Le marché anglais est en avance

Londres — Les auditeurs de radio britanniques pourront télécharger les chansons au moment où celles-ci sont diffusées grâce à de nouveaux récepteurs numériques qui devraient être disponibles à la mi-2005.

La technologie utilisée permettra aux auditeurs d'acheter ces morceaux en utilisant les services de la société UBC, spécialiste britannique de la radio numérique. Les chansons seront téléchargées en tâche de fond et stockées sur une carte mémoire dans le récepteur. Elles pourront ensuite être transférées dans un ordinateur ou un baladeur ou gravées sur un CD.

«Vers le milieu de l'année prochaine, quand vous écouterez Dido, il y aura un bouton ''acheter [ce titre] maintenant''», a expliqué le directeur général d'UBC, Simon Cole.

Restent à définir le prix des morceaux, le mode de paiement, la technologie de gestion des droits d'auteur utilisée et les accords détaillés avec les maisons de disques.

Autre stratégie

GR, un des pionniers de la radio numérique en Grande-Bretagne, a une stratégie différente. Il s'est allié avec l'opérateur de télécommunications BT Group pour transmettre des informations, de la vidéo ou encore la météo via le spectre radio. Dans le futur, «le téléchargement de musique pourrait facilement être intégré à notre offre», a déclaré le président de GR, Ralph Bernard.

Il existe déjà sur le marché britannique le Bug, un récepteur radio numérique fabriqué par le Britannique Pure Digital qui permet d'enregistrer des plages entières de programmes, sans perte de qualité, mais sans cependant en exclure les interventions des animateurs. Les enregistrements peuvent ensuite être transférés sur un ordinateur avant de les copier sur un baladeur numérique ou sur un CD.

Un modèle similaire, fabriqué par la société britannique Capital Radio et le hong-kongais Hutchison Whampoa, devrait être dans les magasins d'ici Noël prochain à un prix encore inconnu.

David Harold, de Pure Digital, a déclaré que des mises à jour logicielles pour le Bug seraient disponibles lorsque les services de téléchargement de chansons seront disponibles.

Le marché le plus avancé

Les récepteurs numériques gagnent du terrain en Grande-Bretagne, où le marché de la radiodiffusion numérique est considéré comme le plus avancé au monde.

Parce que les technologies numériques utilisent plus efficacement le spectre des fréquences radio, les diffuseurs peuvent proposer un plus grand nombre de stations, un son de meilleure qualité et des services additionnels comme le téléchargement. La BBC propose par exemple cinq stations numériques en plus de ses services analogiques traditionnels.

Devant ce succès, des voix s'élèvent dans le secteur pour demander qu'une date soit fixée pour l'abandon des services analogiques. Mais il y a encore 100 millions de récepteurs analogiques à remplacer et seulement 88 % du territoire britannique est pour l'instant couvert par les services de radio numérique.