Les nouveaux cas dans les écoles sont-ils des variants? On attend la réponse

On ignore toujours si les cas de COVID-19 testés dans des écoles en fin de semaine sont bel et bien des variants.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir On ignore toujours si les cas de COVID-19 testés dans des écoles en fin de semaine sont bel et bien des variants.

On ignore toujours si les cas de COVID-19 testés dans des écoles en fin de semaine sont bel et bien des variants, les analyses étant toujours en cours.

C’est le cas notamment des tests menés à l’école primaire Marguerite-d’Youville. « Nous n’avons pas encore les résultats du criblage », a indiqué lundi matin le porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Mathieu Boivin.

À partir du moment où les gens ont subi un test de dépistage, il faut 24 heures pour établir s’il est positif. Lorsque c’est le cas, il faut ensuite compter un autre délai de 24 heures pour savoir si la personne est atteinte d’un variant.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.

Dans la mesure où les gens ont été testés dès vendredi, il est possible qu’on puisse confirmer lundi s’il y a présence de variants.

Du côté de Laval non plus, aucun cas de variant n’avait été confirmé lundi matin à la suite du dépistage effectué dans les écoles Père-Vimont, Saint-Maxime, Eureka et Équinoxe.

D’autres cas suspects ont aussi été identifiés, ces derniers jours, dans les écoles Grands-Êtres à Montréal et Fontainebleau dans les Laurentides, notamment. Lundi midi, le CISSS des Laurentides a indiqué que deux cas suspects avaient été identifiés à l’École Fontainebleau et qu’ils étaient toujours sous enquête. 

À l’échelle du Québec, 23 cas de variants ont été confirmés à ce jour selon l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Un total de 415 autres sont actuellement sous enquête.

À voir en vidéo