Québec pressé d’élargir l’accès à la vaccination

La vaccination tournait au ralenti lundi à Montréal. La vaste majorité des Montréalais de plus de 60 ans ont déjà été vaccinés et les plages horaires vides se multiplient dans les grands centres de vaccination de Montréal, selon le site Internet ClicSanté.
Paul Chiasson La Presse canadienne La vaccination tournait au ralenti lundi à Montréal. La vaste majorité des Montréalais de plus de 60 ans ont déjà été vaccinés et les plages horaires vides se multiplient dans les grands centres de vaccination de Montréal, selon le site Internet ClicSanté.

Plus de 75 % des Québécois de 65 ans et plus ont maintenant reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19 ou ont pris leur rendez-vous. Les livraisons de doses s’accélérant, la pression s’accentue pour que Québec élargisse l’accès à la vaccination dans la province.

« Dès cette semaine, certaines régions seront en mesure d’ouvrir à d’autres groupes d’âge », a confirmé l’attachée de presse du ministre de la Santé Christian Dubé sans fournir de précisions.

Lundi en fin de journée, le CISSS de l’Outaouais déclarait ouvrir la vaccination aux 60 ans et plus. Quelques heures plus tard, le ministre Dubé annonçait la même chose pour la Montérégie.

Après les Québécois de plus de 60 ans, l’Institut de santé publique recommande d’ouvrir la vaccination aux « adultes de moins de 60 ans qui ont une maladie chronique ou un problème de santé augmentant le risque de complication de la COVID-19 ». Ensuite devraient être visés les moins de 60 ans « qui assurent des services essentiels et qui sont en contact avec des usagers ».

L’expert en virologie et professeur à l’UQAM Benoît Barbeau est d’avis que le gouvernement devrait ouvrir la vaccination aux 55 ans et plus, les seuls à pouvoir recevoir le vaccin d’AstraZeneca. « C’est quand même massif comme campagne. Il faut comprendre ce qu’on fait, puis à quel moment on ouvre le groupe d’âge. Inclure les 55 ans et plus, c’est moins complexe que d’ouvrir la distribution aux 50 ans et plus. Vous avez une tranche entre 50 et 55 ans dont il faut s’assurer qu’ils ne pourront pas recevoir le vaccin d’AstraZeneca, contrairement aux 55 ans et plus. »

« Le gouvernement devra bouger rapidement », signale Benoît Barbeau. « On est dans une troisième vague, et la pression est sur eux pour le faire. »

Défi logistique

La tâche s’annonce complexe. Déployer trois types de vaccin dont les dates de livraisons diffèrent, en tenant compte des paliers d’alertes régionales et des projets-pilotes de la Santé publique, relève d’une logistique difficile. « On n’est plus aussi centralisés qu’avant », ajoute l’expert en virologie. « On a maintenant les pharmacies qui distribuent le vaccin. C’est quand même l’avantage du vaccin AstraZeneca, qui est stable dans une température de réfrigérateur. Vous avez donc des logistiques qui feront en sorte que certains sites favoriseront plus facilement la distribution de certains vaccins. Ça joue dans la complexité de cette campagne vaccinale. »

Le gouvernement devra bouger rapidement

En fin de semaine, Québec a annoncé rediriger 34 000 doses vers les régions les plus touchées par la COVID-19, comme Québec et Gatineau, « afin d’assurer une équité dans la vaccination ». En contrepartie, la vaccination tournait au ralenti lundi à Montréal. La vaste majorité des Montréalais de plus de 60 ans ont déjà été vaccinés, et les plages horaires vides se comptent par dizaines dans les grands centres de vaccination de Montréal, selon le site Internet ClicSanté.

L’arrivée fin avril de vaccins de Johnson & Johnson changera aussi la donne. La conservation du vaccin dans un réfrigérateur ordinaire et son inoculation en une seule dose offrira plus de flexibilité aux autorités.

Le Québec attend cette semaine 230 490 doses de vaccins, tous de la compagnie Pfizer.

Éclosion au Méga-Fitness Gym

L’éclosion de COVID-19 au Méga-Fitness Gym est responsable de 171 cas à Québec, a indiqué lundi le CIUSSS de la Capitale-Nationale. Le dernier bilan de l’éclosion faisait état de 147 nouveaux cas, vendredi.

Une vingtaine de milieux de travail sont aux prises avec des éclosions liées à celle de la salle d’entraînement. La Santé publique a fait fermer l’endroit mercredi dernier, après avoir observé de graves manquements aux mesures sanitaires.

Dans un message publié sur sa page Facebook, le propriétaire du Méga-Fitness Gym, Dan Marino, affirmait jeudi que son établissement avait respecté les mesures sanitaires, y compris la distanciation de deux mètres. Le maire de Québec tenait dimanche soir sur le plateau de Tout le monde en parle des propos acerbes à son endroit. « Il est actuellement l’homme le plus populaire de ma ville pour les mauvaises raisons, parce que tous les commerçants lui en veulent à mort », a déclaré Régis Labeaume.

Ces derniers temps, à Québec, les variants plus contagieux constituent de 70 à 80 % des cas. Les hospitalisations liées à la COVID-19 touchent davantage des personnes plus jeunes, qui consultent plus tardivement et doivent demeurer plus longtemps aux soins intensifs.

En raison de la hausse importante de nouveaux cas dans la région, les autorités ont resserré un peu plus la vis dans la région de Chaudière-Appalaches. Le ministère de la Santé a annoncé dimanche après-midi que des nouvelles mesures entreraient en vigueur pour cinq des neuf municipalités régionales de comté (MRC) que compte Chaudière-Appalaches.

Ainsi, comme lors du confinement de janvier, le couvre-feu sera en vigueur de 20 h et à 5 h. Les élèves des écoles primaires et secondaires devront revenir à l’apprentissage en ligne. Les cinémas, des salles de spectacle, les musées, les commerces non essentiels et les restaurants (sauf pour livraison et comptoir pour emporter) seront fermés.

Les commerces qui demeurent ouverts ne pourront pas vendre des produits non essentiels. Les activités extérieures de sport ou de loisirs seront permises uniquement avec des personnes résidant à la même adresse ou pour des groupes de huit personnes avec distanciation.

Les secteurs visés sont Beauce-Sartigan, Bellechasse, Les Etchemins, La Nouvelle-Beauce et Robert-Cliche. Les villes de Lévis, de Québec et de Gatineau étaient déjà touchées par ces nouvelles mesures, qui devront rester en place au moins jusqu’au 12 avril.

Avec La Presse canadienne

1252 nouveaux cas dans la province

Québec a rapporté lundi 1252 nouveaux cas de COVID-19 en plus d’ajouter quatre décès à son bilan. On compte donc maintenant 317 364 personnes infectées depuis le début de la pandémie, dont 296 396 sont considérées comme rétablies. Le bilan des décès s’élève à 10 697. En ce qui concerne les quatre décès rapportés lundi, un est survenu dans les 24 heures précédentes, un entre le 29 mars et le 3 avril, un avant le 29 mars et un autre à une date inconnue. Les hospitalisations demeurent plutôt stables, puisque l’on en rapportait 503 lundi, soit une de plus que la veille. Parmi ces patients, 123 se trouvent aux soins intensifs, une baisse de 5 personnes. Au total, 24 065 prélèvements ont été réalisés le 3 avril. En ce qui a trait à la vaccination, 22 494 doses avaient été administrées dans les dernières 24 heures, pour un total de 1 552 215, sur 2 127 605 reçues. Le ministère de la Santé précise que 135 100 doses du vaccin de Moderna et 339 600 doses de celui d’AstraZeneca ont été reçues et sont actuellement en transit dans le réseau.


À voir en vidéo