Vaccination: Montréal en attente de détails du provincial et du fédéral

Les autorités montréalaises s’inquiètent déjà de la pression que les Fêtes exerceront sur le système de santé.
Photo: Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne Les autorités montréalaises s’inquiètent déjà de la pression que les Fêtes exerceront sur le système de santé.

La santé publique de Montréal est en attente des autres paliers de gouvernement pour réellement enclencher les préparatifs en vue de l’éventuelle campagne de vaccination contre la COVID-19.

« On a plusieurs expériences pour lesquelles on va se servir pour être capables de construire les meilleurs modèles [de vaccination]. Mais il faut attendre d’avoir les paramètres, et c’est ce qu’on n’a pas actuellement. Ils vont venir du fédéral et du provincial : le type de vaccin, leur nombre, les groupes prioritaires, etc. », a expliqué mercredi la directrice régionale de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, en conférence de presse.

Déjà, une cellule du centre de commandement du réseau de la santé montréalais se consacre à la question de la vaccination contre la COVID-19. La Dre Drouin a toutefois dit que le groupe n’était pas rendu à l’étape de décider des lieux de vaccination. « On attend encore les consignes, il y a encore beaucoup d’inconnus », a-t-elle dit.

De son côté, le gouvernement de François Legault planche sur quelques scénarios pour la campagne de vaccination à venir, qui dépendent beaucoup du nombre de doses fournies par le fédéral et des types de vaccins disponibles. L’hypothèse d’un déploiement en janvier est considérée par Québec.

Des activités hivernales pour Montréal

La Dre Drouin a aussi fait le bilan de la situation épidémiologique à Montréal. Seuls 4 % des nouveaux cas sont des travailleurs de la santé. Près de la moitié sont issus de la transmission à l’intérieur des domiciles. Une « grande partie » est également imputable à des contacts hors du contexte de travail — des rencontres entre amis, par exemple.

La médecin a également souligné que la plupart des éclosions sont de petite taille : moins de dix ou même de cinq cas chacune. À 4,6 %, le taux de positivité des tests de dépistage dans la métropole pique légèrement du nez. Surtout, il est relativement contenu dans tous les quartiers, même les plus chauds.

Malgré tout, les autorités montréalaises s’inquiètent de la pression que les Fêtes exerceront sur le système de santé. La situation dans les hôpitaux commence déjà « à se fragiliser », selon Sonia Bélanger, la p.-d.g. du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

200 employés du réseau ont actuellement un résultat de test positif, et 150 sont en attente d’un résultat. Et avec les vacances « bien méritées » que le personnel prendra dans quelques semaines, les effectifs seront encore plus réduits.

« C’est clair qu’on va probablement, à partir de la première semaine de décembre, y aller graduellement avec une baisse des activités [hospitalières] », a averti Mme Bélanger.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a quant à elle donné un avant-goût de la programmation d’activités hivernales qui sera détaillée jeudi. La Ville entend notamment bonifier les possibilités pour faire de la raquette, du ski ou pour marcher dans les parcs.

Dans l’arrondissement Ville-Marie, on ouvrira par exemple une patinoire au square Cabot. « On veut que les gens bougent », a fait valoir la mairesse. Des stations hivernales, décorées et animées, seront également créées pour agrémenter le magasinage des Fêtes sur les artères commerciales des quartiers.

À voir en vidéo