Sommes-nous devenus trop propres?

La vie à la ferme et le contact avec les animaux offrent un réel programme d’entraînement pour le système immunitaire.
Photo: Mychele Daniau Agence France-Presse La vie à la ferme et le contact avec les animaux offrent un réel programme d’entraînement pour le système immunitaire.

Les mesures d’hygiène et une faible exposition aux bactéries tiennent les germes et les infections à l’écart, mais elles nous rendraient aussi plus vulnérables à certaines maladies. Sommes-nous devenus trop propres ?

« Ce n’est pas mauvais d’être propre. Les mesures d’hygiène ont permis d’augmenter l’espérance de vie de 20 à 30 ans et la mortalité infantile a baissé de façon significative », soutient Philippe Bégin, allergologue au CHU Sainte-Justine et au CHUM. Sauf qu’au même moment, les cas d’allergies, d’asthme et de maladies auto-immunes ont explosé. Peut-on vraiment établir un lien ?

C’est en comparant certaines régions du monde que le constat est frappant. Dans la plupart des pays occidentaux, la prévalence des allergies alimentaires chez les enfants d’âge préscolaire atteint 10 %. En Chine et dans plusieurs pays asiatiques, le taux se maintient sous les… 2 %.

Notre système immunitaire est une machine bien huilée, mais qui a besoin d’apprentissage et d’être exposée à certains microbes pour avoir une réponse appropriée aux menaces. Quand notre environnement devient trop aseptisé, cette exposition baisse dramatiquement.

« On est entrés dans une ère où tout doit être stérile et antimicrobe. Maintenant, dans les épiceries, il y a des stations de savon antibactérien. On manipule les fruits et on se lave les mains. Ça réduit nos expositions », croit Emilia Liana Falcone, infectiologue et directrice de l’unité de recherche sur le microbiome et les défenses mucosales de l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM).

Avons-nous poussé notre système immunitaire à la paresse en l’exposant à trop peu de menaces ? En fait, c’est plutôt le contraire qui s’est produit : il est devenu trop efficace ! Face à des organismes ou des aliments inoffensifs, il déploie maintenant une cargaison de soldats prêts pour la guerre. « On voit de plus en plus de maladies auto-immunes, où c’est carrément notre corps qui se défend contre lui-même », observe la Dre Falcone.

On peut aussi penser aux allergies, causées par une réponse inadéquate de notre système immunitaire. « Dans le cas des allergies alimentaires, par exemple, il y a une confusion de notre système de défense face à ce qu’on devrait tolérer. La réponse normale contre de la nourriture, c’est évidemment de ne rien faire et de la laisser passer sans réagir ! », reconnaît l’allergologue Philippe Bégin.

Les « vieux amis »

À cette hypothèse de l’hygiène s’en superpose une autre qui pourrait mieux expliquer pourquoi ces maladies causées par un système immunitaire détraqué explosent dans les pays industrialisés : la théorie des vieux amis.

Selon Graham Rook, le premier chercheur à avoir exposé cette théorie en 2003, une exposition régulière à des organismes sans danger tôt dans la vie pourrait enseigner à notre système immunitaire comment réagir adéquatement devant de réelles menaces pour notre santé. Pour lui, le système immunitaire fonctionne comme un ordinateur. Il faut lui fournir des données — ici, une exposition à une variété de microbes — pour qu’il apprenne à identifier ce qu’il doit attaquer, mais aussi ce qu’il doit tolérer.

Cela expliquerait pourquoi les enfants élevés dans des fermes laitières sont moins susceptibles de développer une réaction allergique ou asthmatique. La vie à la ferme et le contact avec les animaux offrent un réel programme d’entraînement pour le système immunitaire.

Les familles nombreuses auraient aussi un effet protecteur sur les enfants en présentant une exposition maximale aux microbes de toutes sortes. Les aînés de famille seraient d’ailleurs plus sensibles aux infections que les cadets. Même chose pour les enfants nés par césarienne, qui n’auraient pas bénéficié de l’exposition à la flore vaginale lors de l’accouchement.

Certes, le contact avec la nature s’est effrité, nous avons passablement modifié notre alimentation, mais c’est l’usage abusif d’antibiotiques qui est aussi montré du doigt. « En tant qu’infectiologue, les antibiotiques sont évidemment mon arme principale, mais il faut avoir une utilisation judicieuse de ces médicaments. On tue les pathogènes, mais on tue aussi les bactéries qui nous sont bénéfiques », soutient la Dre Falcone.

Bonnes bactéries recherchées

En effet, de nombreuses bactéries peuplent notre corps et nous rendent de précieux services. Elles constituent de ce qu’on appelle le microbiome. On comprend de mieux en mieux son lien étroit avec notre système immunitaire.

« Le microbiome, c’est le coeur de notre système immunitaire, n’hésite pas à dire Emilia Liana Falcone. Il y a un dialogue constant entre les deux et ils se développent en même temps pendant nos deux premières années de vie. »

Voilà que notre colonie de bonnes bactéries souffre d’un problème de diversité, ce qui la rendrait moins performante. Cela ne serait pas étranger à la hausse des cas de maladies auto-immunes, d’asthme et d’allergies.

« Quand les gens développent ces problèmes, on remarque souvent une baisse de diversité du microbiote. Si nous avons une plus grande variété de bactéries, il y a plus de chance d’y trouver de bons amis », remarque la Dre Falcone.

Pourquoi ne pas agir sur le microbiote en lui proposant justement de bonnes fréquentations bactériennes dès l’enfance ? C’est une possibilité envisageable pour la Dre Falcone. « Là où on a le plus d’impact, c’est avec les enfants de moins de deux ans. On essaie maintenant de déterminer comment on peut le modifier dès le début de leur vie pour favoriser l’éducation immunitaire à long terme ».

2 commentaires
  • Charles Talon - Abonné 5 janvier 2019 08 h 32

    Propreté

    Beaucoup d'observations, mais peu de solutions...

  • Marie Nobert - Abonnée 6 janvier 2019 11 h 32

    Mais encore!

    Question. «Qu'est-ce qu'un arbre?» Misère! Microbiote de toutes natures, mésentère, interstitium (ouille!). Les «Darwinistes» n'ont pas besoin d'explication. Bref. Grosse fatigue.

    JHS Baril