Barrette doutait de la pertinence de l’étude

Robert Salois était commissaire à la santé jusqu’à ce que Gaétan Barrette abolisse son poste.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Robert Salois était commissaire à la santé jusqu’à ce que Gaétan Barrette abolisse son poste.

Pour s’assurer que les résultats de l’étude sur les modes de rémunération médicale seront un jour rendus publics, l’ancien commissaire à la santé et au bien-être (CSBE) Robert Salois a dû les protéger de toute ingérence, a-t-il raconté dans une entrevue au Devoir vendredi dernier.

Lors d’une rencontre qui s’est tenue peu après l’assermentation de Gaétan Barrette comme ministre de la Santé et des Services sociaux, au printemps 2014, Robert Salois devait expliquer les mandats en cours de son organisme. Vint sur le tapis le sujet de l’étude sur le mode de rémunération des médecins. L’appel d’offres avait été lancé en janvier (sous le gouvernement péquiste), mais on ignorait alors à qui iraient les fonds.

« [Le ministre] voulait savoir où en était le processus et a demandé si c’était possible de revenir en arrière, soutient Robert Salois. Il voulait aussi savoir si je faisais ça avec les fonds du ministère. »

Robert Salois se souvient d’avoir répondu qu’il était impossible de reculer. « C’était un processus indépendant. On avait bien joué nos cartes. »

Gaétan Barrette reconnaît aujourd’hui qu’il s’est posé des questions sur la « pertinence » de cette étude. Dans une réponse écrite au Devoir, sa directrice des communications, Marie-Ève Morneau, a assuré qu’« en aucun temps le ministre ne s’est opposé » et qu’il a « toujours respecté l’indépendance du CSBE ».

Toutefois, le fait que le sujet ait fait l’objet déjà de « nombreuses études » et que des négociations étaient en cours avec les fédérations médicales expliquait les réserves du ministre, ajoute-t-elle. « La rumeur d’une telle étude courait déjà et représentait un irritant majeur dans la communauté médicale, venant ainsi compliquer ladite négociation », écrit Mme Morneau. C’est pour éviter tout conflit d’intérêts dans les négociations avec les médecins que le MSSS s’est retiré du comité de suivi de l’étude de M. Contandriopoulos, explique-t-elle aussi.

Cela dit, aujourd’hui, c’est avec « grand intérêt » que le ministre recevra les résultats, conclut-elle.

Quand il a décidé de réaliser une étude sur la rémunération médicale, Robert Salois s’est tout de suite rendu compte qu’il fallait « un organisme plus indépendant » que le sien pour le mener à bien. Il donna alors le budget aux Fonds de recherche du Québec, qui a été responsable de sélectionner les chercheurs en toute indépendance.

« On a fait ça pour ne pas être accusés par qui que ce soit d’avoir un parti pris. La recherche appartient aux chercheurs. Même si on disparaissait, et ç’a été le cas, la recherche pouvait sortir comme prévu », relate M. Salois.

En rétrospective, Robert Salois se dit heureux d’avoir placé le mandat à l’abri de toute ingérence. Mais il ne peut pas établir un lien entre ses décisions comme commissaire et l’abolition de son organisme. « Ce que je peux affirmer toutefois, c’est qu’on devenait dérangeants », a-t-il dit en entrevue.

Les fédérations médicales n’ont pas apprécié l’octroi de fonds à Damien Contandriopoulos et se sont retirées rapidement du comité de suivi de l’étude. Dans une lettre envoyée au CSBE en novembre 2014, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, avait écrit que le chercheur « n’a ni l’objectivité ni la rigueur intellectuelle requises pour traiter adéquatement ce sujet ».

Ce à quoi Robert Salois avait répondu par écrit que « le processus d’évaluation s’est déroulé de façon juste et rigoureuse ».