Les joueurs de bingo appelés à se faire tester

La Direction de santé publique de la Montérégie lance un appel aux gens qui ont joué au bingo durant la soirée du 4 octobre au Bingo Communautaire HR, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle les invite à subir un test de dépistage de la COVID-19, car un joueur présent sur les lieux ce soir-là est atteint de la maladie.

Dans un communiqué de presse, la Direction de santé publique de la Montérégie souligne qu’« aucun autre cas n’a été associé à ce bingo depuis le 4 octobre ». « Toutefois, en raison du nombre important de personnes présentes et du fait que des personnes plus vulnérables peuvent avoir fréquenté cet endroit, nous recommandons ce dépistage par mesure de précaution », a-t-elle ajouté.

Le bingo de Saint-Jean-sur-Richelieu fait les manchettes depuis près d’une semaine. Quelque 250 joueurs s’y sont réunis vendredi dernier, à l’occasion de la partie de bingo en réseau, un événement provincial organisé par Loto-Québec et dont la cagnotte s’élevait à plus de 100 000 $.

Le Bingo Communautaire HR a fermé ses portes mercredi soir, après la visite de plusieurs policiers. Ses dirigeants ont mis un terme à l’événement d’eux-mêmes, selon le service de police local.

Invité à réagir à ce cas confirmé de COVID-19, le président du Bingo Communautaire HR a renvoyé Le Devoir au directeur général du Secrétariat du bingo, Éric Castonguay. Ce dernier n’avait pas encore été informé du diagnostic positif d’un joueur de bingo de Saint-Jean-sur-Richelieu.

En entrevue, Éric Castonguay a rappelé que le Bingo Communautaire HR fait partie d’un réseau « extrêmement réglementé » de 25 salles commerciales de bingo, dont le chiffre d’affaires s’élève à plus de 110 millions de dollars par année. Rien à voir, donc, avec un bingo récréatif dans un sous-sol d’église, souligne-t-il.

« Entre le 1er juillet et la semaine dernière, la plupart des [25] salles de bingo ont été inspectées à plusieurs reprises par la Santé publique et la CNESST, précise Éric Castonguay. Il y a eu des avis de conformité. »

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), les organisateurs du Bingo Communautaire HR, situé en zone orange, « auraient dû se limiter à 25 participants dans la salle ». Le MSSS considère que « le bingo est une activité de loisir qui se pratique souvent dans une salle et qui ne peut pas être assimilée à une audience, une réunion ou un auditoire ».

Le Secrétariat du bingo interprète différemment les directives en vigueur en zone orange. Il estime que les salles de bingo entrent dans la catégorie des lieux ayant une audience, une réunion ou un auditoire, au même titre que les salles de spectacle. Ces dernières peuvent accueillir jusqu’à 250 personnes.

« Sur le site quebec.ca, il est écrit “personnes assises, relativement immobiles, parlant peu ou pas, sous supervision de personnel”, dit Éric Castonguay. Moi, j’ai l’impression qu’ils ont écrit ce paragraphe-là dans une salle de bingo ! » Éric Castonguay croit que des clarifications sont nécessaires.

En point de presse jeudi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a dit avoir « un peu de misère à comprendre » qu’une personne puisse penser pouvoir organiser un bingo à 250 personnes, « où les gens vont crier bingo », alors que son gouvernement limite les rassemblements intérieurs en zone orange. Les joueurs de bingo, a-t-il rappelé, sont généralement plus âgés et donc plus vulnérables à la COVID-19.

« Je ne voudrais pas que les bingos deviennent le karaoké d’il y a quelques semaines, a dit Christian Dubé. Si on a besoin de préciser qu’un bingo, ça ne devrait pas avoir lieu, je pense qu’on va devoir le faire. » Puis, il a conclu en disant : « Je vous [le] dis clairement aujourd’hui : les bingos, c’est pas permis ! »

Quant à Loto-Québec, qui organisait encore la semaine dernière des parties en réseau, le ministre Christian Dubé a indiqué qu’il aura des discussions avec la société d’État s’il doit y en avoir.

Dans un courriel, Loto-Québec a pour sa part indiqué que « vendredi dernier, en raison du changement du palier d’alerte au niveau rouge [dès le samedi] pour la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec », il a annoncé par voie de communiqué la suspension du bingo en réseau pour l’ensemble des salles au Québec, « et ce, qu’elles soient en zone rouge ou non ». « Cette décision visait à se conformer aux directives gouvernementales et à favoriser le respect de la distanciation sociale », est-il écrit.

À voir en vidéo


En données

Près de 30 décès, dont 8 dans les dernières 24 heures, se sont ajoutés au bilan québécois, jeudi. Le bilan s’élève maintenant à 6005 morts. Les autorités ont fait état de 969 nouveaux cas, tandis que le nombre d’hospitalisations a atteint 493, en hausse de 5, dont 83 aux soins intensifs.

La Presse canadienne