Des organisations de santé s’inquiètent de possibles pénuries de médicaments

Quinze groupes représentant des patients, des professionnels de la santé, des hôpitaux et des pharmaciens soutiennent que l’offre de médicaments au Canada n’est tout simplement pas suffisante pour satisfaire les clients canadiens et américains.
Photo: iStock Quinze groupes représentant des patients, des professionnels de la santé, des hôpitaux et des pharmaciens soutiennent que l’offre de médicaments au Canada n’est tout simplement pas suffisante pour satisfaire les clients canadiens et américains.

Des organisations de santé canadiennes sont préoccupées par des lois aux États-Unis permettant aux Américains d’importer des médicaments moins dispendieux du Canada et demandent au gouvernement fédéral d’agir pour prévenir les pénuries.

Quinze groupes représentant des patients, des professionnels de la santé, des hôpitaux et des pharmaciens ont envoyé une lettre cette semaine à la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, pour l’inviter à intervenir.

L’offre de médicaments au Canada n’est tout simplement pas suffisante pour satisfaire les clients canadiens et américains, soutiennent-ils dans leur lettre.

Pour répondre à la colère des électeurs face au coût élevé et croissant des médicaments aux États-Unis, plusieurs États — dont la Floride avec l’assentiment du président Donald Trump — ont adopté des lois autorisant leurs citoyens à importer des médicaments du Canada.

Dans la lettre à Mme Petitpas Taylor, les groupes affirment que ces lois pourraient exacerber les pénuries de médicaments, qui constituent une préoccupation de plus en plus présente dans le système de santé canadien depuis quelques années.

Les hôpitaux et les pharmacies canadiens ne pourront pas combler les besoins d’un pays dix fois plus grand sans causer de problème d’accès ou de qualité au Canada, soulignent-ils.

L’attaché de presse de la ministre Petitpas Taylor a indiqué dans un courriel que le gouvernement s’opposait à toutes les initiatives qui pouvaient affecter l’approvisionnement ou le prix des médicaments d’ordonnance.

« Nous continuons notre travail afin de diminuer le prix des médicaments pour les Canadiens et de s’assurer qu’ils aient un accès ininterrompu aux médicaments dont ils ont besoin », a-t-il écrit.

Traversées au Canada

Ce débat a récemment attiré l’attention des deux côtés de la frontière. Le candidat à l’investiture démocrate, Bernie Sanders, a annoncé son intention d’accompagner des diabétiques américains qui feront un voyage au Canada, en fin de semaine, pour acheter de l’insuline, qui coûte ici environ un dixième du prix payé aux États-Unis.

À la fin du mois dernier, un autre groupe de diabétiques du Minnesota ont traversé la frontière pour acheter de l’insuline à London, en Ontario. L’un des organisateurs avait raconté que l’explosion des prix de l’insuline aux États-Unis avait forcé certains patients à rationner leurs doses du médicament — une décision qui peut avoir des conséquences graves sur leur santé.

Les pénuries de médicaments représentent déjà un problème au Canada. Dans les dernières années, les fabricants de médicaments canadiens ont signalé des milliers de pénuries pour diverses raisons, souvent en lien avec des problèmes de fabrication, mais également en lien avec une demande accrue. Les lois américaines pourraient aggraver d’autant plus le problème, plaident les groupes dans leur lettre.

Selon les données de la National Academy for State Health Policy, seulement dans la dernière année plus de 27 projets de loi ont été présentés au Congrès américain et dans les États pour permettre aux Américains d’acheter des médicaments provenant du Canada.

Les signataires de la lettre, dont l’Association des pharmaciens du Canada, l’Association médicale canadienne et l’Institut canadien pour la sécurité des patients, exhortent Ottawa à prendre des mesures pour éviter que les Américains « assèchent l’approvisionnement en médicaments du Canada ».

« Nous demandons à Santé Canada de fournir aux Canadiens de la clarté et l’assurance que les lois américaines ne perturberont pas par inadvertance l’offre pharmaceutique du Canada et n’auront pas d’incidence négative sur les soins prodigués aux patients en provoquant une pénurie accrue de médicaments », écrivent-ils.