Les enjeux de santé mentale préoccupent les étudiants en médecine

Dans une société en constante transformation qui mise sur la performance et l’importance de la croissance, les problèmes de santé mentale deviennent de plus en plus répandus et ces enjeux préoccupent les étudiants en médecine réunis en colloque samedi à l’Université de Montréal.


Pour son grand rendez-vous annuel, la section québécoise de la Fédération internationale des associations étudiantes en médecine (IFMSA-Québec) a choisi d’orienter son Colloque de santé mondiale autour de la santé mentale. Ce thème est apparu tout naturellement selon la présidente de l’organisme, Roxane St-Pierre Alain.


« C’est premièrement un enjeu très important au sein de la communauté médicale. On le sait, il y a plus de “burn-out”, plus de dépressions au sein des étudiants, mais aussi des professionnels de la santé », souligne-t-elle en ajoutant que le climat dans le système de santé québécois « n’est vraiment pas optimal ».


Dès leur entrée en faculté de médecine, les futurs médecins sont invités à prendre soin de leur santé mentale en préservant l’équilibre dans leur vie. « Au jour 1 ou au jour 2, on nous dit : « Gardez un bel équilibre de vie. Gardez-vous des loisirs. Gardez-vous du temps pour vous », rapporte Mme St-Pierre Alain.


Un judicieux conseil que ces jeunes adultes apprennent rapidement à apprécier. « Plus on avance dans le programme, plus on se rend compte que c’est important ce petit conseil si simple », admet l’étudiante de l’Université de Sherbrooke.


En plus de veiller à leur propre hygiène psychologique, les futurs médecins s’impliquent dans des projets de prévention auprès de la population. L’un de ces projets, nommé OSMOSE, vise à sensibiliser les adolescents les plus vulnérables.


« On va dans les écoles secondaires les plus défavorisées au Québec pour parler de santé mentale. On explique quels sont les symptômes d’anxiété, où sont les ressources, quels sont les symptômes dépressifs, ce que sont les troubles alimentaires pour les outiller », résume la présidente d’IFMSA-Québec.


Cyberdépendance et changement climatique


Tout au long de la journée, samedi, le public formé principalement d’étudiants des facultés de médecine du Québec et du Nouveau-Brunswick va assister à diverses conférences liant les troubles de santé mentale à l’actualité.


Comme il s’agit du Colloque de santé mondiale, les organisateurs abordent un volet international en se penchant sur l’impact du changement climatique sur la santé mentale.


À l’échelle nationale, d’autres conférenciers vont discuter d’itinérance et de cyberdépendance chez les adolescents.