250 personnes permises dans les lieux de culte en zone rouge

Dès vendredi, tous les lieux de culte au Québec pourront accueillir jusqu’à 250 personnes, même en zone rouge.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Dès vendredi, tous les lieux de culte au Québec pourront accueillir jusqu’à 250 personnes, même en zone rouge.

Dès vendredi, tous les lieux de culte au Québec, même ceux en zone rouge, pourront accueillir jusqu’à 250 personnes lors de leurs activités religieuses. Le gouvernement Legault a adopté un décret en ce sens mercredi.

Actuellement, le nombre de fidèles dans les églises, les mosquées et les synagogues est limité à 25 en zone rouge. Le maximum de personnes admises est de 100 en zone orange. Les lieux de culte en zone jaune sont déjà autorisés à tenir des activités religieuses regroupant 250 personnes.

Le président de la Table interreligieuse de concertation, Mgr Pierre Murray, salue cette décision de Québec, d’autant qu’elle survient une semaine avant les célébrations de Pâques. Les communautés religieuses dénonçaient le fait que les salles de spectacle situées en zone rouge puissent accueillir jusqu’à 250 personnes dès le 26 mars (vendredi), contrairement aux lieux de culte.

« À nos yeux, il n’y a pas de raison pour avoir un régime particulier pour les lieux de culte dans des rassemblements qui sont empiriquement similaires », fait valoir Mgr Pierre Murray.

Appel à la prudence

Le protocole des mesures sanitaires a été révisé. Désormais, les fidèles en zones rouge et orange devront porter un masque chirurgical — et non un couvre-visage — en tout temps. « Avant, on pouvait le retirer quand on était assis à notre place », précise Mgr Pierre Murray. Le chant choral demeure interdit.

La Dre Marie-France Raynault, cheffe du département de médecine préventive et santé publique du CHUM, espère que les fidèles feront preuve d’une grande vigilance. « Il y a un risque accru dans les lieux de culte parce que les gens se connaissent, souligne-t-elle. C’est un réseau social, donc, c’est peut-être une occasion de rassemblement avant et après. »

Les gens peuvent se rendre chaque jour à l’église ou dans une synagogue, rappelle la Dre Marie-France Raynault, « alors que dans une salle de spectacle, on y va une fois tous les deux mois ».

Elle croit également que les fidèles devraient veiller dans leur lieu de culte au respect général des consignes sanitaires. « Qu’ils surveillent qu’il n’y ait pas de chant, que les gens ne se déplacent pas et restent assis à deux mètres les uns des autres, et qu’il n’y ait pas d’attroupement au début et à la fin », dit-elle.

La médecin note que d’importantes éclosions de COVID-19 ont eu lieu dans des lieux de culte lors de funérailles ou de mariages depuis le début de la pandémie. D’ailleurs, dans son décret, le gouvernement a maintenu le seuil maximal de 25 participants pour de telles cérémonies en zone orange et rouge.

À voir en vidéo