Pénurie d’employés: le plan de McCann finalement déposé

La ministre Danielle McCann
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre Danielle McCann

Le plan d’action pour contrer la pénurie de main-d’oeuvre en santé promis en novembre par la ministre Danielle McCann a finalement été déposé mardi, mais il ne propose pas de nouvelles solutions.

Le plan, d’une centaine de pages, décrit 15 mesures pour attirer et retenir plus de préposés aux bénéficiaires (PAB) et d’auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS) qui offrent des soins à domicile. 

Ces mesures, qui ont déjà été mises en oeuvre, se déclinent notamment en bourses, en concertation entre le réseau de la santé et les commissions scolaires, en campagnes de publicité, en recrutement international, en création de postes permanents et en préposés formés pour entraîner leurs collègues.

Le ministère ne s’attend pas à ce qu’elles aient des effets à court terme, mais « à moyen et à long terme ».

Invité à commenter cette stratégie, le cabinet de la ministre a prôné la patience et indiqué que certains programmes commencent à donner des résultats.

Ainsi, le programme de bourses de 7500 $ lancé en août a récemmentpassé le cap des 1000 participants (la cible gouvernementale est de 2000 personnes), a signalé l’attaché de presse de Mme McCann, Alexandre Lahaie.

Le document indique que les taux d’heures supplémentaires et de recours aux agences sont les plus élevés observés ces dix dernières années. D’emblée, le ministère est préoccupé par le fait que la main-d’oeuvre dans ces catégories d’emploi est vieillissante, ce qui l’expose à plus de congés de maladie et à des absences plus longues.

En date du 31 mars, on recensait 41 563 PAB dans le réseau et 6189 ASSS. Des effectifs qui ont à peine augmenté ces dernières années (de 0,85 % par an pour les PAB et de 0 % pour les ASSS).

Selon les dernières données du ministère, sur les 4565 nouveaux postes créés par le gouvernement caquiste, seulement 350 ont été pourvus par de nouveaux préposés.

Au printemps, le gouvernement révélait qu’il allait devoir embaucher 33 036 préposés aux bénéficiaires dans le réseau d’ici cinq ans pour répondre à tous les besoins.

Plainte pour outrage

La ministre McCann a par ailleurs été accusée mardi d’avoir commis un outrage au Parlement dans ce dossier.

Le leader parlementaire des libéraux, Marc Tanguay, affirme qu’elle a « induit la Chambre en erreur » quand elle a voté, le 29 novembre, pour une motion lui demandant de déposer le plan à l’Assemblée avant la fin de la période des travaux de l’automne.

À l’époque, la ministre était sur la défensive face à l’opposition qui lui reprochait de ne pas avoir de plan d’action pour contrer la pénurie de main-d’oeuvre en santé.

Mardi, le cabinet de la ministre a confirmé que le plan n’était pas « prêt à être déposé » à l’époque, notamment parce qu’il ignorait qu’il lui fallait se procurer un numéro d’ISBN (séquence de chiffres pour des publications) pour le faire et qu’on a alors pris du temps pour « le bonifier ».