Comment être un hôte exemplaire en temps de coronavirus?

Les rassemblements extérieurs comportent beaucoup moins de risques que ceux intérieurs. Ils sont donc à privilégier si la température le permet.<br />
 
Photo: Hubert Hayaud Archives Le Devoir Les rassemblements extérieurs comportent beaucoup moins de risques que ceux intérieurs. Ils sont donc à privilégier si la température le permet.
 
Si les rassemblements extérieurs étaient déjà autorisés au Québec, ceux à l’intérieur le sont désormais aussi depuis lundi, sauf sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, celui de la municipalité de Joliette et celui de la ville de L’Épiphanie, où l’on devra attendre à lundi prochain pour recevoir. Mais comment s’y retrouver parmi toutes les consignes sanitaires et être un hôte exemplaire en temps de pandémie?

D’abord, il faut noter que les rassemblements extérieurs comportent beaucoup moins de risques que ceux intérieurs. Ils sont donc à privilégier si la température le permet.

Dans tous les cas, on ne peut pas accueillir plus de 10 personnes à la fois, et celles-ci doivent provenir d’un maximum de trois ménages. Cette limite ne vaut que pour les endroits où une distance de deux mètres peut être maintenue entre les personnes qui n’habitent pas à la même adresse. Dans un petit appartement, par exemple, il faudra restreindre son nombre d’invités afin qu’ils puissent garder une bonne distance entre eux.

Avant de recevoir, nettoyez toutes les surfaces qui sont fréquemment touchées, comme les poignées de porte et les interrupteurs. À l’arrivée de vos invités, demandez-leur de se laver les mains. L’eau et le savon restent vos meilleurs amis, mais le gel désinfectant peut aussi être utilisé lorsque ce n’est pas possible.

Il est important de garder votre maison bien ventilée en laissant les fenêtres ouvertes. Il est cependant recommandé d’éviter les jets d’air provenant d’un climatiseur ou de ventilateurs en direction de vos invités. Ceux-ci pourraient projeter des gouttelettes porteuses du coronavirus dans leur direction. Le port du masque ou du couvre-visage est d’ailleurs toujours de mise.

À l’heure du repas, la recommandation principale est simple: ne partagez rien. Chacun doit avoir son verre, son assiette, sa serviette et ses ustensiles. Le tout devrait être identifié à leurs noms. Pas de petites trempettes de légumes ou de bols de croustilles placés sur la table du salon, donc. Et surtout, ni buffet ni «potluck». Une seule personne doit être responsable du service après s’être lavé les mains. À table, les gens habitant à la même adresse devraient être assis ensemble. Une fois repus, nettoyez la vaisselle à l’eau chaude et au savon.

Là où c’est possible, une salle de bain devrait être réservée pour vos invités. La salle de bain qu’ils utiliseront devrait être nettoyée après le passage de chaque personne ne provenant pas de la même adresse. Pour vous simplifier la vie, vous pouvez par exemple y laisser des linges désinfectants à la disposition de vos invités afin qu’ils nettoient derrière eux.

Une attention particulière doit être portée aux enfants, car ils présentent souvent très peu ou pas de symptômes de la COVID-19 tout en étant capables de la transmettre. La règle du deux mètres s’applique donc aussi à eux. Les jouets ne devraient pas être partagés, à moins d’être désinfectés.

Si vous êtes invité à une soirée, abstenez-vous de vous y présenter si vous ressentez tout symptôme de la COVID-19. Ceux-ci comportent la fièvre, l’apparition d’une toux, des difficultés respiratoires et une perte d’odorat ou de goût. Un mal de gorge ou un mal de tête, des douleurs musculaires, une fatigue intense, une perte de l’appétit ou de la diarrhée peuvent aussi être des symptômes de la maladie. Soyez honnête avec votre hôte: il vous en remerciera.

Vous avez été nombreux à nous soumettre des questions pour cette infolettre à l’adresse coronavirus@ledevoir.com. Merci beaucoup, et surtout, continuez à le faire.