L'obésité abdominale a doublé en 30 ans au Québec

Au total, un homme sur trois et une femme sur deux se retrouvent dans cette nouvelle catégorie de patients à risque de problèmes de santé associés à l’excès de poids. Et le phénomène frappe tous les groupes d’âge sans exception.
Photo: Joel Saget Agence France-Presse Au total, un homme sur trois et une femme sur deux se retrouvent dans cette nouvelle catégorie de patients à risque de problèmes de santé associés à l’excès de poids. Et le phénomène frappe tous les groupes d’âge sans exception.

Les Québécois prennent du ventre et ont dû desserrer de plusieurs crans leurs ceintures depuis 40 ans, révèle une étude inédite sur l’évolution du tour de taille. Selon ces données, 2,3 millions d’adultes au Québec souffrent d’obésité abdominale, soit deux fois plus qu’en 1990.

Cette première recherche menée par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) sur l’évolution du tour de taille au Québec démontre que beaucoup plus d’adultes qu’on ne le croyait sont à risque de maladies cardiaques, d’hypertension ou du diabète de type 2, autant de conditions associées fréquemment aux personnes obèses ou en surpoids.

Et cela, parce que des données comparées sur près de 40 ans signalent une augmentation nette du tour de taille moyen d’environ 8 cm (6 cm chez les hommes et 10,5 cm chez les femmes), peu importe le poids.

La situation est d’autant plus préoccupante, affirme l’auteur principal de cette recherche, le Dr Benoît Arsenault, professeur agrégé à la faculté de médecine de l’Université Laval et chercheur à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), que plusieurs études considèrent le tour de taille comme un facteur plus prédictif de certains problèmes de santé que le seul indice de masse corporelle (IMC), utilisé depuis belle lurette.

« On utilise l’IMC depuis longtemps pour déterminer le poids santé, mais ce n’est pas toute l’information. Le tour de taille, qui est l’indice d’accumulation du tissu adipeux dans l’abdomen, semble plus important », affirme le Dr Arsenault.

Selon ce chercheur, ces données relèguent ainsi jusqu’à 20 % des Québécois non obèses dans le rang des personnes à risque de souffrir de maladies cardiovasculaires et de diabète.

« Même chez des individus de poids normal, de plus en plus de gens développent une masse adipeuse au niveau de l’abdomen. Pour eux, le risque d’infarctus, bien documenté, est aussi élevé que pour des gens obèses », affirme le Dr Arsenault.

Surprise de taille

En bref, 40 % des adultes de 18 à 74 ans au Québec présentent un tour de taille considéré comme à risque par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), soit 102 cm pour les hommes et 88 cm pour les femmes. Des données agrégées tirées de l’Enquête canadienne sur les mesures de santé (ECMS) de Statistique Canada, et de l’Étude québécoise sur la santé cardiovasculaire (EQSCV) démontrent que l’obésité abdominale a plus que doublé depuis 1990 chez les femmes (de 21 % à 48 %) et les hommes (14 % à 32 %).

Si on remonte aux années 1980, le bond observé est encore plus important, puisque le nombre d’adultes aux prises avec un ventre généreux a quintuplé, passant de 7,5 % à 38,8 %.

Amplitude chez les jeunes

Au total, un homme sur trois et une femme sur deux se retrouvent dans cette nouvelle catégorie de patients à risque de problèmes de santé associés à l’excès de poids. Et le phénomène frappe tous les groupes d’âge sans exception.

 
40%
C'est la proportion d’adultes de 18 à 74 ans au Québec qui présentent un tour de taille considéré comme à risque par l’Organisation mondiale de la santé.

Une réalité qui inquiète le Dr Arsenault, car l’obésité abdominale est cinq fois plus présente chez les jeunes aujourd’hui qu’au début des années 1980. Le tour de taille a gonflé en moyenne de 9 cm chez les jeunes femmes de 18 à 34 ans, contre 2,5 cm chez les hommes. Seulement un jeune sur 50 affichait un surplus abdominal il y a 40 ans, contre un jeune sur cinq aujourd’hui.

« C’est la donnée la plus inquiétante, car l’impact de ce surplus abdominal se développe à long terme, et la génération actuelle risque d’avoir une espérance de vie en santé plus courte que les précédentes », déplore-t-il.

Le revers de la sédentarité

Ce chercheur montre du doigt les problèmes habituels, soit la chute de l’activité physique au profit d’activités sédentaires, conjuguées à l’omniprésence de la malbouffe et des aliments transformés dans les assiettes.

Mais à son avis, la prévalence exacerbée de l’obésité abdominale et de l’obésité tout court ne doit plus être associée à la seule volonté des individus. « Des dizaines d’autres facteurs entrent en jeu, dont l’alimentation, le stress, la pollution atmosphérique, l’accès aux déplacements actifs et les inégalités sociales. L’environnement alimentaire s’est dégradé, le nombre de commerces de restauration rapide a explosé. Notre environnement est en cause, et la solution passera par des politiques favorisant des modes de vie plus sains », croit-il.

 

Évolution de l’obésité abdominale

Âge 1981 1990 2009-2013
18 à 34 ans 2% 8% 19%
25 à 64 ans 12% 21% 45%
65 à 74 ans 17% 34% 65%

Source Institut de la statistique du Québec, EQSCV 1990, ECMS cycles 2 et 3 combinés (2009-2013).

Le rôle de la consommation d’aliments riches en graisses, en sucre et en sel dans les surplus adipeux dans l’abdomen et dans certains organes, comme le foie, a été mis en évidence par certaines études. L’alimentation moderne favoriserait donc non seulement l’excès de poids, mais aussi des morphologies de type « pomme » plutôt que « poire », confirme le Dr Arsenault.

« L’industrie du vêtement va devoir s’adapter à ces nouvelles morphologies. Mais la bonne nouvelle, c’est que la perte de poids se produit d’abord dans l’abdomen lors d’une remise en forme. Il reste du travail à faire, car peu de professionnels de la santé tiennent compte du tour de taille dans les bilans de santé. Nous espérons que plus de médecins y porteront davantage attention grâce à ce rapport », souligne le Dr Arsenault.

Se serrer la ceinture

Les Québécois ne sont pas seuls à recalibrer leurs ceintures, car le même phénomène s’observe partout au Canada et en Occident.

C’est lors d’une étude menée au Royaume-Uni dans les années 1950 que le lien entre le tour de taille et l’état de santé a été tracé pour la première fois. On avait alors constaté que les chauffeurs des fameux autobus rouges à deux étages, derrière le volant toute la journée, requéraient une plus grande taille de pantalon et étaient en moins bonne santé que les employés passant d’un étage à l’autre pour contrôler les billets.

Malgré tout, l’indice de masse corporelle (IMC), égal au poids divisé par la taille au carré (kg/m²), a été retenu depuis des années comme l’indicateur par excellence du « poids santé », de l’embonpoint et de l’obésité, bien qu’il ne soit pas toujours aussi éclairant pour prédire l’état de santé que le tour de taille, affirme le Dr Arsenault.

« Le tour de taille a permis de raffiner les projections sur l’impact du surplus adipeux sur la santé. Cela peut être expliqué par l’impact de la graisse au niveau viscéral sur plusieurs facteurs, notamment la concentration de lipides dans le sang, l’hypertension artérielle et la résistance à l’insuline », peut-on lire dans l’étude de l’INSPQ

16 commentaires
  • Gilles Bonin - Inscrit 20 août 2019 05 h 50

    Ah!

    mais pas touche. Tout doit être trans aujourd'hui, même le gras à ses «droits».

  • Romain Gagnon - Abonné 20 août 2019 06 h 54

    Mise au point sur les graisses

    Dans votre article, vous dites: "Le rôle de la consommation d’aliments riches en graisses, en sucre et en sel dans les surplus adipeux dans l’abdomen et dans certains organes, comme le foie, a été mis en évidence par certaines études. "

    Tel que rédigé, c'est faux. Les aliments riches en graisse ne favorise pas l'obésité abdominale. De fait, les acides gras mono et poly insaturés font tout le contraire.

    Votre manque de rigeur perpétue ici un veux mythe.

    • Louise Collette - Abonnée 20 août 2019 07 h 50

      Quoi qu'il en soit, un excès de poids n'est pas santé au contraire, cela engendre des problèmes de santé qui commencent à nous coûter cher.
      L'obésité chez les jeunes fait déjà des ravages.
      Mais diantre, il nous faut rien dire, la rectitude politique est de mise.
      La population vieillit, les jeunes sont gros, le système de santé dans dix ans.... je nose même pas y penser.
      Comme ma mère le disait si bien, regarde les paniers d'épicerie, regarde ce que les gens mangent et ne te demande pas pourquoi les hôpitaux sont pleins.
      C'est rendu qu'on fait l'apologie de la graisse, c'est vraiment de la décadence pure et simple.
      Une société malade de sa malbouffe et ce n'est que la pointe de l'iceberg, le pire est à venir.

    • Serge Ménard - Abonné 20 août 2019 08 h 56

      Il n'y a pas de "quoi qu'il en soit" @ Louise Colette. @ Romain Gagnon a parfaitement raison ! Une réduction des glucides à 20 grammes par jour et une augmentation des gras sains favorise une perte des gras adipeux et autres de façon spectaculaire. Ça s'appelle l'alimentation cétogène !

    • Louise Collette - Abonnée 20 août 2019 12 h 48

      Serge Ménard
      Il suffit d'arrêter de mal manger et de trop manger. Il faut arrêter de manger des cochonneries, manger sainement et en quantité raisonnable, ça fera l'affaire. Ne pas oubblier de bouger. Marcher. Prendre l'escalier au lieu de l'ascenseur etc.

      Le régime cétogène ne respecte pas les règles de base d'une alimentation équilibrée.

      Manger mieux, manger moins, bouger plus.
      Et, mettre fin au règne de la malbouffe.
      Louise Collette

  • Denis Paquette - Abonné 20 août 2019 07 h 32

    notre modernité est peut être le pire piège

    le tour de taille n'est il pas un signe de mauvaises nutritions et d'une trop grande sédentarité, est ce que ça ne pas dire que notre modernité est en train de nous tuer peu a peu, et que nous mourons plus tôt et en mauvaise santée, voila la modernité est peut être devenue le pire piège

  • Liliana G Perez - Abonnée 20 août 2019 07 h 40

    Ok je ferai la marche et réduire les portions

    Ok toute de suite j'irai à pied pour faire les achats et je dois reduire les portions!
    Merci pour la recherche très bonne. Je laisse le sofa et les films par l'internet!

    • Jocelyne Bellefeuille - Abonnée 21 août 2019 11 h 05

      Juste un bon équilibre entre tout ça et ça devrait aller. Avec des excès, on ne tient pas la route longtemps. C'est pour ça que plusieurs lâchent rapidement.

  • Yvon Bureau - Abonné 20 août 2019 08 h 09

    Un article de taille, nécessaire. Merci

    Une différence entre être gros et être gras. La grossitude et la grassitude, très différent.

    Grassitude. Malheureusement, il semble y avoir une mode chez des trentenaires.
    Devenir volontairement gras et le demeurer; même plus, en faire comme un droit. Le droit à l'obésité.
    Avec un regard «Mêle-toi pas de mon/notre gras».
    Même des couples avec jeunes enfants obèses affirment avec poids leur grassitude.

    Triste réalité. Grosse tristesse.

    Quant à nous, les VIEux, osons habiter un corps le plus en santé, osons honorer une alimentation noble et à la hauteur de notre sagesse: manger moins, manger mieux.
    Pour le plaisir de vivre mieux vieux.