Une éclosion force la fermeture de toutes les classes au Collège Stanislas

Tant la propagation des nouveaux variants que les éclosions dans les écoles primaires font partie des plus récentes préoccupations de la Santé publique, dans un contexte de baisse générale du nombre de cas ces dernières semaines.
Photo: iStock Tant la propagation des nouveaux variants que les éclosions dans les écoles primaires font partie des plus récentes préoccupations de la Santé publique, dans un contexte de baisse générale du nombre de cas ces dernières semaines.

Une quarantaine de cas de COVID-19, dont un suspecté d’être dû au variant britannique, force la fermeture de l’ensemble des classes au Collège Stanislas, à Outremont, dès jeudi. Le primaire était déjà passé en ligne depuis lundi, sous ordre de la Direction régionale de santé publique (DRSP).

« Nous avons pris la décision d’étendre l’enseignement à distance à l’ensemble des classes du Collège et du Lycée dès demain, le jeudi 11 février. Nous souhaitons toutefois souligner que, jusqu’à maintenant, la situation au Collège et au Lycée est sous contrôle, il n’y a pas d’éclosion », a déclaré le directeur Thomas Saène dans un courriel destiné aux parents, mercredi soir, et dont Le Devoir a obtenu copie. L’enseignement s’était déjà transposé en ligne, lundi, dans l’ensemble des 15 classes du primaire à Stanislas.

L’école privée fait partie des quatre écoles fermées sur le territoire montréalais à la suite d’éclosions, a confirmé Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal, lors d’un point de presse mercredi. Tant la propagation des nouveaux variants que les éclosions dans les écoles primaires font partie des plus récentes préoccupations de la Santé publique, dans un contexte de baisse générale du nombre de cas ces dernières semaines.

« Pour l’instant, on surveille la situation de près. Je pense qu’il va falloir qu’on surveille la situation de nos écoles dans les prochaines semaines, surtout s’il y a de grosses éclosions qui se dessinent », a expliqué la Dr Drouin. Elle déplore 82 éclosions dans des écoles, principalement primaires, et 56 en service de garde.

Les enfants ne développent habituellement que des formes légères de la maladie, mais agir rapidement lors d’éclosion permet d’empêcher qu’un enfant transmette le virus à sa famille, explique Dre Drouin. Lorsqu’un enfant passe un test de dépistage à la COVID-19, les autorités demandent ainsi à toute la famille de s’isoler.

« Dans certaines écoles, ce sont de petites éclosions de moins de 5 cas. Par contre, dès qu’on voit des patrons de transmissions rapides, nos équipes sont beaucoup plus agressives ou intensives dans leur approche, pour fermer les classes, pour aller chercher les contacts », assure-t-elle.

Dans un message d’un groupe Facebook destiné aux parents d’Outremont, le maire d’arrondissement, Philipe Tomlinson, a assuré mercredi qu’« un site de dépistage mobile de la Direction de la santé publique est sur place et le Collège réévaluera la situation ce jeudi. »

Sur l’ensemble de la Ville de Montréal, jusqu’à 44 cas du variant d’abord identifié au Royaume-Uni sont sous la loupe des autorités de santé publique. Neuf ont été confirmés par séquencement, 23 sont des cas suspectés suite à des voyages (dont un au Collège Stanislas) et 12 seraient issus du lien épidémiologique, soit un contact avec une personne infectée. Dre Mylène Drouin a indiqué qu’elle n’était pas en mesure de confirmer qu’il existait une transmission communautaire des variants du coronavirus.

À voir en vidéo