Marguerite Blais rejette tout blâme pour la situation dans les CHSLD

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais

Marguerite Blais en est à sa septième année comme ministre responsable des Aînés, et pourtant : elle n’entend pas assumer la responsabilité du drame qui se déroule dans les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) du Québec, préférant évoquer « une responsabilité collective » face à une situation qui s’observe « pas seulement au Québec, mais à travers le monde entier ».

La ministre, discrète dans les médias depuis plusieurs jours, s’est prêtée à une série d’entrevues vendredi. Le Devoir lui a demandé à trois reprises si elle acceptait une part de responsabilité face aux bouleversements qui accablent les CHSLD, où la COVID-19 a jusqu’ici fait ses plus graves ravages. Elle a évité de répondre directement à cette question, préférant parler d’une « responsabilité collective » et rappeler le mea culpa du premier ministre François Legault, qui a déclaré le 17 avril que le Québec était « mal équipé » pour faire face au coronavirus.

« Le premier ministre s’est excusé, il a dit : “je prends toute la responsabilité” », a répondu la ministre Blais.

Bien qu’elle se soit dite bouleversée par la situation actuelle — qui la réveille « aux petites heures du matin » —, l’élue a refusé les analyses voulant qu’elle ait été la mieux placée pour voir venir la catastrophe.

Marguerite Blais a été élue sous la bannière libérale en 2007 et la même année, le premier ministre Jean Charest lui a créé le poste de ministre responsable des Aînés. Elle a occupé cette fonction jusqu’en 2012 et mené, dès son arrivée, une consultation publique sur les aînés, dont l’un des trois grands axes était les « différents milieux de vie ».

Or, elle estime qu’elle n’avait aucune emprise sur la situation des CHSLD.

« Ce n’était pas ma responsabilité de m’occuper des personnes vulnérables », a-t-elle dit au Devoir. « Je n’avais pas le pouvoir de changer les choses [dans les CHSLD] », a-t-elle insisté, en rappelant qu’elle relevait alors du ministère de la Famille et des Aînés, et non pas de celui de la Santé, comme c’est le cas actuellement.

« Des fois, j’étais dans les communiqués [de presse] par rapport aux CHSLD et je n’avais pas la responsabilité », a-t-elle confié. Elle a assuré avoir relayé les inquiétudes des citoyens à ses collègues à la Santé — les ministres Philippe Couillard et Yves Bolduc —, sans grand succès. « Bien sûr que j’en ai parlé, mais je ne l’ai pas eu le dossier, alors je ne l’ai pas eu... C’est ça », a-t-elle précisé.

 

Pas d’excuse de Blais

En vertu des fonctions que lui a confiées le premier ministre Legault, Marguerite Blais a dit juger « avoir une première responsabilité » au sujet des milieux de vie.

Quand Le Devoir lui a demandé si elle était prête à s’excuser au sujet de la situation des CHSLD, elle a répondu par une question. « Pourquoi je ne le ferais pas ? » a-t-elle répondu, sans demander pardon pour autant.

« Quand le premier ministre parle, c’est tout le gouvernement qui parle. » Elle a ensuite souligné l’importance de « refaire un examen de conscience collectif » afin que, « collectivement, on repense à notre façon de traiter nos personnes les plus vulnérables dans notre société ».

Il n’est cependant pas question, à ce jour, d’envisager des sanctions envers des dirigeants de la santé qui auraient bafoué les directives ministérielles et mis leurs employés à risque, a-t-elle averti. Pas question, non plus, d’accepter la commission d’enquête publique qu’a exigée une association de retraités. « On va parler de ça quand la crise sera terminée », a affirmé l’élue. « Pour l’instant, on n’est pas en train de parler de congédier des gens. »

En guise de solution « prioritaire » à la crise qui se joue, la ministre Blais a envisagé la « reconstruction des CHSLD vétustes ». Elle a dit souhaiter que le Québec soit autosuffisant « au niveau du matériel médical » et ne compte plus sur des « équipes qui se promènent d’un établissement à l’autre ».

Elle n’a pas voulu se prononcer sur l’implantation des « projets-ratio », qui visaient à établir des charges de travail sécuritaires pour les travailleurs de la santé. « C’est [la ministre de la Santé, Danielle] McCann qui regarde ça, et on va le regarder quand ce sera le temps », a-t-elle déclaré.

À voir en vidéo