Les hôpitaux hors du Grand Montréal sont à risque de déborder d’ici Noël

Les prévisions hospitalières ne s’améliorent pas hors métropole. Pour une deuxième semaine consécutive, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) considère qu’un débordement des lits dédiés à la COVID-19 à l’extérieur du Grand Montréal est chose possible.

Dans les régions autres que celles de Montréal, de la Montérégie, de Laval et de Lanaudière, « même si l’augmentation des nouvelles hospitalisations projetées la semaine dernière semble moins marquée, le risque de dépasser les capacités hospitalières dédiées au cours du prochain mois ne peut être exclu », écrivent les spécialistes de l’INESSS.

« En effet, poursuivent-ils, les patients COVID-19 occupent déjà près de la moitié des lits réguliers dédiés, ce qui rend certains établissements plus fragiles à dépasser leurs capacités dédiées. »

L’Institut considère que ses prévisions sont assez robustes, surtout à l’intérieur d’un horizon de trois semaines. Or, vers le 15 décembre, les quelque 600 lits de soins réguliers dédiés à la COVID-19 en région seront entièrement occupés si le taux de reproduction de l’épidémie augmente légèrement par rapport à sa valeur actuelle. Pour les soins intensifs, on ne prévoit pas pour l’instant de dépassement, même dans les pires scénarios.

Dans la zone métropolitaine, on ne prévoit pas de dépassement des capacités hospitalières dédiées pour le prochain mois, malgré l’actuelle légère augmentation de l’occupation des lits.

Pour l’ensemble du Québec, le nombre de nouveaux cas de la semaine du 16 au 22 novembre est en baisse de 12 % par rapport à la semaine précédente. Toutefois, les malades à fort risque d’hospitalisation sont relativement plus nombreux. Le risque d’hospitalisation est ainsi d’environ 5,1 %, par rapport à 4,7 % en moyenne lors des quatre semaines précédentes.

De la fin octobre à la fin novembre, les nouveaux cas de coronavirus au Québec ont été détectés chez des gens de plus en plus âgés. Le nombre de malades d’au moins 80 ans a plus que doublé.

« Bien que la situation semble vouloir afficher une certaine stabilité à plusieurs égards, notamment du côté du nombre de cas et d’hospitalisations, beaucoup d’incertitudes demeurent et soulèvent des inquiétudes dans certaines régions. C’est pourquoi nous devons continuer de limiter nos contacts au cours des semaines à venir pour éviter que le virus gagne du terrain », a déclaré par voie de communiqué Christian Dubé, le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.

À voir en vidéo