L’Ontario devrait prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 2 juin

Le bilan total en Ontario atteint maintenant 20 546 cas, dont 1669 décès et 15 131 cas résolus.
Photo: Chris Young La Presse canadienne Le bilan total en Ontario atteint maintenant 20 546 cas, dont 1669 décès et 15 131 cas résolus.

L’Ontario signalait lundi 308 nouveaux cas de COVID-19 et 35 décès supplémentaires.

Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 1,5 pour cent par rapport à dimanche, ce qui maintient pour une deuxième journée consécutive le taux de croissance à un niveau relativement faible. Le nombre de personnes hospitalisées pour la COVID-19 a augmenté, tout comme celles sous respirateur, bien qu’on dénombre une personne de moins aux soins intensifs.

Le bilan total dans cette province atteint maintenant 20 546 cas, dont 1669 décès et 15 131 cas résolus. Près de 14 000 tests avaient été effectués en 24 heures jusqu’à 16 h dimanche, ce qui est inférieur à l’objectif du gouvernement de 16 000 tests — mais on indique que le dépistage a tendance à ralentir les fins de semaine.

Après un week-end qui a vu la propagation de la COVID-19 ralentir à un rythme sans précédent depuis mars en Ontario, les commerces qui ont pignon sur rue étaient autorisés à rouvrir lundi, à condition d’organiser les cueillettes sur le trottoir ou la livraison. Le gouvernement avait autorisé vendredi la réouverture complète des jardineries et des pépinières, et les quincailleries pouvaient aussi rouvrir samedi.

Le premier ministre Doug Ford avait également annoncé en fin de semaine la réouverture lundi des parcs provinciaux, en maintenant la distanciation physique ; les plages, les aires de camping et les terrains de jeux demeurent d’ailleurs fermés.

L’opposition posera des questions

Côté politique, l’Assemblée législative de l’Ontario siégera mardi et devrait prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 2 juin ; il y aura aussi une période des questions en Chambre. Seuls 42 des 124 députés seront admis en même temps à Queen’s Park ; ils voteront à la fois sur la motion visant à prolonger l’état d’urgence sanitaire et sur un projet de loi omnibus qui modifiera diverses lois — des changements rendus nécessaires à cause de la pandémie.

Les partis d’opposition devraient apporter leur consentement unanime à toutes les étapes du projet de loi pour que les votes se déroulent rapidement, a indiqué un communiqué du bureau du leader du gouvernement en Chambre.

Depuis le début de la pandémie, les députés ontariens sont retournés à Queen’s Park pour prolonger l’état d’urgence à plusieurs reprises, tout en observant les consignes de distanciation physique. Ils ont maintenant convenu aussi de périodes de questions régulières en Chambre. Des séances auront lieu mardi ainsi que les mardis et mercredis suivants jusqu’aux 2 et 3 juin — pour l’instant : le gouvernement de Doug Ford consulte les partis d’opposition sur la possibilité de prolonger les séances jusqu’à l’été, a indiqué le leader du gouvernement, Paul Calandra.

Les députés devraient également accepter d’autoriser des séances virtuelles du Comité des finances, afin qu’il puisse étudier, pendant quatre semaines, les impacts économiques de la COVID-19 sur divers secteurs de l’économie, notamment le tourisme, la culture et le patrimoine, les municipalités, la construction, les infrastructures et les petites et moyennes entreprises. Le comité devrait conclure son étude globale d’ici le 8 octobre.

Déficit « historique »

Le Bureau de la responsabilité financière de l’Ontario prévoyait lundi que le déficit de la province quadruplerait cette année, pour atteindre 41 milliards $ — le plus important de son histoire —, alors que la pandémie réduit les recettes fiscales et augmente les dépenses du gouvernement.

Dans un « mini-budget » en mars, le gouvernement Ford avait prévu qu’à cause de nouvelles dépenses de 7 milliards $ et d’un manque à gagner de 10 milliards de dollars en impôts et autres reports, le déficit passerait de 9 à 20,5 milliards pour l’année financière 2020-2021.

Dans son rapport publié lundi, le Bureau de la responsabilité financière estime par ailleurs qu’en supposant un déconfinement progressif tout au long de l’été, le déficit pourrait être réduit à 25,3 milliards $ l’année financière suivante, en raison de la reprise de l’économie.

Mais l’agence indépendante rappelle également qu’une forte augmentation des emprunts en raison de déficits plus élevés poussera le ratio de la dette nette au PIB de l’Ontario à un niveau record de 49,7 % au cours de l’exercice, ce qui est beaucoup plus élevé que la projection du gouvernement, qui était de 41,7 %.

Selon des données publiées vendredi par Statistique Canada, 689 200 Ontariens ont perdu leur emploi en avril, ce qui s’ajoute aux 403 000 personnes qui avaient perdu leur emploi en mars.