Un adolescent ontarien a frôlé la mort à cause du vapotage, selon ses médecins

Les médecins disent avoir <span style=éliminé toutes les autres hypothèses pour finalement conclure que le vapotage avait été responsable de la maladie du garçon." height="530" width="828" class="img-responsive">
Photo: Eva Hambach Archives Agence France-Presse Les médecins disent avoir éliminé toutes les autres hypothèses pour finalement conclure que le vapotage avait été responsable de la maladie du garçon.

Un article publié jeudi dans le Journal de l’Association médicale canadienne (AMC) explique comment un adolescent de l’Ontario âgé de 17 ans qui était en parfaite santé en est venu à frôler la mort après seulement cinq mois de vapotage.

L’article a été écrit par les six médecins qui ont soigné le garçon pendant son séjour de 47 jours à l’hôpital où il a été admis au début de 2019.

Durant son hospitalisation, il était si malade qu’on a dû le maintenir en vie pendant une certaine période. Il a aussi évité de justesse une double transplantation pulmonaire.

Ses médecins affirment que la condition pulmonaire de l’adolescent ressemblait à celle des travailleurs contraints à respirer certains produits chimiques toxiques dans des usines. Cela signifie, à leur avis, que les maladies provoquées par le vapotage peuvent prendre différentes formes.

L’un des auteurs de l’article, le Dr Simon Landman, du Centre des sciences et de la santé de London, en Ontario, relate que l’adolescent s’est présenté à l’hôpital avec une toux grave et persistante.

Les médecins ont ensuite appris que l’adolescent avait régulièrement vapoté au cours des cinq mois précédents en ayant souvent ajouté au liquide du tétrahydrocannabinol (THC), un ingrédient actif de certains produits du cannabis. Plusieurs médecins affirment que les effets sur la santé des produits chimiques contenus dans le liquide des vapoteuses lorsqu’ils sont inhalés ne sont que peu connus.

Le Dr Landman signale que ses collègues et lui ont éliminé toutes les autres hypothèses pour finalement conclure que le vapotage avait été responsable de la maladie du garçon.

On a dû ensuite le transférer à un centre de transplantation pulmonaire à Toronto. Heureusement, il a évité la chirurgie en réagissant bien à des traitements anti-inflammatoires aux stéroïdes.

Son état s’est amélioré, mais quelques mois après son retour à la maison, il n’avait pas encore récupéré ses pleines fonctions respiratoires.

Les auteurs de l’article exhortent les autorités à promouvoir la recherche sur les effets du vapotage, en considérant que cette pratique attire beaucoup de jeunes.