Plus de 1000 décès dus à la COVID-19 en Alberta

À ce jour, l’Alberta compte 890 personnes hospitalisées, dont 153 en soins intensifs.
Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne À ce jour, l’Alberta compte 890 personnes hospitalisées, dont 153 en soins intensifs.

Lundi, l’Alberta a dépassé la barre symbolique du millier de morts de la COVID-19. Mais la courbe d’infections a commencé à redescendre de manière significative et la campagne de vaccination a commencé à s’instaurer lentement dans la province.

« À ce jour, plus de 6000 Albertains ont reçu leurs premières doses de vaccin », avait fait savoir la veille le premier ministre de la province, Jason Kenney. Une nouvelle qui se voulait rassurante, mais qui cherchait à contrebalancer des données moins réjouissantes, à savoir les 1002 décès enregistrés.

Ce millier de décès est une étape supplémentaire dans la gestion de la crise sanitaire jusqu’à présent très critiquée dans l’opinion publique. En date du 15 décembre, les mesures de restrictions tardives avaient valu à la province une flambée de cas actifs montant jusqu’à 21 123 cas.

Depuis mardi, la courbe semble s’aplatir de façon encourageante puisqu’on compte maintenant 15 487 cas actifs. Au total, l’Alberta a enregistré, depuis le début de la pandémie, 98 269 cas.

Une vaccination ciblée

 

La campagne de vaccination a commencé, elle, depuis le 15 décembre et cible essentiellement les populations dites plus vulnérables, comme les résidents des maisons de retraite ou encore certaines réserves autochtones, où les risques de comorbidité sont multiples.

Le personnel soignant considéré comme essentiel et exposé en première ligne au coronavirus, à savoir les médecins et les infirmières, sont aussi prioritaires. Il ne s’agit pas d’une obligation légale, mais cette vaccination est fortement recommandée.

Mason Weiss, âgé de 23 ans et denturologue à Saint Albert, n’a pas encore l’obligation de se faire vacciner. « Il n’y a pas de mandat pour les denturologues », explique-t-il.

Lors de la première vague, lui et son père, Michael Weiss, denturologue dans le même cabinet, avaient dû fermer leurs portes.

 

Contrairement aux plus sceptiques, Mason Weiss n’est pas inquiet des effets secondaires éventuels du vaccin. « Certaines personnes en ont plus besoin et devraient l’obtenir avant moi », reconnaît-il. Un avis que partage également son père. Sa femme, qui est infirmière à l’hôpital Covenant Health, s’est déjà fait vacciner la semaine dernière.

L’Alberta possède un nombre limité de doses. Selon la province, la campagne de vaccination se concentrera en 2021 sur le personnel des services de soins en santé et les personnes dites à risque.

Le ministre de la Santé, Tylor Shandro, avait annoncé à la mi décembre que 29 000 professionnels des services de soins en santé seraient vaccinés d’ici la fin du mois.

Pour Mason Weiss, c’est pour cette raison que « le grand public ne se verra pas offrir le vaccin avant plusieurs mois », affirme-t-il.

La campagne de vaccination en est encore à ses balbutiements.

Selon la province, la phase 2 devrait commencer en avril et ciblera les prochains groupes de populations prioritaires. Les décisions finales concernant l’éligibilité de cette phase 2 n’ont pas encore été prises. La phase 3 consistera à vacciner l’ensemble de la population de l’Alberta et devrait commencer plus tard en 2021.

Le vaccin Moderna est arrivé

 

En attendant, l’Alberta a reçu en fin de journée mardi 16 900 doses du vaccin Moderna, qui seront distribuées en priorité aux résidents des établissements de soins continus à Calgary, St. Paul, Medicine Hat, Lethbridge, Grande Prairie, Red Deer et Edmonton. Ce vaccin sera également distribué aux résidents de six établissements de vie collective des Premières nations, dans les réserves.

Le dépôt de ce vaccin s’étendra également aux communautés rurales et éloignées afin de démarrer la vaccination dès mercredi.

« Je suis très heureuse d’apprendre que nous aurons accès à davantage de vaccins plus facilement transportables, ce qui nous permettra de les offrir aux Albertains vulnérables. C’est une nouvelle encourageante, mais ce n’est pas la fin de notre dur labeur », a déclaré la Dre Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de la province.

À ce jour, l’Alberta compte 890 personnes hospitalisées, dont 153 en soins intensifs.

À voir en vidéo