Le nombre d’absences diminue dans le réseau de la santé

Le nombre de travailleurs de la santé absents peine à redescendre sous la barre des 5000, sous laquelle il se situait pourtant durant tout l’été 2020.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le nombre de travailleurs de la santé absents peine à redescendre sous la barre des 5000, sous laquelle il se situait pourtant durant tout l’été 2020.

Le nombre de travailleurs de la santé absents en raison de la COVID-19 fléchit tranquillement mais sûrement. Précisément, 2157 individus sur 7909 ont regagné leur travail au fil du dernier mois, a constaté Le Devoir.

En effet, 5752 personnes figuraient sur la liste d’absences du ministère de la Santé le 8 février, comparativement à 7909 personnes le 8 janvier.

Le nombre de travailleurs de la santé absents peine à redescendre sous la barre des 5000, sous laquelle il se situait pourtant durant tout l’été 2020. La transmission communautaire de la COVID-19 freine la diminution des absences, a expliqué un membre de l’équipe du ministre de la Santé, Christian Dubé, dans un échange avec Le Devoir.

Au début du mois, la liste d’absences « COVID-19 » était constituée en grande partie d’infirmières auxiliaires, d’infirmières, d’infirmières cliniciennes et d’infirmières praticiennes spécialisées (33,5 % ou 1952 personnes) et de préposées aux bénéficiaires (23,9 % ou 1394 personnes). Cela dit, d’autres membres du personnel du réseau de la santé ont aussi été chassés de leur poste par la COVID-19, dont des employés de bureau (6,1 % ou 354 personnes) et des inhalothérapeutes (1,6 % ou 94 personnes).

Près de 40 % des travailleuses absentes du travail un mois après le début de la pandémie bénéficient d’un retrait préventif, car elles sont enceintes, selon les données du ministère de la Santé.

Les autres travailleurs assignés à résidence ont été déclarés positifs à la COVID-19 (17,3 %), sont en attente d’un dépistage (15,8 %), ont une condition médicale particulière (14,3 %) ou encore se trouvent en isolement préventif (12,7 %).

Le nombre d’absences a culminé à 11 892 travailleurs le 7 mai 2020 pour piquer du nez et se stabiliser durant la période estivale. Il est reparti à la hausse en septembre pour atteindre un deuxième sommet de 7909 travailleurs après la période des Fêtes, pour amorcer une descente par la suite.

Le premier ministre François Legault a demandé mardi aux Québécois de faire preuve d’une grande prudence, malgré la baisse à la fois des nouveaux cas de COVID-19 observée au fil des derniers jours « en raison de la situation dans les hôpitaux ». Plusieurs établissements de santé recourent toujours au report de certaines activités médicales malgré les renforts apportés par quelque 450 étudiantes au baccalauréat en sciences infirmières ayant suspendu leurs études et des cliniques privées. La proportion de chirurgies reportées est toutefois passée de 34 % à 27 % au cours de la dernière semaine, a fait remarquer M. Legault. « On ne peut pas faire de la magie, on ne peut pas inventer rapidement des infirmières. On essaie d’accélérer les formations, mais il continue de nous manquer beaucoup d’infirmières », a-t-il souligné.

À voir en vidéo