COVID-19: 80 cas en Montérégie liés à deux fêtes privées, confirme Dr Arruda

Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir

La COVID-19 est « traître » et se propage encore dans la communauté sans qu’on le sache, a martelé le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda.

Pour preuve, deux récentes fêtes dans des résidences privées en Montérégie qui ont mené à une éclosion de cas dans la région. Des jeunes infectés sans le savoir ont ensuite visité des commerces et des bars sur la Rive-Sud de Montréal, transmettant ainsi le virus à d’autres.

De passage en Outaouais, vendredi après-midi, Dr Arruda a affirmé que ces deux fêtes ont généré environ 80 cas de COVID-19 jusqu’à maintenant et a invité tous les jeunes qui ont assisté à ces rassemblements, qui ont eu lieu dans les environs de la Saint-Jean-Baptiste, de se faire tester.

L’idée n’est pas d’accuser quiconque, mais bien de prévenir d’autres éclosions, a-t-il précisé.

« Notre objectif, c’est d’enquêter pour qu’on puisse dire aux personnes qui ont peut-être été en contact que peut-être qu’ils vont (être malades), de leur offrir le dépistage et d’empêcher que ces 80 personnes-là deviennent 160, 320, 640, 1200. Parce que c’est comme ça que ça se fait : chaque cas en infecte un autre, en infecte un autre, en infecte un autre, en infecte un autre. Puis, là-dedans, ça peut être ta grand-mère qui décède », a-t-il dit.

Dr Arruda dit qu’il constate un relâchement des mesures sanitaires en période estivale et a prié les citoyens de continuer à suivre les bonnes habitudes sanitaires acquises pendant la pandémie.

« Ça va être les vacances de la construction et ce n’est pas le temps d’aller ensemencer les régions où il n’y a pas trop de cas en n’ayant pas les précautions nécessaires », a-t-il dit, ajoutant que les cas « importés » de New York, d’Italie et de France, notamment, pendant la semaine de relâche au printemps, avaient mené à la première vague de cas de COVID-19 au Québec.

« On n’a pas le goût de revenir en arrière. J’ai pas le goût de refermer le Québec au complet parce qu’on n’aura pas fait chacun notre devoir », a dit le directeur de la santé publique.

Des restrictions nécessaires

Depuis vendredi, les bars du Québec doivent cesser de vendre des boissons alcoolisées à minuit ; les clients qui s’y trouvent doivent avoir quitté les lieux au plus tard à 1 h et les bars ne pourront pas accueillir plus de 50 % de leur capacité légale. La danse sera interdite et les clients devront rester assis pour consommer de l’alcool.

Dr Arruda n’a pas voulu lier les restrictions annoncées jeudi aux récentes éclosions en Montérégie. À la suite des fêtes privées, un bar du quartier DIX30 à Brossard avait été montré du doigt pour avoir été un vecteur de transmission de la maladie.

Le directeur de la santé publique estime néanmoins qu’il était nécessaire d’imposer des restrictions sur ces établissements qui, par leur nature, incitent aux rapprochements.

« Les bars, c’est des petites pièces, souvent. On va là pour socialiser, on ne va pas là pour manger à table à distance, il y a de la musique, il y a beaucoup de bruit, on prend un verre, on n’entend pas, on se rapproche. […] Les gens parlent fort, puis quand tu parles fort, t’envoies plus de gouttelettes comme tel », a-t-il expliqué, mimiquant les fêtards qui n’entendent pas leurs voisins.

Quant aux heures réduites, elles étaient nécessaires « parce qu’on sait que les fêtards, ceux qui ont bu plus et qui vont moins écouter les consignes, ça va être souvent entre 1 h et 2 h et 3 h du matin », a ajouté Dr Arruda.

Il a appelé les propriétaires de bars et les clients à suivre les consignes afin d’éviter de les fermer complètement.

100 nouveaux cas

Le bilan de la pandémie de coronavirus s’est alourdi de trois décès au Québec vendredi, dont un survenu avant le 2 juillet, pour un total de 5612 morts.

On a aussi ajouté 100 nouveaux cas, pour un total de 56 316 infections.

Le nombre d’hospitalisations était en hausse de neuf, à 317. Trois personnes de moins se trouvaient aux soins intensifs, soit 24.

Trente-deux cas s’étaient ajoutés dans la région de Montréal par rapport à jeudi, pour un total de 27 529. On comptait 5859 cas dans la région de Laval et 8088 en Montérégie.

À voir en vidéo