Importante éclosion dans un hôpital de Québec

Photo: IUCPQ

Confronté à une importante éclosion, l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie du Québec (IUCPQ) envisage de reporter tous ses rendez-vous non urgents afin d’éviter de propager le virus, a appris Le Devoir.

« On a des éclosions dans à peu près toutes les unités ce qui nous oblige à nous questionner », a expliqué au Devoir le Dr Mathieu Simon, chef des soins intensifs de l’établissement. 

Concrètement, cela signifie que des examens, des tests d’imageries et des chirurgies jugées non-urgentes seraient reportées. Lorsque ce sera possible, les examens se feraient en télémédecine. Les directeurs des départements de l’hôpital doivent évaluer au cours de la fin de semaine jusqu’à quel point ils réduiront leurs activités.

Selon le Dr Simon, les cas ont surtout été recensés chez les membres du personnel, mais aussi chez certains patients. Aucun n’est tombé malade, souligne-t-il toutefois. Et ce, en dépit du fait que le département de gériatrie fait partie des secteurs touchés par l’éclosion.

Plus tôt cette semaine, l’hôpital de 350 lits a créé une zone froide et une zone chaude complètement distinctes.

L’IUCPQ fait partie des établissements accrédités pour recevoir des patients atteints de la COVID-19. Lors de la première vague, il n’y avait eu aucune contamination à l’intérieur de l’hôpital.

Au service des communications de l’hôpital, on ne veut rien confirmer ou infirmer. « Des discussions sont toujours en cours », a indiqué la porte-parole Valérie Lefrançois.


À voir en vidéo