Bernie Sanders en croisade au Canada contre les entreprises pharmaceutiques américaines

Bernie Sanders tenait un flacon d’insuline, dimanche, lorsqu’il s’est adressé aux médias devant une pharmacie de Windsor.
Photo: Carlos Osorio Associated Press Bernie Sanders tenait un flacon d’insuline, dimanche, lorsqu’il s’est adressé aux médias devant une pharmacie de Windsor.

Il est embarrassant que des Américains doivent se rendre au Canada pour y acheter des médicaments pour moins cher, a déclaré dimanche le candidat à l’investiture démocrate en vue de l’élection présidentielle américaine en 2020, Bernie Sanders, de passage à Windsor, en Ontario.

Le sénateur du Vermont a accompagné un groupe de diabétiques américains venus acheter de l’insuline à moindre coût.

« Nous aimons nos voisins canadiens et nous les remercions beaucoup, mais nous ne devrions pas être obligés de venir au Canada », a dit M. Sanders aux journalistes à l’extérieur d’une pharmacie.

En règle générale, un flacon d’insuline pour soigner le diabète de type 1 coûte environ 340 $ US aux États-Unis, soit environ dix fois le prix au Canada.

M. Sanders a écrit sur son compte Twitter que le coût élevé de l’insuline mettait en danger la vie des diabétiques américains.

Les sociétés pharmaceutiques constituent une des cibles favorites du sénateur, qui leur reproche le coût élevé des médicaments sur ordonnance. Il avait déjà effectué un voyage similaire au Canada en 1999.

« En tant qu’Américains, nous devons nous demander pourquoi le même médicament, l’insuline dans ce cas, est vendu ici au Canada pour un dixième du prix qu’il est vendu aux États-Unis  », a souligné M. Sanders.

L’achat d’insuline au Canada par des Américains, même à faible échelle, soulève des inquiétudes au sujet de l’approvisionnement au pays.

À la fin de juin, un groupe de diabétiques de type 1 du Minnesota avait franchi la frontière pour venir acheter de l’insuline à London, en Ontario.

Des organisations de santé canadiennes préoccupées par des lois aux États-Unis permettant aux Américains d’importer des médicaments moins dispendieux du Canada ont récemment écrit une lettre au gouvernement fédéral le pressant d’agir pour prévenir les pénuries.

Une porte-parole du ministre fédéral de la Santé a déclaré plus tôt ce mois-ci que le gouvernement fédéral surveillait la situation.

Les règles actuelles autorisent les Américains à emporter chez eux un stock personnel de médicaments achetés au Canada d’une durée maximale de trois mois, et quatre États ont adopté une législation autorisant l’importation en gros ou individuelle de médicaments.

Étant donné que l’insuline est en vente libre au Canada, il n’y a pas de mécanisme de suivi permettant de déterminer la quantité qui pourrait être dirigée vers le sud.