vaccins de Moderna distribués cette semaine devaient initialement être livrés la semaine dernière. Une prochaine livraison était par ailleurs attendue la semaine prochaine, mais ne sera pas livrée à temps.

Le fédéral est confiant de voir les délais de livraisons du vaccin contre la COVID-19 de Moderna se résorber bientôt. Dans certaines provinces, le retard des doses attendues a forcé ces derniers jours le report de rendez-vous.

« Ce n’est pas un problème de production, mais ça dépend plutôt de l’ensemble du processus nécessaire à l’expédition des vaccins aux pays. Nous travaillons avec la compagnie pour mieux préciser la fenêtre où nous pourrons récupérer ces vaccins », a expliqué le major-général Dany Fortin, responsable à Ottawa de l’opération vaccin, lors d’un breffage technique jeudi avant-midi.

Les vaccins de Moderna distribués cette semaine devaient initialement être livrés la semaine dernière. Une prochaine livraison était par ailleurs attendue la semaine prochaine, mais ne sera pas livrée à temps. Selon le major-général Fortin, le retard devrait être rattrapé d’ici la fin du mois d’avril.

« Plusieurs provinces ont dû repousser des rendez-vous. Nous collaborons avec elles pour réduire les répercussions de ces reports », a-t-il ajouté. Quelque 2,8 millions de doses du vaccin de Moderna sont attendues en mai.

Pfizer en tête

Au total, plus de 8,8 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 ont été administrées au Canada. 12,7 millions de doses ont été acheminées aux provinces et aux territoires.

C’est Pfizer qui mène le bal de l’approvisionnement au Canada. Jusqu’à la fin mai, un million de doses de son vaccin seront reçues chaque semaine au pays. En juin, la cadence passera à près de deux millions de doses par semaine. Pour le trimestre, cela devrait représenter plus de 17 millions de doses de ce vaccin.

L’approvisionnement du vaccin d’AstraZeneca suivra quant à lui un rythme beaucoup plus lent. Les prochaines livraisons, qui doivent compter seulement un million de doses, ne sont pas prévues avant juin.

Les difficultés que rencontrent certaines cliniques de vaccination pour écouler les doses du vaccin d’AstraZeneca n’influencent en rien les efforts d’Ottawa pour obtenir des livraisons plus abondantes, a assuré Joëlle Paquette, une haute fonctionnaire de Services publics et Approvisionnement Canada. « Ce qu’on essaie de faire, c’est d’aller chercher le plus de doses le plus vite possible. Et c’est la discussion qu’on a avec les compagnies, y compris AstraZeneca », a-t-elle expliqué.

Moins en demande

Pour l’instant, 2,2 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca ont été livrées au Canada. Après l’engouement initial dans les cliniques sans rendez-vous du Québec la semaine dernière, la demande faiblit pour ce vaccin offert aux personnes de 55 ans et plus.

Plus tôt cette semaine, Santé Canada n’a pas conseillé de restreindre l’utilisation de ce vaccin à certaines tranches d’âge. Le ministère a toutefois mis à jour l’étiquette du produit pour avertir que celui-ci peut causer, dans de très rares cas, des caillots sanguins caractérisés par une faible concentration de plaquettes dans le sang.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), qui formule des recommandations qui prennent aussi en compte la situation épidémiologique et l’ensemble de l’arsenal vaccinal disponible, révise actuellement les données disponibles au sujet du vaccin d’AstraZeneca.

Il pourrait décider de modifier sa recommandation de ne pas administrer le vaccin aux personnes de moins de 55 ans. La décision finale reviendra aux provinces.

À voir en vidéo