Dans les CHSLD, retour au travail au péril de la santé des aînés

Le gouvernement Legault a beau s’inquiéter pour la vie des aînés en CHSLD, il continuera tout de même à solliciter des préposés aux bénéficiaires asymptomatiques avant la fin de leur période d’isolement de 14 jours. Environ la moitié des employés du CHSLD Laflèche en Mauricie qui avaient été en contact avec des patients ou des collègues atteints de la COVID-19 ont ainsi été rappelés au travail au cours des derniers jours. Cette directive pourrait également s’appliquer à d’autres secteurs du réseau de la santé, a révélé la ministre Danielle McCann.

« C’est à la marge, ce n’est pas arrivé souvent, a affirmé la ministre de la Santé et des Services sociaux en conférence de presse. Mais ce que je veux dire, c’est qu’il y a des secteurs critiques, notamment dans l’hébergement, mais aussi au niveau des soins intensifs et en milieu hospitalier, où il se pourrait qu’à des moments donnés on doive faire un retour au travail après sept jours, mais avec des mesures de protection. »

Peu de temps auparavant, le premier ministre, François Legault, offrait aux employés qui le peuvent « d’aller habiter à l’hôtel » aux frais du gouvernement pour « réduire les possibilités d’avoir du personnel qui est infecté ». Il a également rappelé que les entrées et sorties seraient bientôt mieux contrôlées. « C’est une question de vie ou de mort, de ne pas prendre le risque d’entrer le virus davantage dans les résidences de personnes âgées », a-t-il répété.

Les zones « chaudes » et « froides » ne sont pas respectées, selon le syndicat des employés du CHSLD Laflèche. Des patients malades sont placés dans la même unité que ceux qui attendent leur résultat faute de place. Une employée a confirmé ces informations au Devoir en ajoutant qu’il manquait d’équipement de protection pour pouvoir se changer si nécessaire avant d’entrer dans la chambre d’un patient dont on ignore le statut, contredisant ainsi la version officielle.

Au moment où ces lignes étaient écrites, la Direction régionale de la santé publique n’avait pas commenté ces nouvelles informations. Le nombre de cas d’infection au coronavirus a continué d’augmenter au CHSLD Laflèche. Douze nouveaux cas chez les résidents ont été rapportés mercredi, portant le nombre total à 28. Douze employés ont également été déclarés positifs. Le nombre de décès dus à la COVID-19 est demeuré stable à trois. Ce centre situé à Shawinigan héberge environ 150 patients.

« Il est clairement démontré que quelqu’un qui porte adéquatement les équipements de protection individuelle ne peut pas transmettre la maladie », a répété le président-directeur général du CIUSSS de la Mauricie-et-Centre-du-Québec, Carol Fillion. Les employés à qui le CIUSSS a demandé de briser leur quarantaine doivent, entre autres, porter un masque de protection, leur température est prise deux fois par jour et ils sont suivis par une infirmière. L’équipement de protection était en quantité suffisante mercredi, a-t-il assuré.

« Une mauvaise manipulation, quelqu’un qui échappe son masque, ce sont des choses qui arrivent. Donc, c’est quand même à risque », s’est inquiété Robert Junior Potvin, dont la grand-mère de 90 ans qui réside au centre Laflèche avait reçu son diagnostic de COVID-19 la veille.