La seconde dose du vaccin pourrait se faire attendre

Quelque 1711 doses ont été administrées selon le bilan publié par le gouvernement lundi, ce qui porte leur nombre total à 30 473 depuis le 14 décembre.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Quelque 1711 doses ont été administrées selon le bilan publié par le gouvernement lundi, ce qui porte leur nombre total à 30 473 depuis le 14 décembre.

L’effort de vaccination contre la COVID-19 se poursuit au Québec, alors que la nouvelle stratégie, qui consiste à retarder l’administration de la deuxième dose pour immuniser un plus grand nombre de personnes, soulève des questions. Le ministère de la Santé a fait l’annonce de ce changement de cap la veille du jour de l’An.

Il s’agit d’une bonne nouvelle, selon Benoît Mâsse, professeur et chercheur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. « Il faut augmenter la cadence, a-t-il dit. On ne peut pas se permettre d’avoir 80 000 doses dans des congélateurs au Québec, surtout avec les décisions déchirantes qu’on a à prendre parce qu’on n’a pas le contrôle de cette deuxième vague-là. » 

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.

La nouvelle a également été bien accueillie par deux des trois partis d’opposition. « Le gouvernement a bien fait de suivre les recommandations du Comité sur l’immunisation du Québec », a dit le co-porte-parole solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. « La transparence au sujet de la campagne de vaccination doit être totale, il faut que le gouvernement suive à la lettre les avis des experts de la Santé publique. »

« On ne peut pas être négligent dans la deuxième dose, c’est une évidence », a constaté le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon. Il présume que les experts de la Santé publique sont « très confiants » et « qu’ils ont vérifié la disponibilité des deuxièmes doses dans un délai raisonnable ».

« En d’autres mots, si les gens reçoivent leur deuxième dose au 24e jour, tout le monde va convenir que le risque est très faible, mais il ne faudrait pas qu’ils reçoivent la deuxième dose dans six mois », a-t-il ajouté.

On ne peut pas se permettre d’avoir 80 000 doses dans des congélateurs au Québec, surtout avec les décisions déchirantes qu’on a à prendre parce qu’on n’a pas le contrôle de cette deuxième vague-là.

Six mois, peut-être pas… mais trois mois, c’est possible. Le Québec attend 1,3 million de doses d’ici la fin mars. Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) lui a recommandé de toutes les utiliser pour vacciner les personnes qui font partie des six groupes prioritaires, soit les résidents de CHSLD, les travailleurs de la santé, les personnes en résidences privées pour aînés, les résidents de communautés isolées et éloignées, les personnes âgées de 80 ans et plus et enfin les septuagénaires.

« La 2e dose serait offerte en fonction de la disponibilité des vaccins et selon la durée observée de l’efficacité de la 1re dose », écrit le comité dans l’avis publié sur le site de l’Institut national de santé publique, qui suivra la situation de près.

« Je suis un peu surpris qu’ils attendent aussi longtemps pour redonner la deuxième dose, s’est étonné Benoît Mâsse. Avec un vaccin qui est moins efficace, il faut tenir des mesures de confinement partielles plus longtemps.

Deux doses par personne, administrées dans un intervalle de 21 jours sont nécessaires pour que le vaccin de Pfizer-BioNTech soit pleinement efficace. Ce délai est de 28 jours pour le vaccin de Moderna. Ces deux vaccins ont une efficacité de plus de 90 %, 14 jours après la première dose. Or, la durée de cette immunité demeure une grande inconnue, et la seconde dose sert surtout à la prolonger.

Le Royaume-Uni a adopté la même stratégie que le Québec la semaine dernière en utilisant toutes ses doses. L’Allemagne et le Danemark y songent, mais pas les États-Unis. En entrevue à CNN le 1er janvier, le Dr Anthony Fauci, qui supervise la lutte contre la COVID-19 en sol américain, a dit qu’il était en désaccord avec cette approche et qu’il valait mieux suivre les recommandations des fabricants.

Avec un vaccin qui est moins efficace, il faut tenir des mesures de confinement partielles plus longtemps.

Le Québec dispose depuis la semaine dernière d’un total de 87 500 doses — 55 000 de Pfizer-BioNTech, 32 500 de Moderna — et attend d’autres livraisons au cours des prochaines semaines.
 

Quelque 1711 doses ont été administrées selon le bilan publié par le gouvernement lundi, ce qui porte leur nombre total à 30 473 depuis le 14 décembre. Les doses qu’il gardait en réserve la semaine dernière ont été acheminées aux sites de vaccination. « Nous [avons bon espoir] que le rythme soutenu que nous avons maintenu dès le départ de l’opération sera au rendez-vous cette semaine », a indiqué l’attachée de presse du ministre de la Santé, Christian Dubé.

Des renforts en attente

Il ne semble pas, par ailleurs, que le gouvernement manque de personnel pour donner le vaccin puisque certains professionnels attendent toujours qu’on les sollicite pour apporter leur aide. « On est sur la ligne de départ, on attend le go », expliquait lundi le président de l’Ordre des physiothérapeutes, Denis Pelletier.

Avec le délestage dans les hôpitaux et l’annulation de nombreuses chirurgies, « des milliers » de physiothérapeutes du réseau public sont désormais disponibles pour venir prêter main-forte à l’opération de vaccination, selon ses estimations.

Il leur est déjà possible de s’inscrire sur la plateforme « Je contribue » pour offrir leurs services, mais le président de l’Ordre attend le signal du ministère pour les mobiliser en grand nombre.

Avec les dentistes, les orthophonistes et plusieurs autres, les physiothérapeutes font partie des professionnels désormais autorisés à donner des vaccins en vertu d’un décret adopté au début du mois de décembre.

Afin de les préparer, le ministère de la Santé a mis en ligne à la mi-décembre un parcours de formation, mais les porte-parole du ministère n’étaient pas en mesure de dire, ces derniers jours, combien de personnes pourraient ainsi être recrutées.

 

Avec Isabelle Porter

Le portrait de la situation au Canada

À l’échelle du Canada, 607 479 cas de COVID-19, dont 15 926 mortels, ont été rapportés depuis l’apparition de la maladie au pays :

  • 212 850 cas au Québec, dont 8379 décès ;
  • 194 232 cas en Ontario, dont 4679 décès ;
  • 104 228 cas en Alberta, dont 1046 décès ;
  • 51 990 cas en Colombie-Britannique, dont 901 décès ;
  • 25 126 cas au Manitoba, dont 683 décès ;
  • 16 083 cas en Saskatchewan, dont 158 décès ;
  • 1499 cas en Nouvelle-Écosse, dont 65 décès ;
  • 618 cas au Nouveau-Brunswick, dont neuf décès ;
  • 390 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont quatre décès ;
  • 266 cas au Nunavut, dont un décès ;
  • 96 cas sur l’Île-du-Prince-Édouard ;
  • 64 cas au Yukon, dont un décès ;
  • 24 cas dans les Territoires du Nord-Ouest.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas, tous guéris, chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.

La Presse canadienne


À voir en vidéo