Un premier cas positif de coronavirus au Nunavik

Il s'agit du premier cas dans la région.
Photo: Jean-François Nadeau Le Devoir Il s'agit du premier cas dans la région.

Une femme a reçu un diagnostic positif à la COVID-19 à Salluit, a appris Le Devoir. Il s’agit du premier cas de la maladie au Nunavik. La femme atteinte serait récemment rentrée du Sud où elle était allée visiter un membre de sa famille.

« [La patiente] est en isolement depuis que le test a été effectué et le restera aussi longtemps que l’équipe médicale le jugera nécessaire », a indiqué la Régie régionale de santé et des services sociaux du Nunavik (RRSSSN) par voie de communiqué. Elle vit dans une maison avec d’autres personnes mais s’isole dans une pièce à part où des mesures strictes d’hygiène sont observées, assure-t-on.

La santé publique dit être en train de communiquer avec toutes les personnes qui auraient pu être en « contact étroit » avec la jeune femme, soit avoir été en sa présence à moins de 2 mètres pendant plus de 15 minutes. Le cas échéant, des personnes pourraient être invitées à s’isoler ou à se soumettre à un test de dépistage.

Un couvre-feu a aussitôt été décrété par le chef du corps de police régionale Kativik et directeur de la sécurité publique de l’Administration régionale Kativik, Jean-Pierre Larose. À partir de maintenant, les habitants de Salluit devront rester chez eux entre 21 h et 6 h le matin et ce, jusqu’à nouvel ordre. Tous les vols en partance ou au départ de Salluit ont été annulés et l’aéroport est fermé à tout trafic aérien, sauf pour des cas « d’exceptions extrêmes ».

Comme très peu de gens résident au Nunavik et que les communautés sont tissées serrées, les leaders locaux appellent les citoyens à ne pas stigmatiser ceux qui pourraient recevoir un diagnostic positif. Ils les invitent également à être attentifs aux symptômes et à respecter les consignes de sécurité.

D’autres détails suivront.