Médecins de famille: priorité à l’accès en 36 heures maximum, dit Québec

Le ministre québécois de la Santé, Christian Dubé
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre québécois de la Santé, Christian Dubé

Vague sur les ratés du guichet d’accès aux médecins de famille, le ministre de la Santé Christian Dubé dit plutôt concentrer ses énergies sur une autre priorité : l’accès garanti à un médecin de famille — quel qu’il soit — dans un délai de 36 heures.

« Ce qui est important c’est que nos patients soient vus à l’intérieur de 36 heures », a déclaré le ministre de la Santé vendredi.

Le ministre juge un tel objectif réalisable en raison des résultats de l’élargissement de l’accès au sans-rendez-vous pendant la pandémie et du recours grandissant à la télémédecine, notamment.

Le ministre avait été invité à réagir à la croissance de la liste d’attente au guichet d’accès aux médecins de famille (GAMF) qui est passée de 522 603 à plus de 630 000 noms en un an, comme le révélait Le Devoir vendredi matin.

Devant les journalistes, M. Dubé s’est défendu de « briser » la promesse de son parti de garantir un médecin de famille à tous les Québécois qui le souhaitent. Il n’a toutefois pas indiqué comment cette liste allait pouvoir diminuer mais plutôt insisté sur le délai de 36 heures.

« L’engagement qu’on a donné, c’était aussi de répondre dans un délai de 36 heures et ça, on a vu qu’on était capable de le faire pendant la pandémie. »

Lors de la campagne électorale de 2018, la CAQ avait en effet promis l’accès à une consultation médicale pour tous dans des délais de 36 heures en plus d’un médecin de famille pour tous les Québécois qui le souhaitent.

Négociations avec les médecins de famille

Depuis l’arrivée de la Coalition Avenir Québec (CAQ) au pouvoir il y a deux ans, le nombre de Québécois ayant un médecin de famille est passé de 6,4 à 6,6 millions, a-t-il aussi mentionné.

Prié de répondre aux craintes des gens en attente qui sont aux prises avec d’autres soucis que la COVID-19, le ministre a demandé qu’on lui « donne le temps » d’agir et de négocier avec les omnipraticiens.

La Fédération des omnipraticiens (FMOQ) affirme que même sans la COVID-19, l’accès à un médecin de famille pour tous est irréaliste parce qu’il manque entre 800 et 1000 médecins dans le réseau. Invité à dire s’il partageait cet avis, le ministre a préféré ne pas répondre et rappelé que des négociations étaient en cours.