Des soignants en attente de retourner au combat

Certains se demandent s’il ne faudrait pas éliminer l’obligation pour le personnel de la santé d’obtenir deux tests négatifs avant de reprendre le travail après avoir été infecté par le coronavirus.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Certains se demandent s’il ne faudrait pas éliminer l’obligation pour le personnel de la santé d’obtenir deux tests négatifs avant de reprendre le travail après avoir été infecté par le coronavirus.

Quelque 11 600 employés du réseau de la santé sont tombés au combat, ont déposé les armes ou ont quitté le champ de bataille en cette pandémie de la COVID-19. Mais des centaines d’autres, en pleine forme, sont contraints de rester à la maison parce qu’ils attendent un deuxième test de dépistage négatif.

Pour retourner au front, les soignants qui ont contracté le coronavirus doivent s’isoler pendant 14 jours, ne pas avoir eu de fièvre depuis 48 heures et pas de symptôme aigu depuis 24 heures. Deux tests de dépistage, effectués à 24 heures d’intervalle, doivent aussi s’avérer négatifs. Et pour beaucoup, c’est là que le bât blesse.

« On a une employée qui est chez elle depuis six semaines ! dit la Dre Caroline Quach-Thanh, microbiologiste-infectiologue à l’hôpital Sainte-Justine. Elle est parfaite, mais son PCR [test] reste positif. » Des traces du virus demeurent détectables dans son nez. Est-elle pour autant contagieuse ?

C’est là la grande question. Des chercheurs québécois tentent d’y répondre. Une étude est « en préparation », dit le ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS).

En attendant, le réseau de la santé est aux prises avec une autre épine dans le pied. Seulement au CISSS de Laval, 236 employés sont en attente d’un deuxième résultat négatif. Ils sont 42 au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Les autres CIUSSS et CISSS contactés n’ont pas été en mesure de fournir ces données. Au Québec, quelque 4000 travailleurs du réseau sont infectés.

Le Dr David Lussier, qui pratique à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, fait partie de ceux-là. Il est en isolement depuis le 13 avril, jour où il a reçu le résultat de son test de dépistage. Depuis, le gériatre a passé six tests de contrôle. Son test s’est avéré négatif une fois, puis de nouveau positif et dernièrement, négatif. Il attend le résultat du dernier, passé mercredi. « Les symptômes sont totalement disparus depuis le 20 avril, dit le gériatre. Sauf la fatigue. C’est beaucoup mieux, mais pas totalement. »

Le Dr David Lussier rappelle que les personnes infectées, qui ne sont pas des travailleurs de la santé, peuvent cesser leur isolement après 14 jours, à condition qu’elles soient asymptomatiques et qu’elles n’aient pas de fièvre. Elles n’ont pas à repasser de test de dépistage.

« En exigeant les deux tests négatifs, on se prive peut-être de travailleurs de la santé durant une semaine de plus que les 14 jours nécessaires », fait remarquer le Dr Lussier, précisant qu’il n’a pas l’expertise d’un microbiologiste pour en juger.

Pour sa part, le médecin ne prend aucun risque. « J’ai préféré demeurer en isolement, sachant que mon test était encore positif, même si la contagion est probablement terminée », dit-il. Selon les directives de l’Institut national de santé publique, il aurait pu lever son isolement à la maison après 14 jours — comme tous les citoyens — mais pas retourner au travail.

 

Pas de test en Ontario

Contrairement au Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique n’exigent pas de tests de dépistage aux travailleurs de la santé infectés pour un retour au travail, à moins que la maladie n’ait été « sévère » et qu’ils aient dû être hospitalisés. Deux résultats négatifs sont alors nécessaires. Ceux dont les symptômes ont été légers ou modérés peuvent sortir de leur isolement après 14 jours en Ontario et 10 jours en Colombie-Britannique (à condition de ne pas faire de fièvre ou que les symptômes s’améliorent).

« Deux études ont démontré jusqu’à présent qu’après neuf jours, même si le test est positif, le virus est mort », dit la Dre Quach-Thanh.

Québec, lui, préfère attendre les conclusions de l’étude québécoise afin d’éviter que des soignants contaminent des collègues ou des patients, explique le MSSS. « À la lumière des résultats, s’il y avait recommandation des experts du Québec de lever la condition de deux tests négatifs, alors ce sera fait », écrit-on, dans un courriel.

Actuellement, une seule situation permet la levée de cette exigence : lorsqu’un établissement fait face à un bris de service et qu’il n’y a aucune autre solution pour l’éviter, précise le Comité sur les infections nosocomiales du Québec.

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux-CSN, la question des deux tests de dépistage soulève un autre problème : la rémunération du personnel en attente d’un deuxième résultat négatif. « Elles sont en isolement à la demande de l’employeur, mais on leur demande de piger dans leur banque de vacances », dit le conseiller à l’information, Hubert Forcier. Un non-sens, aux yeux du syndicat.

Lina Savard paye le prix de cette politique. Cette ouvrière à la maintenance, qui travaille au CHSLD Joseph-François-Perreault, a reçu un diagnostic de la COVID-19 début avril. Elle est toujours en attente d’un deuxième résultat négatif. « J’ai écoulé toute ma banque de congés, dit-elle. Je suis sur l’assurance-salaire, à 80 % de ma rémunération imposable. »

Elle considère qu’elle devrait être couverte pas la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et obtenir 90 % de son salaire non imposable. Son syndicat l’appuie dans ses démarches. « C’est impossible de ne pas l’avoir attrapé au travail », dit Lina Savard.

Au CHSLD Joseph-François-Perreault, 48 résidents sont morts de la COVID-19, selon le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Lina Savard dit avoir été en contact avec des patients atteints, qui ont subi un test de dépistage à peu près au même moment qu’elle. « Je travaille plus de 10 minutes à côté d’eux lorsque je répare, par exemple, leur chaise roulante », dit-elle.

En date du 26 avril 2020, 562 réclamations avaient été acceptées par la CNESST pour infection à la COVID-19 à titre de lésion professionnelle, indique la Commission.

À voir en vidéo


 
2 commentaires
  • Raymond Chalifoux - Abonné 8 mai 2020 08 h 43

    Impossible de tout faire en même temps

    En ce qui concerne la "dilapidation" du contenu du compte de jours de congé, vu la façon dont les gouvernements se comportent jusqu'à maintenant, soit avec un réel souci de gérer tout cela en "bon père de famille", il est permis de penser qu'une fois la tempête apaisée, il sera possible d'ajuster rétroactivement... Y a pas à paniquer, ni à monter aux barricades pour l’instant me semble-t-il.

    Quant au retour au travail des contaminés, certains - notamment en Italie - seraient d'avis que l'exposition à répétition soit précisément la cause de tant de pertes de vie au sein de la communauté des soignants immédiats ou rapprochés. Il peut donc sembler parfaitement défendable de faire preuve d'un supplément de précautions...

    Tout cela étant dit, perso, ce qui m'interpelle big time, c'est le fait qu'il est en train de se créer au sein du Réseau, deux classes de soignants: ceux qui ont combattu, et ceux qui se sont tapis... Ils risquent de ne pas s'asseoir aux mêmes tables, à la café, une fois tout cela sera terminé...

    Une chose est sûre, c’est qu’il faudrait que ceux qui triment à en crever dans le moment, plus ou moins protégés adéquatement, puissent être reconnus par tous et chacun et pour le reste du temps de leur carrière, à l’aide d’un « pin » en or (une épinglette) qui dirait, genre, « Campagne Covid-19 en 2020 : j’en étais! »

    Du fond du cœur, mes hommages et MERCI à tous ceux-là!

  • Alain Roy - Abonné 8 mai 2020 09 h 43

    Eh ben

    "Contrairement au Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique n’exigent pas de tests de dépistage aux travailleurs de la santé infectés pour un retour au travail", vraiment? Après tout le chichi qu'on a fait pour le manque de tests, de masques, de de vêtements de protection, de manque de ci et de ça, de ne pas avoir prévu tout et son contraire, voilà qu'on donne en exemple une pratique douteuse de provinces qui ont une comptabilité statistique inventive et peu crédible. Et on se demande pourquoi nos gouvernants changent souvent d'idée!