Allègement des mesures sanitaires en vue au Québec

Encouragé par la diminution des nouveaux cas de COVID-19 et du nombre d’hospitalisations, Québec devrait annoncer un allègement des mesures sanitaires mardi, dont la possible réouverture de commerces non essentiels. Une décision appuyée par des experts en santé publique, à condition que le relâchement se fasse graduellement et par régions, en fonction de leur situation sanitaire.

La courbe des contaminations est à la baisse depuis deux semaines, tournant autour des 1200 à 1300 nouveaux cas quotidiens. Un niveau qui n’avait pas été connu depuis fin novembre lorsque les commerces étaient encore ouverts et le couvre-feu inexistant. De quoi faire rêver certains à une levée des restrictions.

Dans un message Facebook, le premier ministre, François Legault, a nourri cet espoir samedi en exprimant sa volonté de « pouvoir assouplir certaines règles » après le 8 février. « J’aimerais, si la situation le permet, pouvoir redonner un peu d’oxygène à nos commerçants », a-t-il indiqué. Il doit faire une annonce à ce sujet mardi à 17 h dans un de ses traditionnels points de presse en direct. M. Legault avait pourtant averti les Québécois jeudi que la majorité des restrictions sanitaires resteraient en place après le 8 février, en particulier le couvre-feu qui « réussit à rejoindre une clientèle qui était peut-être difficile à convaincre dans les maisons ». La réouverture des commerces non essentiels, fermés depuis le 25 décembre, semble toutefois bien dans les plans du gouvernement.

« Quand on regarde les chiffres du jour, il n’y a aucun nouveau cas dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie ou sur la Côte-Nord. On pourrait envisager un relâchement des mesures dans ces régions qui pâtissent de la situation plus inquiétante ailleurs », note Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’UdeM.

À ses yeux, la situation reste fragile, et le gouvernement devrait y aller graduellement dans l’assouplissement des mesures s’il veut éviter que la courbe des contaminations ne reprenne de plus belle.

« Il faut prendre en considération qu’une réouverture des commerces, c’est encourager des personnes à être dans des espaces clos où la diminution des contacts est donc plus faible », souligne la professeure. En cas de réouverture, il faudra absolument limiter le nombre de personnes en magasin de manière stricte et s’assurer que chacun respecte les mesures sanitaires, selon elle.

De son côté, le Dr Donald Cuong Vinh, microbiologiste infectiologue au Centre universitaire de santé McGill, appuie une réouverture des commerces non essentiels uniquement dans les régions les moins touchées par la pandémie. « Pourquoi pas un retour des paliers de couleur ? Pour chaque région, il faudrait regarder trois indices : la pyramide d’âge — c’est-à-dire la proportion d’aînés, puisqu’ils sont plus à risque —, le taux de cas confirmés ainsi que la capacité du système de santé. Ça permettrait de déterminer où c’est acceptable de déconfiner. » Le médecin va même jusqu’à proposer de rouvrir les salles à manger des restaurants dans les régions les moins touchées.

Dans la grande région de Montréal et en Montérégie, où le nombre de nouvelles contaminations et d’hospitalisations est encore élevé, il propose d’uniquement rouvrir certains commerces, comme les coiffeurs ou les salons de toilettage par exemple.

Des variants inquiétants

Toutefois, si la situation s’améliore, les variants découverts en Grande-Bretagne, au Brésil et en Afrique du Sud inquiètent.

« Les mesures imposées aux voyageurs par Ottawa vont certainement réduire les voyages, et donc l’arrivée des variants. Mais l’Ontario est déjà pris avec le variant britannique, et on n’a pas fermé nos frontières avec la province. Ça pourrait prendre comme un feu de broussailles rapidement au Québec », craint Roxane Borgès Da Silva.

Dimanche, l’administratrice en chef de la Santé publique fédérale, Theresa Tam, a aussi mis en garde les provinces contre ces nouveaux variants, considérés comme plus contagieux. Selon elle, « il est essentiel de maintenir des mesures strictes pour soutenir cette tendance à la baisse [quotidienne des nouveaux cas] de façon durable ».

1223 nouveaux cas

Québec a rapporté dimanche 1223 nouveaux cas de COVID-19, soit le plus faible nombre depuis les 1166 cas du 25 janvier. Les autorités ont aussi signalé 31 décès, dont 3 dans les dernières 24 heures, ce qui porte le bilan des victimes à 9794. On note une baisse de 27 du nombre des hospitalisations, pour un total de 1136. Le nombre de patients aux soins intensifs s’élève à 191, une baisse de 10 par rapport à la veille.