Enquête sur un «jeu» raciste aux urgences d’un hôpital de Colombie-Britannique

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix

La Colombie-Britannique a annoncé vendredi avoir lancé une enquête sur des allégations de « jeu » raciste dans un hôpital où des employés pariaient sur le taux d’alcoolémie de patients, notamment ceux d’origine autochtone.

« Selon ces allégations, un jeu était organisé pour deviner le niveau d’alcool dans le sang de patients admis aux urgences, en particulier des personnes autochtones et peut-être d’autres » origines, a expliqué le ministre provincial de la Santé, Adrian Dix, lors d’une conférence de presse.

« Si c’est vrai, c’est intolérable, inacceptable et raciste », a-t-il ajouté, annonçant l’ouverture d’une enquête indépendante sur ces allégations « très graves ». Cette enquête a été confiée à une ancienne avocate qui sera chargée de formuler des recommandations.

Selon l’association représentant la nation métisse en Colombie-Britannique, le jeu a été baptisé par les employés « Le juste prix », en référence à un célèbre jeu télévisé.

Médecins et infirmières doivent essayer de deviner le niveau d’alcoolémie des patients admis aux urgences et qu’ils pensent être d’origine autochtone, de façon aussi précise que possible. Le vainqueur est celui qui s’approche le plus du résultat exact, sans le dépasser.

Le ministre Dix n’a pas précisé si les personnels accusés d’avoir participé à ce « jeu » ont été suspendus de leurs fonctions, ni dans quel établissement ils travaillent.

L’Association Nation métisse de la Colombie-Britannique a regretté que les personnes autochtones soient « trop souvent victimes de préjugés » dans le système de santé.

« Les patients des Premières nations, Métis ou Inuits ayant besoin de soins médicaux d’urgence en Colombie-Britannique sont souvent considérés comme étant en état d’ébriété et on leur refuse une évaluation médicale, ce qui contribue à l’aggravation de leur état de santé et conduit à des maux inutiles voire à la mort », dénonce l’association.

Pour le président de l’association, Daniel Fontaine, ce jeu est répandu mais il n’est qu’une partie du problème.

Interrogé par la chaîne CBC, il a évoqué un rapport datant de 2019 qui rapportait de nombreux incidents « choquants et dérangeants » à caractère raciste visant les populations autochtones dans le système de santé de la province.

À voir en vidéo

À voir en vidéo