Enquête pour élucider la mort d’un homme de 22 ans des Laurentides qui avait contracté la COVID-19

Le CISSS des Laurentides a confirmé vendredi le décès d’une personne de 22 ans «résidant sur le territoire des Laurentides» qui avait été «déclarée positive à la COVID-19».
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le CISSS des Laurentides a confirmé vendredi le décès d’une personne de 22 ans «résidant sur le territoire des Laurentides» qui avait été «déclarée positive à la COVID-19».

Un jeune homme de 22 ans qui demeurait dans la région des Laurentides a perdu la vie dans les derniers jours après avoir contracté la COVID-19. Une situation qui survient au moment où la transmission du virus s’accélère chez les jeunes adultes de la province.

Dans un courriel au Devoir, le CISSS des Laurentides a confirmé vendredi le décès d’une personne de 22 ans « résidant sur le territoire des Laurentides » qui avait été « déclarée positive à la COVID-19 ». Une enquête du coroner aura cependant lieu pour déterminer si la mort de l’individu est effectivement liée à la COVID-19, ajoute le centre hospitalier.

Ce dernier n’a également pu fournir d’informations complémentaires sur la personne en question, la loi lui interdisant de « donner toute information pouvant mener à l’identification d’une personne ou concernant le dossier médical d’une personne ». L’établissement rappelle toutefois que « de façon générale, les gens qui décèdent à un jeune âge de la COVID-19 sont des personnes qui présentaient des comorbidités importantes ».

Contacté par Le Devoir, le Bureau du coroner a confirmé l’identité du jeune homme de 22 ans. Il a toutefois précisé que la famille préférait que son identité ne soit pas révélée dans les médias.

Vibrant hommage

Depuis jeudi, de nombreux proches et amis ont rendu hommage au jeune homme de 22 ans, qui résidait à Saint-Jérôme et qui est décédé plus tôt cette semaine. Sur sa page Facebook, plusieurs témoignages mentionnent qu’il aurait perdu la vie après avoir contracté la COVID-19.

« C’est là qu’on voit que personne n’est épargné par la COVID-19, autant les plus jeunes que les plus âgés », s’inquiète Marc-Olivier Neveu, un ami âgé de 21 ans. En entrevue téléphonique, il se remémore sa joie de vivre et son charisme. Il l’a côtoyé pendant ses études secondaires, à Saint-Jérôme. « C’est un choc pour moi », a-t-il soufflé.

Dans des dizaines de publications sur la page Facebook du défunt, des amis se sont remémoré un jeune homme « très respectueux », ouvert d’esprit, mais aussi « gentil et drôle ». Il était par ailleurs « un improvisateur hors pair », a mentionné l’un d’entre eux. « Il était impliqué dans les ligues d’improvisation au secondaire », a d’ailleurs expliqué M. Neveu.

« La COVID vient d’arracher un ami du primaire et du secondaire, une personne qui était si unique, transparente et drôle. Une étoile de l’improvisation et de l’acceptation », a pour sa part écrit Tomy Asselin-Lapointe. Le père du défunt s’est quant à lui dit profondément « triste » et « détruit » par la mort de son fils, qu’il a confirmée jeudi matin sur sa page Facebook.

Hausse des jeunes hospitalisés

Depuis le début de la pandémie, l’Institut national de la santé publique du Québec rapporte sept décès liés à la COVID-19 d’hommes et de femmes âgés de 20 à 29 ans. Pendant la semaine du 27 mars au 2 avril, l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux a d’ailleurs constaté une hausse de 47 % du nombre de nouveaux cas positifs de la maladie chez les jeunes de 18 à 39 ans. Les jeunes sont en parallèle de plus en plus nombreux à devoir subir une hospitalisation reliée à une infection pour la COVID-19.

« Sans conteste, la contagion entre les jeunes adultes est vraiment plus problématique présentement que ce qu’elle a été dans les vagues précédentes », soulève le Dr Olivier Drouin, qui est pédiatre et chercheur clinicien au CHU Sainte-Justine. Une situation qui pourrait inciter Québec à revoir ses priorités de vaccination, estime-t-il.

« Assez rapidement, il va falloir passer à la prochaine phase de la pandémie, et il faudra s’assurer de vacciner les personnes qui sont le plus à risque de le transmettre [le virus] », note M. Drouin.

Le 3 avril, une adolescente de 16 ans est décédée des suites de la COVID-19 au CHU Sainte-Justine, ce qui en fait la plus jeune victime de la pandémie au Québec. Ainsi, bien que les décès liés à la COVID-19 demeurent très rares chez les enfants, M. Drouin estime que le retour à un enseignement secondaire entièrement en ligne serait souhaitable dans la région de Montréal.

« Je ne serais pas surpris qu’on l’annonce dans les sept prochains jours », laisse-t-il tomber. Le premier ministre du Québec, François Legault, a pour sa part affirmé jeudi soir que la situation n’est actuellement pas assez « grave » dans les écoles de la région de Montréal pour justifier leur fermeture.

Vendredi, huit nouveaux décès reliés à la COVID-19 ont été rapportés dans la province.

À voir en vidéo