Importante éclosion dans un centre pour personnes ayant une déficience intellectuelle

La ressource intermédiaire montréalaise Benjamin et Venda Treiser–Maison Shalom accueille des gens ayant des handicaps intellectuels et physiques
Photo: Google Maps La ressource intermédiaire montréalaise Benjamin et Venda Treiser–Maison Shalom accueille des gens ayant des handicaps intellectuels et physiques

Six des sept résidents d’un pavillon de la ressource intermédiaire (RI) Benjamin et Vanda Treiser–Maison Shalom, qui accueille des gens ayant des handicaps intellectuels et physiques, ont la COVID-19. Trois employés sont atteints.

« Je suis tellement fâchée ! lance la Dre Rosanne Superstein, coprésidente de la RI située dans l’arrondissement montréalais de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. C’est une éclosion qu’on aurait pu éviter. »

Depuis l’arrivée des vaccins il y a quatre mois, les organismes de défense des personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme réclament que ces populations vulnérables soient vaccinées en priorité. « On voit le train qui approche du mur et personne ne fait quelque chose », dénonce la Dre Superstein.

Le frère de la médecin habite à Benjamin et Vanda Treiser–Maison Shalom. L’homme de 47 ans, qui a un âge mental de deux ans, souffre de la COVID-19. « Pour le moment, les résidents ne sont pas si malades. Quelques-uns ont de la fièvre, ils ne mangent pas. Mais ça fait seulement deux jours qu’ils ont la COVID-19. On ne sait pas encore [quels seront les effets] », souligne la Dre Superstein.

La vaccination se fait attendre

Il y a une dizaine de jours, le gouvernement Legault a annoncé que les personnes ayant un handicap physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme et vivant dans les ressources intermédiaires et les ressources de type familial seraient vaccinées en priorité.

Or, la vaccination se fait attendre. Jusqu’à aujourd’hui, aucune de ces personnes vulnérables n’avait encore été immunisée contre la COVID-19 au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui chapeaute la Benjamin et Vanda Treiser–Maison Shalom.

« La directive ministérielle stipule que la campagne de vaccination contre la COVID-19 dans les ressources intermédiaires pour les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme doit se tenir en avril », rétorque Carl Thériault, porte-parole du CIUSSS.

Or, les résidents de l’autre pavillon de la Benjamin et Vanda Treiser–Maison Shalom, où personne n’a été contaminé pour le moment, seront vaccinés « de façon exceptionnelle » vendredi, « afin d’éviter une éclosion », précise M. Thériault.

La Dre Superstein a réclamé à hauts cris la vaccination des résidents et des employés de sa RI. « Là, ils le font, ils les vaccinent, dit-elle. Il faut que des personnes vulnérables [soient infectées] et souffrent pour qu’ils agissent. C’est vraiment une belle réflexion sur notre CIUSSS et notre gouvernement. »

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) assure que ces personnes vulnérables seront vaccinées. « Le MSSS transmettra sous peu ses directives afin d’opérationnaliser cette phase de la campagne de vaccination, indique-t-on dans un courriel. Cette phase est tributaire de la livraison de vaccins adaptés à des opérations mobiles. »



À voir en vidéo