Un confinement plus long et plus strict déjà réclamé

Des experts en santé publique appellent à un prolongement du confinement après le 11 janvier au Québec étant donné l’augmentation continue du nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 malgré les mesures sanitaires plus strictes adoptées pendant le temps des Fêtes.

« Nous devons mettre en place des mesures de confinement strictes dès que possible, notamment en retardant le retour à l’école, en maintenant toutes les entreprises, sauf les plus importantes, fermées et en limitant les voyages. Nous devons être sur l’offensive, plutôt que d’attendre pour réagir », estime Marina Klein, professeure de médecine à l’Université McGill, spécialisée dans les maladies infectieuses et virales.

À moins d’un changement de ton de Québec cette semaine, la réouverture des écoles et des commerces non essentiels est toujours prévue lundi prochain. Or les dernières données publiées par les autorités sur l’état de la pandémie dans la province donnent froid dans le dos. Alors que les effets du confinement auraient dû commencer à se faire ressentir sur la courbe épidémiologique et à inverser la tendance dans la dernière semaine, les nouvelles contaminations quotidiennes n’ont cessé d’augmenter. La situation s’est même accélérée.

On était 80 experts au début du mois de décembre à demander au gouvernement d’appliquer un confinement total plutôt que partiel pour plus d’efficacité. Ça n’a pas été écouté.

 

Dimanche, le bilan des autorités a fait état de 7663 contaminations de COVID-19 supplémentaires entre le 31 décembre et le 2 janvier, dont 2869 uniquement pour la journée de samedi, soit un nouveau record. À elle seule, l’île de Montréal a compté 1300 nouveaux cas cette même journée. Le nombre d’hospitalisations a également bondi de 150 samedi pour s’établir à un total de 1225 tandis que, les deux jours précédents, on avait recensé 100 hospitalisations de moins. De plus, pas moins de 121 décès se sont ajoutés au bilan, dont 11 samedi, ce qui fait un total de 8346 morts depuis le début de la pandémie.

« Malgré les mesures du temps des Fêtes, les cas et les hospitalisations sont en hausse. Ça montre que la transmission communautaire est importante, ce qui a un impact majeur sur notre réseau de santé et sur notre personnel », a déclaré dimanche le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur Twitter, en présentant le bilan.

Selon Marina Klein, il y a eu une transmission communautaire soutenue et généralisée avant les vacances, et celle-ci s’est développée malgré les mesures mises en place durant les Fêtes.

« La situation est préoccupante. […] Le système de santé atteint déjà un point critique, les hôpitaux et les travailleurs de la santé seront débordés dans les semaines à venir si rien n’est fait », craint-elle.

La professeure dit comprendre la fatigue des Québécois, qui sont plongés depuis plus de neuf mois dans cette pandémie, mais croit nécessaires le prolongement et le renforcement des mesures de confinement. Et « plus vite cette décision sera prise et communiquée clairement à la population, mieux ce sera », souligne-t-elle, donnant en exemple l’Australie. Le pays a réussi à contenir sa deuxième vague du virus en imposant un confinement strict avec des étapes précises d’assouplissement des restrictions, combinées à un soutien financier et social de la population pour s’assurer de son adhésion aux mesures.

Les élèves du primaire à l’école

Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal (UdeM), plaide aussi pour un prolongement du confinement pendant deux semaines après le 11 janvier. Le télétravail est pour beaucoup devenu une habitude et les écoles secondaires sont déjà bien organisées pour donner leurs cours à distance, souligne-t-elle.

La professeure recommande par contre d’éviter le plus possible de reconfiner les élèves du primaire. « C’est une charge de travail supplémentaire pour les parents. Et à cet âge, les enfants ont besoin de socialiser et sont moins autonomes pour suivre des cours à distance. Mais si la situation est trop catastrophique, on n’aura peut-être pas le choix. »

Elle regrette néanmoins de devoir en arriver là. « On était 80 experts au début du mois de décembre à demander au gouvernement d’appliquer un confinement total plutôt que partiel pour plus d’efficacité. Ça n’a pas été écouté. Les entreprises manufacturières n’ont par exemple pas été mises sur pause pendant les Fêtes, alors que c’est le milieu de travail qui compte le plus d’éclosions », fait-elle remarquer.

Chiffres en explosion ?

À la vue des dernières données des autorités, elle en déduit qu’il y a également eu bien plus de rassemblements privés que l’on pense à Noël. Cette tendance au non-respect des mesures, combinée au retour des voyageurs en janvier et à la propagation du nouveau variant du virus détecté au Royaume-Uni, risque de faire encore plus exploser les chiffres dans les prochaines semaines, craint-elle, appelant le gouvernement à agir vite.

S’il se montre moins certain des retombées positives et rapides d’un confinement prolongé de deux semaines, Benoît Mâsse, épidémiologiste à l’École de santé publique de l’UdeM, recommande tout de même au gouvernement d’emprunter cette voie. « Il n’y a rien de garanti, mais ça pourrait davantage marcher cette fois-ci. Il n’y aura pas de party de bureau de fin d’année à la mi-janvier, ni de réunion de famille prévue au calendrier. Peut-être que, là, on vivrait un vrai confinement, suffisant pour inverser la tendance », espère-t-il.

C’est un coup à donner, selon lui, pour au moins essayer d’éviter des mesures encore plus restrictives, comme un couvre-feu, l’interdiction des petits rassemblements à l’extérieur pour des activités sportives hivernales, ou encore l’école à la maison pour le reste de l’année.

Record de cas

Entre le 31 décembre et le 2 janvier, les autorités ont rapporté 7663 cas supplémentaires. Le nombre de cas rapportés au jour de l’An, sans doute attribuable à une diminution du nombre d’analyses, a fait baisser la moyenne. Le Québec recense 210 304 cas depuis le début de la pandémie et 22 501 cas actifs présentement. Pas moins de 121 décès se sont ajoutés depuis le bilan précédent, dont 11 au cours de la journée de samedi, pour un cumul de 8346 morts. Après une légère accalmie, jeudi et vendredi, le nombre d’hospitalisations a bondi de 150 samedi pour s’établir à 1225. Les deux jours précédents, on avait recensé 100 hospitalisations de moins. Samedi, on comptait aussi 179 patients aux soins intensifs, une augmentation de 13 par rapport à la veille. « On ne peut le nier, ces données sont épouvantables. Le plus inquiétant est l’augmentation constante des hospitalisations et des admissions aux soins intensifs », a dit le Dr Donald Vinh, médecin en infectiologie au Centre universitaire de santé de McGill. Par ailleurs, la campagne de vaccination s’est ralentie autour du Nouvel An: seulement 1200 personnes ont reçu un vaccin au cours des trois derniers jours, comparativement à 3942 pour la seule journée de jeudi. Le nombre de doses administrées s’élève à 28 762.
 

La Presse canadienne


À voir en vidéo

11 commentaires
  • Joël Tremblay - Abonné 4 janvier 2021 06 h 22

    Parfait, est-ce que ces personnes vont compenser pour les personnes qui vont fermer leurs entreprises?

    C'est bien beau de "recommander" des choses, quand on fait partie du groupe de personnes qui en seront les moins affectées...

    Je ne pense pas que les personnes qui font ce recommandations aient eu besoin de se demander comment manger ou comment payer le local de leur entreprise fermée deopuis des mois...

    Je recommande que les personnes qui demandent d'imposer ces restrictions donnent 30% de leur salaire pour un fond de compensation des dommages économiques liés au confinement, ou encore qu'elles aillent faire 3 jours de bénévolat dans un refuge de sans-abris...

    • Patrick Dolmaire - Abonné 4 janvier 2021 09 h 12

      En ce qui concerne les entreprises, le Québec génère 19 % du PIB total des provinces et il octroie près de 29 % des subventions versées par celles-ci. Les compensations faites aux entreprises sont en place depuis longtemps et probablement aux dépens du système de santé.
      Source:
      https://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/pme/le-quebec-reste-champion-des-subventions-aux-entreprises-selon-l-iedm/599932

    • Isabelle Lecompte - Abonnée 4 janvier 2021 10 h 00

      Et quand les entreprises seront fermées parce que les employés seront malades, vous allez dire quoi? Il y a toujours et heureusement des aides financières pour les entreprises et les salariés au chomâge partiel.

    • Gilles Théberge - Abonné 4 janvier 2021 10 h 21

      Mon père avait une solution pour couper la queue d'un chien, il recommandait de la couper par petit bouts. Histoire de lui faire moins mal...!

      Votre proposition ressemble à ça. Et vogue la galère. La pandémie et le virus ont le chemin libre devant eux.

    • Roxane Bertrand - Abonnée 4 janvier 2021 10 h 39

      En plus, faut réaliser que les rendements du confinement ont plutôt l'air d'être contreproductif.

    • Joël Tremblay - Abonné 4 janvier 2021 23 h 21

      M. Théberge.

      je suis pas mal certain que votre père ne coupait pas la queue de ses chiens...

  • Patrick Dolmaire - Abonné 4 janvier 2021 09 h 13

    On ne vaccine pas les morts ...

    Après les masques, les tests, les échangeurs d'air, les soignants, le système de santé etc. est-ce que le gouvernement compte faire maintenant des économies sur les vaccins?

  • Lawrence Desrosiers - Abonné 4 janvier 2021 10 h 37

    Prolonger le «congé scolaire»

    Le ministère de l'Éducation pourrait prolonger le congé scolaire d'une semaine sans aucun domage sur la fréquentation scolaire. Il sagirait d'abolir pour cette année la semaine de relâche. Je vous rappelle que cette semaine de relâche a été très néfaste au début de la pandémie en mars 2020. C'est un domaine (probablement le seul) où le Québec peut avoir un controle sur les voyages à l'étranger.

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 5 janvier 2021 09 h 12

    « est-ce que [les experts en santé publique] vont compenser les [entreprises] qui vont fermer ?» (Joël Tremblay)



    Songez plutôt aux économies sur l’épicerie et le loyer que l’on réalise lorsque l’on est mort.

  • Yves Corbeil - Inscrit 5 janvier 2021 10 h 36

    La vaccination massive a marche pas pantoute comme bien d'autres choses gérer par nos états en déconfitures

    Qu'est-ce qu'on attend pour envoyer le vaccin dans toutes les pharmacies du Québec. Je peux comprendre le niaisage avec celui du -70 mais les deux autres doivent être disponible en pharmacie et administrer par ces derniers. Et même ça devrait être comme l'épipen, tu te l'administre toi même. À la vitesse ou ils vaccinent on en a jusqu'en 2022 et ça c'est totalement inacceptable.

    On scrap l'avenir d'une génération d'enfants, on scrap la santé mentale des québécois, on laisse les frontières ouvertes pour les touristes et tantôt on devra choisir qui on sauve et qui on laisse crever aux portes des hopitaux sans parler de ceux-là à qui on a remis un diagnostique, un suivi, un traitement, une opération.

    Là, là Trudeau et Legault, ça tient plus la route votre gestion pandémique politique comptable, ya des gens qui meurent pendant que vous faites de la politique et encore plus qui seront affecter pour des années à venir. Les vaccins ne doivent plus mourrir sur des tablettes de figidaires calvaire, les pharmaciens sont pas des morrons pis les citoyens non plus. Ensuite on verra ce qu'on fait avec vous autres.