Un premier cas de maladie respiratoire liée au vapotage signalé en Ontario

Le médecin-hygiéniste Christopher Mackie, du Bureau de santé de Middlesex-London
Photo: Geoff Robins La Presse canadienne Le médecin-hygiéniste Christopher Mackie, du Bureau de santé de Middlesex-London

Les autorités médicales de London, en Ontario, ont signalé mercredi le cas d’un adolescent qui a souffert d’une maladie pulmonaire grave après avoir vapoté sur une base quotidienne.

Il s’agirait du premier cas de maladie respiratoire sévère liée au vapotage à être confirmé au pays.

Le Bureau de santé de Middlesex-London précise que le jeune patient s’est retrouvé sous respirateur artificiel aux soins intensifs, mais qu’il a depuis obtenu son congé de l’hôpital.

Le médecin-hygiéniste de cette unité de soins intensifs, Christopher Mackie, affirme que toute autre cause potentielle de ce trouble respiratoire, comme un cancer ou une maladie affectant son système immunitaire, a été étudiée et écartée.

« Le seul problème identifié est que l’individu fumait des cigarettes électroniques », explique le docteur Mackie.

Santé Canada a récemment averti les vapoteurs de surveiller l’apparition de symptômes tels que la toux, l’essoufflement, la fatigue, la diarrhée, le vomissement et les douleurs à la poitrine. Le ministère fédéral a également demandé aux professionnels de la santé de poser des questions à leurs patients sur leur utilisation de cigarettes électroniques et de leur demander s’ils ont des problèmes respiratoires.

Les responsables de la santé des États-Unis enquêtent sur des centaines de cas de problèmes respiratoires graves chez les personnes utilisant des appareils de vapotage. Ils ont enregistré 380 cas pour le moins probables, dont six décès.

Certains chercheurs américains pointent du doigt l’acétate de vitamine E, un agent épaississant utilisé dans les produits de vapotage qui peut causer des pneumonies lorsqu’il est inhalé.

Les autorités provinciales se mobilisent

Le cas de l’adolescent de London a été rapporté quelques heures seulement après que la ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, eut ordonné à tous les hôpitaux publics de la province de signaler les cas de pneumopathie grave liée au vapotage.

La ministre s’est dite de plus en plus préoccupée par les conséquences possibles du vapotage sur la santé, en particulier chez les jeunes, mais les données disponibles dans la province sont insuffisantes pour comprendre le problème et consulter des experts sur des pistes de solution.

Une porte-parole de la ministre a déclaré que le cas de l’adolescent rapporté mercredi « souligne l’importance de collecter ce genre de données auprès des hôpitaux pour aller de l’avant et trouver des solutions fondées sur les preuves ».

L’Alberta a également commencé à exiger que ses professionnels de la santé rapportent les cas suspects en vertu de la loi provinciale sur la santé publique.

Le ministère de la Santé de la Colombie-Britannique a pour sa part indiqué la semaine dernière qu’il se préparait à s’attaquer à cet enjeu, notamment par la sensibilisation, afin de réduire le nombre de jeunes qui se tournent vers le vapotage.

En Nouvelle-Écosse, le médecin-hygiéniste en chef dit qu’il a commencé à contacter informellement les unités de soins intensifs et les experts en troubles respiratoires à travers la province, à la recherche de cas similaires à ceux rapportés aux États-Unis.

Les six victimes américaines avaient toutes atteint l’âge adulte et certaines avaient des problèmes pulmonaires préexistants ou des conditions qui les rendaient plus fragiles. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis ignorent s’il s’agit d’un phénomène nouveau ou s’il vient à peine d’être mis en lumière.