La COVID-19 recule chez les autochtones

Plus de 50% des adultes vivant sur les territoires autochtones et inuits du Canada ont déjà reçu au moins une dose du vaccin.
Photo: Mike Deal Archives La Presse canadienne Plus de 50% des adultes vivant sur les territoires autochtones et inuits du Canada ont déjà reçu au moins une dose du vaccin.

Les cas actifs de COVID-19 dans les communautés autochtones du pays ont été divisés par cinq depuis la mi-janvier, un effet direct des campagnes de vaccination qui y ont été tenues, selon Services aux Autochtones Canada.

Dans les faits, le nombre de cas actifs est passé de 4875 au milieu de mois de janvier à 860 en date du 30 mars, a fait savoir le ministère fédéral vendredi. Une situation similaire à celle relevée en novembre dernier, lorsque le taux d’infection au virus était à son plus bas.

À la fin du mois de mars, Services aux Autochtones Canada indiquait que 246 675 doses de vaccin contre la COVID-19 ont été injectées aux populations de 612 territoires autochtones et inuits. Plus de 50 % des adultes vivant sur ces territoires ont déjà reçu au moins une dose de vaccin, une proportion quatre fois supérieure à celle du reste de la population adulte canadienne, souligne le Dr Tom Wong, médecin en chef de la santé publique pour le ministère.

Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones, se réjouit aussi du succès de la campagne de vaccination menée dans les communautés, malgré les difficultés de livrer les doses dans certains territoires. À cet effet, il salue la collaboration des leaders autochtones.

Le ministre Miller signale en outre que la vaccination a atteint jusqu’ici plus de 70 % de la population des territoires du nord canadien. Au Nunavut, 20 000 doses administrées ont permis de protéger 75 % de la population adulte.

Le Dr Wong prévient toutefois que malgré la baisse significative du nombre d’éclosions de coronavirus dans les territoires autochtones, les variants constituent toujours une menace. Le ministre Miller ajoute que la troisième vague de COVID-19 est aussi source de préoccupations.

Les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna ont démontré jusqu’ici qu’ils protégeaient efficacement contre le variant britannique, celui qui se répand le plus actuellement au Canada.



À voir en vidéo