La solution aux problèmes des CHSLD se trouve à la maison

Les préposés aux bénéficiaires devraient gagner le même salaire peu importe où sont offerts les services, estime Philippe Voyer.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Les préposés aux bénéficiaires devraient gagner le même salaire peu importe où sont offerts les services, estime Philippe Voyer.

L’augmentation permanente des salaires des préposés aux bénéficiaires (PAB) et la construction de Maisons des aînés, deux mesures prônées par Québec, ne pourront pas résoudre les énormes difficultés des CHSLD québécois. Voilà à quelles conclusions arrive Philippe Voyer, responsable de la formation continue de la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval.

Le professeur appuie la hausse salariale pour les PAB (fixée temporairement le mois dernier à 4 $ l’heure, par décret), même s’il doute de son efficacité pour améliorer les soins de longue durée. « L’augmentation des salaires des médecins n’a pas non plus réglé le problème de l’accès aux soins de santé », fait-il remarquer.

« Dans ses points de presse, M. Legault répète qu’on va modifier les conditions salariales pour rendre le milieu des préposés plus attractif, qu’on avait manqué le bateau et qu’on va résoudre le problème en augmentant les salaires. Oui, je suis d’accord pour cette augmentation, mais ça n’a aucun lien avec l’objectif d’améliorer les soins de longue durée au Québec. L’augmentation règle un problème spécifique, mais n’affecte pas l’écosystème, qu’il faut revoir en entier en misant sur les soins à domicile et sur l’hébergement à la maison des personnes âgées. 

Philippe Voyer résume ses idées dans une vidéo intitulée Cours 101 sur l’hébergement au Québec et quelques mythes à abattre concernant les tarifs, les salaires et les bâtiments et diffusée sur son site personnel. Le spécialiste de la gériatrie y recommande plutôt de réformer complètement le système. Il juge que le Québec devrait mettre l’accent sur le maintien à domicile du plus grand nombre possible de personnes âgées. La Suisse, l’Autriche, les Pays-Bas et d’autres pays ont mis en place des modèles semblables mobilisant des ressources des secteurs publics et privés.

« Dans le même élan, après avoir dit qu’il fallait augmenter les salaires des préposés, M. Legault nous dit qu’il faut accélérer la construction des Maisons des aînés, plus petites et plus conviviales. Là encore, certainement. Mais le nombre de lits dont on aura besoin en hébergement à l’avenir est beaucoup trop grand et dépasse largement nos capacités. C’est un peu comme de proposer d’agrandir les urgences parce que la population vieillit et qu’il faudrait les traiter là. C’est absurde. Ce n’est pas la bonne formule. Il faut plutôt augmenter les soins à domicile pour diminuer la pression sur le système de santé. »

Le vieillissement de la population fait que Québec aura besoin d’environ 3000 places supplémentaires par année en CHSLD pour chacune des quarante prochaines années. Une place en CHSLD public coûte 10 000 $ par mois, dont 8500 $ fournis par l’État. En CHSLD privés conventionnés, Québec fournit 5000 $ par mois. En plus, les pensionnaires de ces résidences de fin de vie seront à l’avenir de plus en plus âgés et de plus en plus atteints de troubles neurocognitifs majeurs.

« C’est fiscalement impossible pour le gouvernement de garder le statu quo, dit Philippe Voyer. Économiquement, ce ne sera pas viable. En plus, les Maisons des aînés vont coûter plus cher que les CHSLD, et ce sera donc encore moins viable de tout transformer dans ce sens, alors qu’il existe des solutions viables qui ont fait leurs preuves ailleurs. »

L’exemple à suivre

Dans une autre vidéo mise en ligne en janvier, le professeur examine ces « solutions à notre portée ». En entrevue, il maintient ses idées et les trouve même plus nécessaires que jamais à la lumière de la catastrophe pandémique. « Il faut penser à des solutions qui passent par des allocations aux individus permettant de mieux les soutenir en les maintenant à la maison, comme la grande majorité le souhaitent. »

La piste centrale évoque l’expansion et la bonification des services à domicile. « Il faut mettre le paquet dans les services de soutien, les centres de jour et les visites, dit le professeur. C’est beaucoup moins coûteux de donner des services professionnels que de construire des buildings. On peut faire énormément de chemin avec 5000 $ ou 10 000 $ par mois par personne. »

Il a fait une tournée du Québec pour le ministère de la Santé et des Services sociaux en 2018 afin d’examiner les pratiques sur le terrain, notamment pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer mais accompagnées par un proche aidant. Au Québec, ces personnes se retrouvent plus rapidement en résidences pour aînés (RPA), avant-postes des CHSLD. Elles composent 18 % des clients de ces résidences par rapport à 9 % dans les autres provinces.

Par contraste, la Suisse offre systématiquement des soins à domicile, mais aussi des logements protégés, des centres de jour, de soir ou de nuit et, bien sûr, des établissements médico-sociaux (EMS), équivalents des CHSLD. Des exemples semblables existent ailleurs en Europe et ici aussi, à petite échelle, un peu partout sur le territoire québécois. Le professeur recommande de les systématiser.

« Au lieu d’imposer des traditions radicales aux personnes souffrant de troubles neurocognitifs, on devrait leur offrir des milieux de vie évolutifs. On modifierait l’intensité des services autour de la personne, selon ses besoins. Peut-on améliorer les CHSLD ? Bien sûr. Peut-on réaliser des Maisons des aînés ? Bien sûr. Mais est-ce une solution pour l’avenir des soins de longue durée ? Absolument pas. »

Question d'argent

Connaissez-vous vos CHSLD ?
Les centres d’hébergement et de soins de longue durée (les CHSLD) publics et les CHSLD privés conventionnés reçoivent des personnes en perte d’autonomie sévère ; les ressources intermédiaires s’occupent des personnes en perte d’autonomie modérée comme les CHSLD privés non conventionnés, qui peuvent aussi recevoir des cas sévères ; et les résidences privées pour aînés (RPA) se concentrent sur les clientèles globalement autonomes.

Un parcours habituel d’un Québécois le mène de sa résidence privée, à une RPA, puis vers les ressources intermédiaires et les CHSLD. « Plus on est âgé, plus notre système immunitaire faiblit et plus on a des risques de comorbidité, explique Philippe Voyer. Plus les gens perdent leur autonomie, plus ils se retrouvent en CHSLD. Atteinte par la COVID-19, cette population a plus de risques d’en décéder, évidemment. »

Les données de l’Institut national de santé publique du Québec montrent que les deux tiers des décès liés à la pandémie viennent des CHSLD, 15 % des RPA et 10 % à domicile. Les coûts actuels des services dispensés dans l’une ou l’autre des formules donnent des marges de manoeuvre pour modifier radicalement tout ce système mis en place depuis un demi-siècle, croit le spécialiste.

Une place en CHSLD public coûte plus de 10 000 $ par mois, dont 8500 $ fournis par l’État. En CHSLD privé conventionné, la somme tombe à moins de 7700 $ par mois, dont 5000 $ de financement gouvernemental. La pension mensuelle en CHSLD privé non conventionné varie de 3000 à 10 000 $, presque sans aide.Les ressources dites intermédiaires nécessitent environ 4000 $, dont 3100 $ de subventions. La RPA coûte de 1200 $ à 7000 $, selon l’autonomie de la personne, là encore avec un faible crédit d’impôt en appui de 743 $ maximum. On ne connaît pas les conditions financières des éventuelles Maisons des aînés.

Les salaires des préposés aux bénéficiaires varient aussi d’un type d’établissement à l’autre. Ils vont de 14 $ à 16 $ en résidence privée pour aînés à 22 $ en CHSLD public. « La pénurie persiste même dans le secteur public, où ils sont mieux payés, fait remarquer Philippe Voyer. Il faut donc réduire l’iniquité entre les secteurs publics et privés, mais aussi avec les secteurs communautaires, les OBNL ou les communautés religieuses, qui ne peuvent concurrencer les plus hauts salaires. Ce serait bien que les préposés gagnent le même revenu, peu importe où sont offerts les services. »

À voir en vidéo