L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont inaugure enfin son centre de dialyse moderne

La dialyse consiste à nettoyer le sang des déchets alimentaires accumulés ainsi qu’à retirer les liquides qui se mêlent au sang chez un patient dont les reins ne sont plus en mesure d’effectuer le travail de filtration.
Photo: Rich Pedroncelli Associated Press La dialyse consiste à nettoyer le sang des déchets alimentaires accumulés ainsi qu’à retirer les liquides qui se mêlent au sang chez un patient dont les reins ne sont plus en mesure d’effectuer le travail de filtration.

La direction de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann ne pouvaient rêver d’une plus belle journée, samedi, pour l’inauguration du Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo. Le soleil radieux a permis de mettre en valeur l’imposante fenestration du nouveau bâtiment qui va accueillir ses premiers patients à compter du 17 juin.

Bâti au coût de 53,5 millions $, le centre de dialyse était attendu depuis près de 20 ans. Les patients du plus important pavillon de traitements d’hémodialyse au Québec devaient se contenter de locaux temporaires aménagés dans des bâtiments modulaires communément appelés des « roulottes ».

« L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est devenu au fil du temps un leader mondial en matière de néphrologie, d’insuffisance rénale et d’hémodialyse, alors je suis contente que les patients aient une vue exceptionnelle, de la clarté, de la lumière », a déclaré la ministre Danielle McCann en conférence de presse.

Les travaux de construction du centre Raymond-Barcelo ont duré deux ans. En plus de miser sur des locaux lumineux et chaleureux, les patients auront accès à de nouveaux fauteuils, une nouvelle technologie d’hémodialyse et ils pourront se divertir grâce à l’installation d’un téléviseur par poste de traitement.

Il faut souligner que les patients reçoivent trois traitements d’hémodialyse par semaine et chacune de ces visites dure environ quatre heures.

« C’est beaucoup de temps à passer pour un patient, alors d’avoir un environnement agréable c’est bon pour sa santé. C’est bon pour le moral, c’est bon pour la santé mentale et c’est bon pour le personnel aussi », décrit la ministre McCann.

Le nouveau Centre intégré de dialyse Raymond-Barcelo va compter 70 stations de dialyse traditionnelle, soit quatre de plus que par le passé. Selon le coordonnateur aux services de médecine spécialisée du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, Jonathan Perrier, 391 patients reçoivent actuellement des traitements trois fois par semaine sur place.

L’ajoute de nouvelles stations devrait permettre de faire face à la croissance de la demande qui pourrait atteindre 425 patients réguliers d’ici 2025. L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont traite à lui seul dix pour cent de tous les patients en dialyse au Québec.

En plus des stations traditionnelles, des postes d’entraînement ont été ajoutés afin d’accélérer la formation des patients admissibles à l’hémodialyse autonome à domicile ou à la dialyse péritonéale. Une méthode alternative qui augmente significativement l’autonomie des patients.

La dialyse consiste à nettoyer le sang des déchets alimentaires accumulés ainsi qu’à retirer les liquides qui se mêlent au sang chez un patient dont les reins ne sont plus en mesure d’effectuer le travail de filtration. De nombreuses personnes atteintes d’insuffisance rénale perdent même la faculté d’uriner, ce qui rend d’autant plus vitale la dialyse.

Grand chantier à venir

En conférence de presse, la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, n’a pas hésité à affirmer que l’est de l’île avait été négligé en matière d’infrastructures au cours des dernières années.

« C’est un territoire qui a été oublié par les gouvernements précédents et de voir un investissement aussi important dans ce centre hospitalier, c’est extrêmement important dans le redéveloppement de l’est de Montréal », a-t-elle mentionné en mêlée de presse.

Sa collègue, Danielle McCann, en a profité pour rappeler que le projet de construction d’un nouvel hôpital Maisonneuve-Rosemont suit son cours. Le chantier évalué à 1,8 milliard $ demeure à l’étape d’étude, mais devrait voir le jour d’ici huit ans d’après la ministre de la Santé.

Hommage au Dr Barcelo

L’inauguration du bâtiment qui porte le nom du Dr Raymond Barcelo a eu lieu en présence de sa fille, Pascale, qui a accueilli avec émotion l’hommage rendu à son père.

« Le développement scientifique de la néphrologie, l’enseignement médical et les soins centrés sur le patient ont été au coeur même de la vie de mon père, a-t-elle soutenu. Ce centre est la concrétisation du souhait ultime de mon père, offrir des soins optimaux aux patients en dialyse ».

Dre Martine Leblanc, néphrologue, a présenté son prédécesseur comme l’un des grands pionniers de cette spécialisation au Québec. Elle a rappelé que le Dr Barcelo avait traité un premier patient par dialyse en 1964, « avant même que la néphrologie ne soit reconnue comme une spécialité au Québec ».