Une majorité de Canadiens devraient être vaccinés d’ici septembre 2021

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Sans donner plus de détails sur la date à laquelle les premières doses de vaccin contre la COVID-19 seront prêtes, le premier ministre Justin Trudeau a donné une meilleure idée du calendrier de l’opération d’inoculation la plus importante de l’histoire du pays.

« Si tout fonctionne bien, on pourra vacciner la majorité des Canadiens d’ici septembre prochain », a précisé M. Trudeau en conférence de presse vendredi. Jusqu’ici, le plan évoquait la fin de 2021 pour vacciner la plupart des Canadiens.

Justin Trudeau répondait ainsi aux demandes de l’opposition à Ottawa et du premier ministre du Québec, François Legault, de connaître la date où les premiers Canadiens pourront recevoir les premières doses.

« Il y a certainement un désir d’arriver à la ligne de départ le plus rapidement possible, je comprends ça aussi. Mais il faut aussi parler de quand on arrivera à la ligne d’arrivée », a justifié le premier ministre.

Les autorités fédérales de santé publique ont par la suite précisé que l’échéancier suggéré par Justin Trudeau représentait une estimation plutôt « optimiste ».

« C’est bon d’avoir un objectif pour planifier une date au mois de septembre [pour l’inoculation d’une majorité de la population], mais je pense que pour être un peu réaliste [il est possible d’envisager] la fin de décembre. Mais si on peut le faire plus tôt, ce serait bon pour tout le monde », a déclaré le Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique fédérale.

Un autre militaire recruté

Après l’Ontario, c’est au tour du fédéral de placer un officier des Forces armées canadiennes pour superviser la lutte contre la COVID-19. Le major général Dany Fortin devient ainsi responsable de la logistique et de la distribution des vaccins attendus pour immuniser la population canadienne à ce coronavirus, a annoncé le premier ministre.

« Le major général Fortin est un officier chevronné, le chef du personnel du Commandement des opérations interarmées du Canada qui a servi comme commandant de la mission de l’OTAN en Irak », a vanté le premier ministre lors d’une conférence de presse devant sa résidence.

Le militaire de carrière assurera la coordination au sein de l’Agence de la santé publique du Canada et un centre national des opérations, mis en place pour gérer notamment l’entreposage au froid des doses commandées, le partage des données et l’accès au vaccin pour les communautés rurales et autochtones du pays.

Ottawa suit ainsi les traces de l’Ontario, qui a retenu les services du militaire décoré Rick Hillier pour mener l’offensive contre la COVID-19. Le Québec, toutefois, n’a pas l’intention de faire de même.

« Ça fait un bout de temps qu’on travaille avec les Forces armées pour inoculer un nombre record de Canadiens », a précisé M. Trudeau. Le pays a signé des ententes avec sept fabricants de vaccins jusqu’ici, s’assurant de recevoir des doses d’un total de douze candidats-vaccins, par le biais d’une entente internationale chapeautée par l’Organisation mondiale de la santé nommée Facilité COVAX.

À voir en vidéo