Les hôpitaux du Québec devraient tenir le coup, selon l’INESSS

À Montréal et dans sa périphérie, l’INESSS prévoit un maintien du taux d’occupation des lits dans les hôpitaux.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir À Montréal et dans sa périphérie, l’INESSS prévoit un maintien du taux d’occupation des lits dans les hôpitaux.

Trois des quatre régions de retour en zone rouge se préparent à faire face à un nouvel afflux de patients gravement malades. L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) prévoit d’ailleurs que le nombre de malades hospitalisés augmentera au cours de la prochaine semaine, mais qu’il ne devrait toutefois pas dépasser la capacité du réseau… à condition de délester.

« Nous craignons beaucoup présentement ce qui est devant nous », a affirmé le directeur des services professionnels du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec – Université Laval, Stéphane Bergeron, en conférence de presse jeudi. La troisième vague semble « plus grande, plus imposante » pour la région de la Capitale-Nationale que la première et la deuxième.

ll y a deux semaines la ville de Québec comptait quatre patients aux soins intensifs. Aujourd’hui, il y a en a une vingtaine. Leur âge varie de 36 à 61 ans. Ils sont donc plus jeunes et restent hospitalisés plus longtemps. Le Dr Bergeron doit donc évaluer quelles chirurgies électives il devra délester la semaine prochaine pour prioriser les soins aux malades de la COVID-19.

« Dans l’intervalle entre les deux vagues, nous n’avons pas gardé des unités libres et du personnel à ne rien faire, a-t-il expliqué. On a repris de la chirurgie, on a repris autre chose, donc ce sont des unités sont occupées aujourd’hui. On est encore dans la capacité de répondre, mais comprenons que toute réponse COVID entraîne une réduction du niveau d’offre que l’on fait pour le reste des autres maladies. »

Dans le Bas-Saint-Laurent, l’unité COVID de l’hôpital régional de Rimouski, rouverte dimanche, peut présentement accueillir 14 patients. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la région tente de doubler cette capacité et compte rouvrir son unité de soins intensifs. Neuf résidents du Bas-Saint-Laurent sont présentement hospitalisés à Lévis et à Québec. Il prévoit CISSS prévoit également rouvrir l’hôpital de Rivière-du-Loup.

Quatre patients y sont actuellement hospitalisés. Les soins intensifs COVID seront aussi rouverts d’ici les prochaines heures à Rimouski, de même que l’unité COVID de l’hôpital de Rivière-du-Loup. Actuellement, neuf résidents du Bas-Saint-Laurent sont hospitalisés dans des hôpitaux de Lévis et Québec.

En Outaouais, le CISSS tente de faire passer son nombre de lits en médecine générale de 27 à 50 et aux soins intensifs de 7 à 20. Au moment où ces lignes étaient écrites, le CISSS de Chaudière-Appalaches n’avait pas répondu aux questions du Devoir.

 

Les régions hors Montréal plus touchées

Selon les plus récentes projections de l’INESSS sur les risques d’hospitalisation et sur les besoins hospitaliers liés à la pandémie dévoilées jeudi, 234 personnes devront être soignées à l’hôpital, dont 51 aux soins intensifs, à travers le Québec. Il s’agit d’une augmentation de 23 % par rapport à la semaine dernière. Le nombre de cas de COVID-19 a quant à lui augmenté de 20 % durant la même période, passant de 5015 à 6006.

« La hausse des cas est particulièrement importante chez les résidents de la Montérégie (+43 %) et a pratiquement doublé dans la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches (+97 %) », écrivent les chercheurs de l’INESSS dans leur rapport sur les risques d’hospitalisation.

Cela pourrait se traduire par une augmentation relative de 20 % de l’occupation des lits d’hôpitaux aux soins courants et de 40 % des lits aux soins intensifs au cours des trois prochaines semaines. Les chercheurs de l’INESSS ne prévoient toutefois pas de dépassement des capacités hospitalières au cours des deux à trois prochaines semaines puisque 12 % des lits de soins courants et 15 % des lits de soins intensifs étaient occupés en date du 26 mars.
 

L’augmentation du nombre de patients hospitalisés pourrait toutefois varier d’une région à l’autre et certains établissements de santé pourraient s’en retrouver fragilisés.

À Montréal et dans sa périphérie, l’INESSS prévoit un maintien du taux d’occupation des lits dans les hôpitaux. Un peu plus du quart des lits de soins courants et près de la moitié des lits de soins intensifs pour les patients atteints de la COVID-19 sont présentement occupés.
 

Tous les groupes d’âge sont touchés par l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 à l’exception des personnes âgées de 80 ans et plus, qui ont été parmi les premières à être vaccinées. L’INESSS note que leur proportion parmi les cas traités dans les établissements de santé est en baisse depuis quatre semaines. La même tendance s’observe pour les personnes qui habitent dans des résidences privées pour aînés, des ressources intermédiaires et des ressources de type familial.



À voir en vidéo