La CAQ veut modifier le mode de rémunération des médecins de famille

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault

L’un des plus gros problèmes du système de santé québécois — l’accès à un médecin de famille — peut se régler sans un seul dollar, estime la Coalition avenir Québec (CAQ), qui promet de régler cette question d’ici 2022.

C’est essentiellement en changeant le mode de rémunération des médecins de famille que François Legault pense pouvoir remplir ce qu’il a lui-même qualifié dimanche d’engagement « le plus important, crucial et déterminant pour corriger une bonne partie des problèmes du réseau ».

La promesse se lit ainsi : à la fin d’un mandat caquiste, chaque Québécois aura accès à un médecin de famille, et il pourra le consulter — lui ou une super infirmière — en moins de 36 heures en cas de besoin.

« Il y a eu en 2016 quelque 1,6 million de patients dans les urgences qui avaient des problèmes mineurs, a fait valoir M. Legault. Si on était capable de les traiter dans la première ligne, on viendrait régler la grande majorité des problèmes dans les urgences. »

Pour y arriver, la CAQ propose une révolution souvent discutée, mais jamais appliquée : changer le mode de rémunération des médecins de famille pour sortir de la dictature du paiement à l’acte. La CAQ miserait plutôt sur une rémunération mixte comme elle se fait en Ontario : 50 % de la rémunération basée sur la prise en charge de patients, et l’autre moitié selon les actes faits ou des mesures incitatives.

« Il faut augmenter le pourcentage de la rémunération qu’on donne en échange d’une prise en charge des patients [ce qu’on appelle capitation], et réduire la proportion donnée à l’acte, au volume », a résumé M. Legault.

Autre élément important, François Legault promet « d’exiger un nouveau fonctionnement dans les GMF [groupes de médecine de famille] » pour forcer les cliniques à dégager des plages horaire pour des consultations à court terme. « Actuellement, quand vous appelez, c’est difficile de voir [votre médecin] avant une semaine ou deux », a soutenu M. Legault.

Si chaque GMF élargit ses heures d’ouverture (ce qui serait exigé par la CAQ) et que des plages sont réservées pour des urgences mineures, le flot de patients qui ont recours à l’urgence diminuera, croit-on.

« L’implantation des super cliniques a conduit à la fermeture des services de consultations sans rendez-vous dans plusieurs CLSC, cliniques réseau et GMF », affirme la CAQ.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a tourné la proposition caquiste en dérision. « Nous, on propose à tous les Québécois d’avoir accès à une superinfirmière dans leur CLSC, tous les jours, de 9 h le matin à 9 h le soir, y compris le samedi et le dimanche, et donc, de ne pas attendre 36 heures », a-t-il déclaré lors d’une mêlée de presse à Baie-Comeau. « Alors donc, les gens ont le choix : soit ils peuvent voir une superinfirmière dans la journée avec le PQ, soit ils peuvent attendre trois jours avec la CAQ. »

McCann et la vision caquiste


Présente aux côtés du chef pour cette annonce, Brigitte McCann — candidate pressentie pour devenir ministre de la Santé dans un gouvernement Legault — soutient entièrement la vision caquiste.

« Si on rémunère les médecins par la prise en charge des patients, et que c’est pondéré selon la lourdeur du cas, à ce moment l’incitatif est beaucoup plus de prendre soin des patients », a-t-elle dit aux médias en marge du point de presse.

« Le médecin peut déléguer des actes à des infirmières, même à des travailleurs sociaux, des physiothérapeutes, des professionnels qui le supportent. Le médecin peut aussi répondre aux besoins du patient par des appels téléphoniques, même par Internet — ça se fait ailleurs. »

Mme McCann affirme que les médecins de famille gagneraient le même salaire, « parce qu’ils vont faire le même travail, mais qui sera partagé par un ensemble de professionnels ».

« Le fer de lance là-dedans, c’est la multidisciplinarité. On a des professionnels qui peuvent vraiment bien voir aux besoins et on ne les utilise pas suffisamment », pense Mme McCann.

Avec Marie-Michèle Sioui

Les orientations

Quatre promesses sont mises de l’avant par la CAQ avec l’horizon 2022 en point de mire :

 

- Que tous les Québécois aient un médecin de famille — ce que le parti pense pouvoir atteindre par la révision du mode de rémunération (modèle ciblé : mixte).

 

- Accélération du déploiement de l’accès adapté — soit des plages de consultations à court terme.

 

- Augmentation des heures d’ouverture des GMF et des CLSC

 

- Poursuivre le déploiement du Rendez-vous santé Québec (prise de rendez-vous par Internet).