Le Québec pourrait miser sur deux vaccins concurrents

Le remplacement d’une des deux doses de Gardasil par une dose de Cervarix pourrait faire économiser 3 millions de dollars par cohorte de jeunes vaccinés, selon le Comité sur l’immunisation du Québec.
Photo: iStock Le remplacement d’une des deux doses de Gardasil par une dose de Cervarix pourrait faire économiser 3 millions de dollars par cohorte de jeunes vaccinés, selon le Comité sur l’immunisation du Québec.

Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommande une approche inédite de vaccination contre les virus du papillome humain (VPH) qui permettrait à Québec de réaliser des économies importantes.

Dans un avis publié mardi dernier, le CIQ recommande un « calendrier mixte » utilisant une dose de chacun de deux vaccins commercialisés par des compagnies concurrentes.

Les élèves de 4e année du primaire recevraient d’abord, à l’automne, une dose de Gardasil. C’est le vaccin de la compagnie Merck, actuellement administré en deux doses. Puis, au printemps, les jeunes recevraient une dose de Cervarix, lequel ne figure pas au calendrier de vaccination actuel, en remplacement de la deuxième dose de Gardasil.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) indique évaluer les suites à donner à cette recommandation. S’il va de l’avant, le Québec deviendrait le premier à adopter cette approche dans le monde.

Le Cervarix, un vaccin commercialisé par GlaxoSmithKline (GSK), a été autorisé par Santé Canada en 2010. Il induit une bonne immunité contre les souches 16 et 18 de VPH, responsables de la majorité des cancers du col utérin. Bémol : il est inefficace contre les condylomes, causés par des VPH d’autres types. Le Gardasil, lui, protège bien contre plusieurs VPH causant des condylomes.

Or, GSK a offert à Québec de fournir le Cervarix « à un coût qui est considérablement plus bas » que celui de son concurrent, détaille l’avis du CIQ. C’est dans ce contexte que le MSSS a demandé une analyse.

Le remplacement d’une des deux doses de Gardasil par une dose de Cervarix pourrait faire économiser 3 millions de dollars par cohorte de jeunes vaccinés, écrit le CIQ.

Les 130 000 doses de Gardasil administrées annuellement au Québec coûtent environ 11 millions de dollars.

Comme le Gardasil protège contre les condylomes, ce que ne fait pas le Cervarix, le CIQ recommande de l’administrer d’abord. Environ 3 % des jeunes ne reçoivent pas de deuxième dose, pour des raisons diverses.

Les VPH sont des virus transmis sexuellement. Ils se propagent parfois en dépit de l’utilisation du condom et demeurent parmi les infections transmises sexuellement les plus fréquentes.

Hors homologation

Un calendrier de vaccination « mixte » constitué des deux vaccins ne serait pas « en conformité avec les recommandations des manufacturiers de vaccins », reconnaît le CIQ, qui estime que les études disponibles prouvent qu’une bonne immunité serait assurée.

De plus, le vaccin Cervarix n’est pas homologué pour un usage chez les garçons, qui sont vaccinés contre le VPH depuis 2016 au Québec. « Cependant, des données existantes indiquent que ce vaccin a le même profil de sécurité et d’immunogénicité chez les filles et chez les garçons », indique l’avis des experts.

« La réponse immunitaire et la sécurité sont assurées », selon la Dre Chantal Sauvageau, membre du CIQ et médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Les études montrent que le calendrier mixte permet « une réponse immunitaire plus forte contre les VPH de type 16 et 18 tout en assurant une protection contre les sept autres types de VPH inclus au vaccin Gardasil », indique l’avis.

La Dre Sauvageau explique que le calendrier mixte a été testé sur 300 jeunes Québécois, filles et garçons. La réponse immunitaire était bonne. « Il y a vraiment un gain à donner les deux vaccins, explique-t-elle. L’un réveille la mémoire initiée par l’autre, il y a une synergie » qui dépasse la somme des effets de l’un et de l’autre.

Réticences possibles ?

Ce calendrier mixte pourrait être difficile à faire adopter, reconnaît le CIQ, notamment en raison de la « promotion assez vigoureuse » faite auprès des vaccinateurs par les représentants des compagnies pharmaceutiques, à savoir que « plus d’antigènes et plus de doses amènent toujours une meilleure protection ». « Ceci pourrait inquiéter les vaccinateurs et nuire à l’acceptabilité », reconnaît le CIQ.

Mais plus ne rime pas avec mieux en matière de vaccination, précise la Dre Sauvageau. Même que le CIQ a jonglé avec l’idée de proposer une seule dose de Gardasil, point.

« Nous en avons discuté, relate-t-elle. Mais nous aurions été un peu trop en avance. » Selon elle, les résultats de grandes études en cours risquent de mener à une telle recommandation d’ici quelques années. Des études ont déjà démontré une bonne réponse immunitaire après une seule dose de vaccin.

La Dre Marie-Hélène Mayrand est gynécologue et chercheuse, spécialisée dans le cancer du col utérin et le VPH. Elle a déjà participé aux travaux du CIQ par le passé, mais n’a pas été partie prenante du plus récent avis sur le vaccin contre les VPH. Elle souligne le caractère avant-gardiste de plusieurs des recommandations faites au fil des ans. « Certains avis qui ont été controversés, par exemple ne donner que deux doses du vaccin contre les VPH plutôt que trois, sont maintenant appuyés par l’OMS et mis en place dans plusieurs pays », a-t-elle souligné au Devoir. « C’est un groupe qui est considéré comme parmi les meilleurs au monde », ajoute-t-elle.

S’appuyant sur les études réalisées après l’administration de 270 millions de doses de ces vaccins dans le monde, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) concluait en 2017 qu’« aucune association entre le vaccin anti-VPH et le syndrome de Guillain-Barré n’a été établie », ainsi qu’aucun lien causal avec d’autres événements rares.

L’OMS signalait par ailleurs que dans les pays où un programme de vaccination a été implanté, l’incidence des lésions précancéreuses du col utérin était en baisse chez les jeunes femmes.

Le vaccin contre les VPH est l’un de ceux que les parents hésitent le plus à autoriser pour leurs enfants. De 81 % au début du programme en 2008, la couverture vaccinale n’était plus que de 75 % en 2015-2016. Dans une étude publiée en 2017, l’INSPQ avait soumis plusieurs facteurs influençant la décision des parents, notamment l’impact négatif d’informations circulant sur Internet et les réseaux sociaux et les enjeux liés à l’administration d’un vaccin contre une infection transmise sexuellement.

2 commentaires
  • Carmen Labelle - Abonnée 7 avril 2018 13 h 53

    La triste histoire du Viox est-elle en train de se répéter?

    Gardasil a fait l'objet de sérieux questionnements.Dr. Dwight Lindholm, neurologue a émis de sérieuses réserves dans une reportage CBS fev 2009 «I think there are too many people having serious long-term side-effects» https://www.cbsnews.com/news/new-worries-about-gardasil-safety/ Depuis, il s'est produit la même chose que pour le Viox. Merck a convaincu la santé publique que les doutes n'étais pas fondé Si le vaccin ne tue personne,pourquoi aux USA il y a eu compensations financières à des familles dont un enfant est mort de la suite de ce vaccin? aux USA en date du 1 er sept 2015, 295 poursuites enregistrées auprès du federal Vaccine Injury Compensation Program (VICP) pour effets secondaires graves, incluant 13 morts suite au vaccin. Dans une lettre dans Le Devoir du 5 oct 2015 «Appel urgent à un moratoire sur la vaccination contre les VPH»de Geneviève Rail, Luisa Molino&Abby Lippman - Chercheuse à l’Univ Concordia & chercheuse & prof émérite à l’Univ McGilll nous disent«Il n’existe pas de recherche longitudinale fiable sur l’innocuité du vaccin anti-VPH, mais les effets secondaires graves semblent présents pour un pourcentage non négligeable de jeunes filles vaccinées (par ex, au Japon, 3200 pour 100 000 filles/année). Des articles scientifiques et des rapports sur les dangers du vaccin sont apparus un peu partout dans le monde à la suite d’un nombre disproportionné de problèmes graves. Aux USA, le système gouvernemental qui permet de rapporter les effets indésirables des vaccins (VAERS) a répertorié, en date de juillet 2015, plus de 40 000 cas de filles et de femmes gravement affectées après avoir reçu le vaccin anti-VPH (dont 232 morts, plus de 1300 qui sont restées handicapées et près de 8000 qui n’ont pas récupéré). Le Danemark a récemment ouvert 5 Centres régionaux d’évaluation des effets indésirables sérieux liés au vaccin anti-VPH (1200 jeunes filles déjà inscrites);au Japon, Israël et Italie, la recommandation pour le vaccin anti-VPH a été retirée.».

  • Carmen Labelle - Abonnée 7 avril 2018 13 h 55

    La chercheuse qui a développé le vaccin nous met en garde.

    Des dires même de la chercheuse qui a travaillé au développément du Gardasil, Diane Harper, le test PAP est très fiable et les traitements des cellules cancéreuse du col utérin efficaces . Pourquoi alors ce vaccin? Et puis étant donné que le VPH s'attrape par relations sexuelles, diable pourquoi injecter ça à une fillette de 8-9ans? Il y a quelque chose de très pernicieux dans toute cette polémique ; la néccessité de produire des nouvelles concises et rapidement fait tourner les coins ronds et ne révèle donc pas au grand jour la controverse mais fait plutôt le jeu de l'industrie en faisant comme la santé publique, se fiant qu'aux données du fabricant lui-même. Le journalisme d'enquête a souvent débusqué des secrets bien gardés et ouvert des boîtes de pandore. Il est plus que jamais essentiel pour dénonçer les dérives de l' industrie pharmaceutique. Ce sont les citoyens, et dans le cas des vaccins, les enfants, qui risquent de payer le prix de l'omerta sur les effets nocifs des vaccins/médicaments , qui sont devenus avec les erreurs médicales la troisième plus grande cause de décès aux USA.