Conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer - La santé du cerveau par le brocoli et les épinards

New York — Consommer des légumes comme le brocoli et l'épinard aiderait les femmes âgées à conserver une bonne mémoire, alors qu'éviter l'obésité autour de la cinquantaine diminue le risque de souffrir de la maladie d'Alzheimer chez les deux sexes, selon de nouvelles études.

Ces travaux reflètent de précédentes enquêtes selon lesquelles on peut maintenir son cerveau en bonne santé en suivant les conseils classiques en matière de santé, tels que rester actif et limiter ses taux de cholestérol et de sucre ainsi que sa tension.

Une nouvelle étude démontre en effet que l'obésité, un fort taux de cholestérol et une hypertension à la cinquantaine font substantiellement augmenter le risque de développer plus tard la maladie d'Alzheimer ou une autre forme de démence. Chaque facteur double le risque, alors que les participants de l'étude présentant les trois pathologies multiplient par six ce risque par rapport à une personne n'ayant aucun problème, a expliqué la Dre Miia Kivipelto, de l'Institut Karolinska de Stockholm.

Résultats encourageants

Interrogée par téléphone avant de présenter les résultats de son étude à Philadelphie, lors de la neuvième conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer, Miia Kivipelto a jugé ces résultats encourageants, car ils démontrent que des modifications du mode de vie peuvent permettre de réduire les risques de démence.

Son étude a été réalisée auprès de 1449 Finlandais dont l'indice de masse corporelle (IMC), qui permet de diagnostiquer l'obésité, a été calculé quand ils avaient environ 50 ans. Vingt et un ans après, 61 d'entre eux avaient développé une forme de démence, principalement la maladie d'Alzheimer.

Selon les résultats de cette étude, le risque de démence, de maladie d'Alzheimer en particulier, double avec un IMC de plus de 30 (ce qui correspond à l'obésité), un cholestérol de plus de 250 ou une lecture de la pression sanguine où l'un des chiffres dépasse 140. Ces effets ont été constatés pour les deux sexes, bien que le facteur d'obésité était plus fort chez les femmes, a souligné Miia Kivipelto.

Pour Deborah Gustafson, du collège médical du Wisconsin, les résultats de cette étude sont logiques. Cette scientifique a constaté que les femmes septuagénaires ayant un surpoids avaient un risque accru de développer la maladie d'Alzheimer, alors que les travaux de la Dre Kivipelto étendent ces constatations aux quinquagénaires.

Légumes bienfaisants

Selon une autre étude, les femmes sexagénaires mangeant plus de légumes verts crucifères et à feuilles vertes que les autres ont fait preuve de plus de vivacité lors d'une batterie de tests mesurant la mémoire, l'habileté verbale et l'attention lorsqu'elles ont atteint les 70 ans. Ces légumes sont le brocoli, le chou-fleur, la laitue et l'épinard.

Cette étude ne prend pas en compte les hommes, mais les effets sont probablement les mêmes, estime Jae Hee Kang, instructrice à l'hôpital Brigham and Women's, de Boston, qui en a présenté les conclusions. Ces dernières devront cependant être confirmées par d'autres recherches.

Les scientifiques se sont concentrés sur la perte de capacités, comme se souvenir d'une liste de mots au bout d'un quart d'heure, donner le plus grand nombre de noms d'animaux en une minute ou réciter une liste de chiffres à l'envers.

Menée auprès de 13 388 infirmières participant à une vaste recherche sur la santé, cette étude s'est appuyée sur une comparaison entre les habitudes alimentaires de ces femmes âgées d'une soixantaine d'années, lors de ces dix dernières années, et leurs performances à des séries de tests dix ans plus tard.

Si la majorité de ces femmes subissent une perte de leurs capacités, celles qui consomment régulièrement des légumes crucifères et à feuilles vertes éprouvent une dégradation moindre que les autres, constate Jae Hee Kang. À son avis, les effets de ces légumes découlent certainement des antioxydants et de la vitamine B qu'ils contiennent.