Santé Canada met à jour l’étiquette du vaccin d’AstraZeneca

L’agence fédérale n’a reçu aucun signalement du type de caillot sanguin décelé en Europe chez 25 personnes vaccinées.
Photo: John Woods La Presse canadienne L’agence fédérale n’a reçu aucun signalement du type de caillot sanguin décelé en Europe chez 25 personnes vaccinées.

L’étiquette canadienne du vaccin d’AstraZeneca rend maintenant compte des cas « extrêmement rares » d’un type particulier de caillots sanguins décelés chez des personnes ayant reçu le vaccin en Europe. De tels événements n’ont pas été détectés au pays, ont une fois de plus souligné les autorités.

« Au Canada, les provinces ont administré plus de 300 000 doses de la version Covishield du vaccin d’AstraZeneca jusqu’à présent, et nous n’avons reçu aucun signalement de ces effets indésirables au pays », a déclaré Marc Berthiaume, le directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada, en conférence de presse jeudi matin.

L’agence fédérale mène un programme étroit de surveillance des événements indésirables pouvant survenir chez les personnes vaccinées. Il échange rapidement toute information pertinente à ses vis-à-vis ailleurs dans le monde. Il est au courant de « très rares » cas de caillots sanguins associés à une faible concentration de plaquettes dans le sang survenus en Europe, mais considère que « les avantages du vaccin continuent de l’emporter clairement sur ses risques éventuels ».

Seuls trois événements thromboemboliques ont été signalés au Canada parmi les personnes ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca. Aucun n’impliquait une faible concentration de plaquettes dans le sang. Ils étaient plutôt d’un type relativement fréquent dans la population en général. « Il n’y a pas de lien qui a été établi entre les cas actuellement observés au Canada et le vaccin d’AstraZeneca », a insisté le Dr Berthiaume.

Effets secondaires sous la loupe

Mercredi soir, Santé Canada a néanmoins annoncé avoir mis à jour l’étiquette du vaccin contre la COVID‑19 d’AstraZeneca, y compris la version fabriquée en Inde et nommée Covishield, pour rendre compte des événements thromboemboliques suspects.

Le ministère demande aux personnes vaccinées d’obtenir immédiatement des soins médicaux si elles ressentent certains symptômes : « essoufflement, douleur à la poitrine, enflure des jambes et douleur abdominale persistante à la suite de la vaccination ».

Les maux de tête soudains ou persistants, une vision trouble, des contusions (bleus) ailleurs qu’au point d’injection du vaccin, des pétéchies (petites taches rouges sur la peau) sont également des symptômes qui devraient motiver une consultation médicale.

Pour l’ensemble des vaccins autorisés au Canada, 320 événements indésirables jugés graves ont été signalés chez les personnes vaccinées en date de vendredi dernier. Cela correspond à 1 cas par 12 000 doses administrées. Ces événements, telles des réactions allergiques graves, sont survenus après l’administration du vaccin, mais n’y sont pas nécessairement liés.

« Tous les effets secondaires font l’objet d’un examen et, s’ils sont graves, une enquête approfondie est effectuée pour déterminer s’ils sont attribuables ou non à l’utilisation du vaccin. À ce jour, aucun problème inattendu quant à l’innocuité des vaccins n’a été décelé au Canada », a expliqué jeudi l’administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, Howard Njoo.

Des millions de doses attendues

Du côté de l’approvisionnement, le Canada est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs trimestriels, selon le major général Dany Fortin, responsable de la distribution des vaccins au pays. Deux millions de doses sont attendues la semaine prochaine, portant le total reçu à huit millions. Et ce, même si la Commission européenne parle ces jours-ci de potentiellement limiter ses exportations de vaccins.

« Nous suivons de près les développements en cours en Europe, a déclaré le major général Fortin. Nous n’avons aucune indication d’un problème quelconque avec le système d’exportation de l’Union européenne. »

Selon le calendrier détaillé jeudi par les responsables fédéraux de l’opération vaccinale, 1,2 million de doses du vaccin de Pfizer devraient arriver au pays la semaine prochaine. D’avril à juin, Ottawa s’attend à recevoir 12 millions de doses de ce vaccin.

En avril, le Canada recevra par ailleurs environ 2 millions de doses du vaccin de Moderna.

Le 1,5 million de doses du vaccin d’AstraZeneca prêtées par les États-Unis, qui n’ont pas encore autorisé ce produit, devrait aboutir au nord de la frontière la semaine prochaine, a annoncé jeudi le major général Fortin. Un million de doses en provenance de l’Inde sont par ailleurs attendues en avril.

Finalement, « les discussions se poursuivent » concernant le calendrier de livraisons des 10 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson d’ici septembre. « Nous communiquerons l’information quand les quantités de doses et le calendrier de livraison auront été fixés », a expliqué le major général Dany Fortin.

À voir en vidéo