Du jus de canneberge pour un coeur en santé

Le jus de canneberge, qui a déjà fait ses preuves dans la prévention des infections des voies urinaires, pourrait également avoir des vertus lui permettant de réduire les risques de maladie cardiovasculaire. C'est du moins ce que laisse présumer une étude de Charles Couillard, professeur au département des sciences des aliments et nutrition de l'Université Laval, qui a présenté hier ses résultats préliminaires à l'occasion du 72e congrès de l'ACFAS.

Très prisé par les Amérindiens, qui en avaient fait un élément essentiel de leur pharmacopée, le jus de canneberge est ce qu'on appelle un aliment actif. Riche en flavonoïdes, un composé présent dans nombre de fruits et légumes (notamment dans l'oignon), de même qu'en vitamines antioxydantes (A, C et E), la canneberge pourrait contrer deux des facteurs qui conduisent aux maladies cardiovasculaires: le stress oxydatif et une concentration sanguine élevée de cholestérol LDL.

Charles Couillard, aussi chercheur à l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF), en est à sa troisième étude sur le sujet. La deuxième a mis sous examen 21 hommes qui ont bu une dose quotidienne de jus de canneberge léger pendant 14 semaines.

«Les résultats ont démontré que la consommation régulière de jus de canneberge augmente à la fois les concentrations sanguines d'antioxydants et le bon cholestérol, alors qu'elle diminue le taux de particules LDL oxydées en circulation dans le sang», explique M. Couillard.

À la grande surprise du chercheur, ses patients ont également perdu 1,5 cm de tour de taille. C'est ainsi qu'il a décidé de poursuivre ses recherches par le biais d'une troisième étude à double insu encore plus large auprès de 30 hommes, tous légèrement hypercholestérolémiques et affichant un surplus de poids, afin de voir si la consommation quotidienne du nectar rouge peut contribuer à faire fondre le tour de taille. Les résultats sont attendus en 2005.